Deshaies, Guadeloupe - Sainte paix en ce patelin

Robert Charlebois y possède une maison depuis les années 70. Le comique français Coluche y habitait une villa de rêve. Jadis, les corsaires mouillaient l'ancre à l'anse «des Hayes». Bienvenue en ce tout petit point sur la carte de la Guadeloupe!

Situé au nord-ouest de Basse-Terre, à 40 kilomètres de la cohue de Pointe-à-Pitre et face à Montserrat, Deshaies est un patelin de rien, avec une route en boucle, une église, deux cases et trois lolos. Avec aussi, non loin, deux fameux carrés de sable: Grande-Anse et Fort Royal, cette dernière plage jouxtant l'ancien Club Med du même nom, abandonné.

Dans les hauteurs du bourg, il y a les canons de la pointe Batterie, qui défendaient autrefois la rade des attaques des Anglais. Il y a la montagne aux Orchidées et son habitation créole. Il y a des caféières et un jardin botanique, qui fait l'orgueil de la commune. Une petite visite en début de séjour et nous voilà aptes à identifier tous les pachystachys (cette fleur qui ressemble à une crevette dorée), roses de porcelaine et autres bombax que nous croiserons! Dans ce jardin, on trouve également l'ancienne villa de Coluche, non loin du banian dans lequel il grimpait, avec son ti-punch, pour admirer le soleil couchant.

Si jamais ce bout de côte sous le vent vous attirait, vous pourriez, à défaut de louer ladite villa à 3000 euros la semaine, vous installer dans l'un des bungalows du Rayon Vert, qui surplombe la baie de Ferry. À Deshaies même, vous pourriez aussi goûter les acras du Mouillage Chez Racine, la fricassée de chatrou (poulpe) de L'Amer, le thazard en papillote de Piano Piano, tenu par un Joliettain, ou encore la pizza artisanale de Guillaume. Installé dans sa camionnette verte, à l'orée de Grande-Anse, le jeune Français vous racontera, tout en pétrissant la pâte, sa visite à Montréal en compagnie du «gars ben ordinaire». Comme vous pourriez aussi tout simplement goûter la sainte paix dans ce Deshaies de rien.

- Renseignements: www.lesilesdeguadeloupe.com.