Livres - Voir et savoir

L'Italien Marcello Bertinetti est un photographe professionnel dont la passion a longtemps été l'escrime, plus précisément l'épée; il représentait son pays aux Jeux olympiques de Montréal en 1976.

Mais j'ai bien peur que son récent album publié par la National Geographic Society, Égypte entre ciel et terre, ne fasse pas le podium, non par sa faute mais par celle des graphistes qui ont voulu, semble-t-il, mettre l'Égypte dans une bouteille.

Le projet se résumait à réunir dans un album des photos prises en avion, en hélicoptère, en montgolfière, et d'y ajouter quelques textes pour donner une idée aussi juste que possible du pays des pharaons. Bertinetti avait pris des centaines de clichés magnifiques. Il fallait choisir les meilleurs.

Mais les graphistes, sans doute pour sortir des sentiers battus, ont opté pour l'album petit format: 22 cm de largeur sur 15 de hauteur. C'était original mais ils s'enfermaient dans un carcan. Résultat: quelque 150 photos, la plupart trop petites pour rendre justice au sujet même en s'étendant sur deux pages.

Il eût fallu un format au moins deux fois plus grand, des photos moins nombreuses et mieux choisies. Un format qui aurait permis de rapprocher les photos du texte, facilité la lecture et la compréhension, permis de numéroter les pages sans obliger le lecteur à chercher sans cesse!

Hélas, on a l'impression que trop de graphistes aujourd'hui sont obnubilés par l'image, qu'ils n'ont que faire du texte et de l'intelligence du lecteur. Ils semblent avoir oublié qu'on ouvre un livre ou un journal non seulement pour voir mais pour savoir.