Beaux livres - Que de maisons!

Quand on voyage de par le monde, on constate souvent que l'histoire des hommes est intimement liée à celle de leur habitat. Complicités ou combats avec la terre, l'eau, l'air et la lumière. C'est ce que démontrent avec générosité Martine et Caroline Laffon dans un livre intitulé Habitat du monde. Ce voyage photographique, renforcé par d'excellents textes à travers plusieurs continents, est découpé en plusieurs thématiques.

Habiter le paysage, une enveloppe minérale, animale, végétale, coquille ou forteresse et au fil de la vie. Habiter le paysage nous envoie aussi bien du côté des villages sénoufos de la Côte-d'Ivoire avec des cases au toit pointu en tiges de mil que dans les maisons troglodytes de la Cappadoce, en Turquie.

Tentes sibériennes, huttes namibiennes, villages afghans, maisons sur pilotis indonésiennes, villages lacustres thaïlandais... On explique leurs structures, leurs positions face au fleuve ou derrière la rizière, on étudie les croyances ou les lieux divinatoires. Des maisons de passage ou des maisons fixes, des toiles tressées à la main, des portions de terres asséchées, des décorations, des roseaux, des glaces.

Dans la partie de l'enveloppe minérale, animale et végétale, ce sont les formes de vie qui y sont apposées. Les intérieurs des yourtes mongoles ou d'une chambre à coucher mauritanienne. Maisons d'ouvrage, maisons-tombeaux, maisons passages. Cuisines adaptées, réserves familiales, garde-manger de fortune, moyens de chauffage.

Dans les coquilles et forteresses, on entre dans les règles de la naissance et de la mort, celles des interdits, des codes d'accès, des histoires de promiscuité, que cela soit dans un village chinois ou dans des cases sénégalaises. Le livre se termine au «Fil de la vie», là où les maisons de la naissance et de l'enfance sont mises en valeur. Des scènes de repas de famille, des arrêts sur images de jeux, une salle d'accouchement, des repas entre femmes, un autel de prière dans la maison...

Le voyage est immense, les maisons et les histoires sont à relire ou à réexaminer.

Il y a une sorte de magie des pages qui se construit à travers un grand beau livre.