Que savoir avant de partir en France?

Marie-Julie Gagnon
Collaboration spéciale
Les toits de Paris depuis l’hôtel Maison Mère, dans le 9e arrondissement
Photo: Marie-Julie Gagnon Les toits de Paris depuis l’hôtel Maison Mère, dans le 9e arrondissement

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Bien que le gouvernement du Canada recommande toujours d’éviter tout déplacement non essentiel hors du pays, de plus en plus de voyageurs ont des fourmis dans les jambes. Que faut-il savoir avant de mettre le cap sur l’Hexagone ?

D'abord, bien que le passeport vaccinal soit exigé depuis le 9 août dernier pour fréquenter bars, restaurants, terrasses, musées et autres espaces publics en France, il n’est pas nécessaire de l’avoir en main pour traverser les frontières. Néanmoins le schéma vaccinal complet ou un test PCR ou antigénique négatif réalisé moins de 72 heures avant l’embarquement sont nécessaires.

Mieux vaut cependant se prémunir du pass sanitaire français dès que possible afin de pouvoir accéder aux lieux publics une fois à destination. Pour ce faire, les non-Européens* de 18 ans et plus doivent envoyer une demande de conversion d’un certificat de vaccination étranger en pass sanitaire français en ligne, à laquelle il faut joindre un passeport valide et un titre de transport, en plus d’une copie du certificat de vaccination nominatif remis par les autorités compétentes de son pays de résidence, sur lequel apparaît le type de vaccin utilisé. Pourquoi ne pas simplement utiliser le code QR du Québec sur place ? Parce qu’il n’est pas lisible en Europe.

Or, même en prenant soin de faire la demande dans les délais prescrits, de nombreux voyageurs n’obtiennent pas le précieux sésame avant le jour de leur départ. « À défaut de conversion du certificat de vaccination, le résultat négatif d’un test antigénique effectué en pharmacie, offert dans toute la France, permet d’obtenir un pass sanitaire valable trois jours (72 heures) », précise le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Notez par ailleurs qu’à compter du 30 septembre 2021, les ados de 12 à 17 ans devront eux aussi être munis de leur pass sanitaire.

Sur place

Au cours des dernières semaines, des voyageurs ont rapporté avoir pu faire convertir leur code QR québécois en code français dans certaines pharmacies de l’Hexagone. Cette procédure — qui n’est pas encouragée — n’est par contre pas possible partout. « Je suis allée en pharmacie pour un test antigénique donnant droit à un “pass 72 heures”, raconte Marie-Ève Vallières, actuellement en Bretagne, mais la pharmacienne a utilisé mon code QR québécois pour me créer un pass sanitaire français. […] J’avais soumis une demande en ligne trois semaines avant mon départ, mais ne l’avais pas obtenu à temps. » Coût de l’opération, réalisée en 45 minutes : 50 € (75 $).

En Europe pour le travail, Andrea Doucet Donida a vécu un scénario similaire lors de son arrivée à Paris. « Le pharmacien était bien au courant, je n’étais certainement pas la première [à en faire la demande], raconte-t-elle. Par contre, il faut avoir le numéro de lot du vaccin, information disponible sur l’application du Québec. »

Un test RT-PCR ou antigénique positif attestant de son rétablissement de la COVID-19 d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois peut également servir de preuve pour obtenir le passe sanitaire français.

Prévoir son retour

Au moment où ces lignes étaient écrites, peu importe la destination, il était toujours nécessaire de prévoir un test PCR (et non antigénique) moins de 72 heures avant le retour au Canada et de télécharger l’application ArriveCAN. En France, le plus simple reste sans doute de prendre rendez-vous par l’entremise du site Doctolib.

Bien qu’il soit possible d’obtenir le résultat d’un test PCR en moins de deux heures au Centre de prélèvement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle (coût : 70 € pour les non-Français), cette solution devrait constituer un plan B, l’endroit étant très achalandé. « Paris Aéroport s’est associé au laboratoire Cerballiance, il est donc possible à Paris-Orly et à Paris-CDG de faire un test PCR dont le résultat est rendu sous 48 heures pour un test PCR normal, et sous 1 à 2 heures pour un test PCR rapide, explique Tiphaine Paucot-Landelle, assistante responsable des communications de crise au Groupe ADP. Pour se faire tester, il faut en revanche être muni d’un billet d’avion et prendre rendez-vous en amont sur le site Doctolib. »

* La liste détaillée des pays se trouve sur le site du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

À garder en tête

• Les modalités peuvent changer à tout moment. Mieux vaut donc vérifier les informations jusqu’à la dernière minute et se procurer un billet d’avion offrant une grande flexibilité.

 

• À vérifier : la couverture de son assureur en cas de test positif à destination.

 

• Le pass sanitaire est maintenant exigé dans les restaurants, bars, cafés, terrasses, musées et événements, mais il n’est pas vérifié systématiquement dans tous les trains.

 

• Montrer la copie d’une preuve de vaccination ou les détails de son dossier sur l’application VaxiCode peut s’avérer utile en attendant de recevoir le pass sanitaire ou un résultat négatif à un test.

 

• Où s’informer : sur le site Web de l'Ambassade de France au Canada ou sur celui d'Explore France

 

• Air France, Air Canada et Air Transat proposent des liaisons directes vers l’aéroport Charles de Gaulle au départ de Montréal, alors que Corsair et Level volent vers ou depuis Orly.



À voir en vidéo