Des randos hautes en couleur

Nathalie Schneider
Collaboration spéciale
Le parc régional des Sept-Chutes est strié d’une quarantaine de kilomètres de sentiers de niveaux intermédiaires à avancés.
Photo: Simon Laroche Le parc régional des Sept-Chutes est strié d’une quarantaine de kilomètres de sentiers de niveaux intermédiaires à avancés.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’automne est l’occasion idéale pour contempler le spectacle des forêts pigmentées par le changement de température. Et la randonnée est le meilleur moyen d’y être aux premières loges.

Outaouais

Réserve écologique de la Forêt-la-Blanche

 

Dans cette région, on résume trop souvent la randonnée au fameux parc de la Gatineau géré par la Capitale-Nationale, qui souffre un peu de son succès, ou au parc national de Plaisance et à sa quiétude remarquable, notamment sur la passerelle la Zizanie-des-Marais. Mais connaît-on Petite Nation, le territoire le plus proche de la grande région de Montréal (une heure de route), qui regorge de terrains de jeu débordant de charme ? Tout comme la réserve écologique de la Forêt-la-Blanche, à Mayo, qui offre aux marcheurs le privilège de fouler ses chemins bordés d’une forêt rare et ancienne.

Six sentiers, comprenant passerelles et escaliers, serpentent dans cet écosystème exceptionnel jusqu’à des belvédères, notamment au bord du lac La Blanche, et à une chute. Pour un bon aperçu, on emprunte les sentiers interconnectés 4, 5 et 3 pour une ou deux heures de marche, selon son rythme. On y croise des érablières à hêtres et à bouleaux jaunes, des prûcheraies à érables à sucre et des essences rares, comme des tilleuls. Vous n’y croiserez personne, ou presque, tant ce territoire de 2000 hectares est peu fréquenté. Malgré quelques dénivelés, ses sentiers sont praticables par les randonneurs de tous acabits, familles incluses. Pour une expérience ultime, on séjourne au Château Montebello, le plus grand édifice en bois rond du monde construit en 1930, pour son confort douillet, sa table gourmande et son ambiance « chalet de luxe » unique.

Infos pratiques : randonnées guidées et programmes éducatifs sont aussi à l’horaire. Tarif d’accès : 7 $ (adulte).

Parc régional des montagnes Noires de Ripon

 

Pour une escapade en forêt un peu plus soutenue, direction ce parc situé entre Ripon et Montpellier, où la randonnée s’ajoute à la pratique du vélo de montagne et de la géocache. Pour une vue à 360 degrés sur le relief environnant, on choisit le sentier 7 (4,1 km) qui grimpe allègrement jusqu’au sommet du Grand-Pic et sa tour d’observation de 12 m de haut. De là, on accède au belvédère où une table à pique-nique permet de prendre un lunch avec une vue panoramique imprenable. Ce territoire de 300 hectares est sillonné de 21 km de sentiers, dont certains au dénivelé plus modéré. Pour une immersion prolongée, sachez que deux refuges sont à la disposition des randonneurs (l’Érable et le Bouleaux), trois refuges haltes (le Pin, le Trappeur et le Tremble) ainsi que des sites de camping individuels et de groupe.

Infos pratiques : on accède aux sentiers par quatre stationnements situés au sud, au centre et à l’est du parc. Tarif d’accès : 8 $ (adulte).

Lanaudière

 

Parc régional des Sept-Chutes

Les parcs régionaux de la Matawinie sont réputés pour leurs paysages grandioses particulièrement séduisants en automne en raison de la prédominance de feuillus. Celui des Sept-Chutes est strié d’une quarantaine de kilomètres de sentiers de niveaux intermédiaires à avancés. L’aller-retour de 6,7 km qui mène au sommet du mont Brassard (365 m) est un très beau choix pour s’imprégner de la nature sauvage et admirer les spectaculaires richesses qui se cachent dans ce territoire : rivière Noire, chute Le Voile de la Mariée (60 m de haut) et lac Guy.

Au sommet, on décroche l’une des plus belles vues sur la vallée de la rivière Noire et sur les sommets environnants de Saint-Zénon après un effort relatif. Mais quel panorama en haut ! Pour un circuit plus abordable, on opte pour le tour du lac Rémi (5 km) qui offre de beaux points de vue, notamment sur une falaise qui s’élève à 150 m de hauteur. Deux refuges (L’Étoilé et le 7e Ciel), accessibles du stationnement chemin Grenier, offrent un hébergement pour six personnes au plus, dans un cadre enchanteur.

Infos pratiques : La fin de semaine, les refuges peuvent être réservés pour deux nuits minimum. Tarif d’accès : 9 $ (adulte). Les chiens sont admis en laisse dans tous les parcs régionaux de la Matawinie.

Chaudière-Appalaches

 

Parc régional des Appalaches

Sur les 120 km de sentiers de randonnée accessibles sur ce territoire, vous trouverez sûrement celui qui enchantera votre journée. L’ascension du mont Sugar Loaf par le sentier du Garde-Feu est relativement courte (3 km), mais s’imposera comme un petit défi du fait de son dénivelé. Envie d’une expérience plus contemplative ? Le circuit des Tourbières (5 km) invite à observer tourbières et plantes insectivores sur des passerelles de bois. Où que vous marchiez, vous longerez ruisseaux, lacs, eskers et rivières qui jalonnent les sentiers forestiers. Ceux-ci sont ponctués de haltes et de belvédères qui font de la randonnée une contemplation de la nature.

Infos pratiques : refuges, chalets et sites de camping sont offerts dans le parc. Tarif d’accès : 6 $ (adulte).

À apporter

  • Une carte du parcours (imprimée ou téléchargée préalablement sur l’appli Ondago)
  • Des vêtements de pluie (haut et bas)
  • Une veste en duvet compressible
  • De l’eau à profusion
  • Des barres tendres ou des collations équivalentes
  • Une lampe frontale (la nuit peut tomber vite en montagne)
  • Une petite trousse de premiers soins


À voir en vidéo