Aventures gourmandes en forêt

Marie-Julie Gagnon
Journaliste et chroniqueuse voyage
La réserve naturelle de Kenauk Nature, le «petit frère plus rustique du Château Montebello»
Photo: Kenauk Nature La réserve naturelle de Kenauk Nature, le «petit frère plus rustique du Château Montebello»

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Même si la chasse et la pêche restent au cœur des séjours proposés par les pourvoiries du Québec, certaines se distinguent en mettant en avant des expériences gastronomiques hors du commun. Une douzaine d’établissements disséminés dans huit régions se retrouvent ainsi parmi les « Aubergistes de la forêt ». Très prisés des Européens, ces sites en pleine nature s’avèrent de bons filons pour les vacanciers qui n’ont pas encore réservé leurs escapades estivales.

La plus vieille pourvoirie au Canada ?

Bien que la classification existe depuis quelques années, peu de Québécois semblent connaître ce programme élaboré par la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ), le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) et Tourisme Québec (TQ). « Un aubergiste de la forêt est situé en milieu naturel, offre de la villégiature et a une table gourmande, explique Vicky Boivin, responsable des communications de la Fédération des pourvoiries du Québec. L’offre de cuisine est distinctive. Les aubergistes mettent en valeur les produits du terroir. »

Parmi les endroits qui se démarquent, mentionnons la Seigneurie du Triton, que les habitués du train Montréal-Jonquière connaissent au moins de nom puisqu’une gare porte le nom de « Club Triton ». Son histoire est d’ailleurs intimement liée à celle du chemin de fer. C’est en 1886, 16 ans après qu’il fut devenu possible de voyager entre Québec et Chicoutimi par les rails, qu’a été fondé le Triton Fish and Game Club près du lac Édouard, en Haute-Mauricie. Winston Churchill, Theodore Roosevelt, Harry Truman et des membres des familles Rockefeller et Molson y ont notamment séjourné.

Photo: Damien Lair La Seigneurie du Triton, située au cœur de la forêt mauricienne

« C’est l’une des plus vieilles institutions de pourvoirie au Canada, souligne Vicky Boivin, qui n’hésite pas à parler de “coup de cœur”. […] Ça regorge d’histoire, il y a un cachet incroyable et ils ont su se renouveler. Ils mettent en valeur les produits de la Mauricie et brassent leur propre bière. On est en milieu isolé. Il y a plusieurs lacs. »

La plage et les nombreuses activités constituent d’autres atouts. « Il y a toujours des amateurs de pêche, surtout fin mai-début juin, dit Vicky Boivin, mais après, la clientèle se diversifie beaucoup. »

En temps normal, cette pourvoirie serait entièrement réservée par la clientèle étrangère, mais avec la COVID, il y a plus de place pour les Québécois

 

Parmi les forfaits mis en avant pour l’été 2021, un séjour de quatre nuits est destiné aux familles (à partir de 510 $ par adulte et 255 $ par enfant de 4 à 17 ans). Une nuitée en tipi qui comprend la livraison d’un panier-repas à cuire soi-même sur le gril est également possible du 3 juillet au 20 août (à partir de 372 $). Vicky Boivin ajoute que « les couples qui cherchent une aventure gourmande en amoureux au fond des bois, en pleine tranquillité », y trouveront aussi leur compte.

« En temps normal, cette pourvoirie serait entièrement réservée par la clientèle étrangère, poursuit-elle, mais avec la COVID, il y a plus de place pour les Québécois. »

Qu’on choisisse de s’y rendre en train ou en voiture, il est nécessaire de prendre un bateau pour y accéder. En train, il faut compter au moins six heures de trajet depuis Montréal. Les départs sont cependant peu fréquents.

Pour une journée… ou plus

Pour une courte escapade, la pourvoirie du lac Blanc, dans la région de la Mauricie, est à considérer, selon Vicky Boivin. « C’est parfait pour décrocher, profiter d’une belle journée en nature, faire de la plage et manger au restaurant, sans nécessairement y passer la nuit. » La carte du restaurant change au gré des saisons. Des forfaits d’une nuit en demi-pension, avec ou sans pêche, sont notamment offerts (à partir de 152 $).

Meekos, dans les Laurentides, se targue pour sa part d’être « la plus grande pourvoirie à trois heures de Montréal ». Aussi très fréquenté par les familles, le site mise particulièrement sur les circuits en quads. « Il est possible d’en louer sur place, précise Vicky Boivin. C’est un autre type d’aventure en nature. » Tous les forfaits proposés comprennent l’accès à certains équipements, dont le kayak, le canot et la planche à pagaie (à partir de 450 $ pour deux nuits avec le forfait Découverte).

La cour arrière du Château Montebello

Le grand classique, selon Mme Boivin ? Kenauk Nature en Outaouais. « C’est le petit frère plus rustique du Château Montebello, explique-t-elle. On en parle beaucoup pour son territoire exceptionnel et sa qualité de pêche. […] Ils ont une pisciculture sur place. Ils font eux-mêmes l’élevage de leur poisson et réensemencent le lac. »

Bien que l’hôtel et la pourvoirie soient deux entités distinctes, certains services sont partagés. L’offre gourmande de Kenauk Nature provient d’ailleurs de l’hôtel. L’accès à la piscine intérieure et au complexe sportif du Fairmont le Château Montebello est gratuit pour les visiteurs de Kenauk, et le Club de golf Le Château Montebello se trouve à quelques minutes.

Une autre manière de se dépayser cet été ?

 

* À noter que Vicky Boivin ne travaille plus pour la Fédération des pourvoiries du Québec depuis le 25 mai 2021.

À surveiller

• C’est le 1er juin, à 9 h, que la SEPAQ mettra en vente la nouvelle édition de la carte Bonjour Québec, qui permettra d’avoir accès aux 23 parcs nationaux du réseau de manière illimitée. Prix des quelque 140 000 cartes à 50 % du prix habituel : 40,63 $ (taxes comprises).

• Dès le 31 mai, la majorité des régions du Québec passeront au palier d’alerte orange. Montréal et Laval resteront toutefois en rouge pendant au moins une autre semaine, tout comme certaines MRC de l’Estrie, de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent.

• Le couvre-feu est maintenant levé partout au Québec, et il est possible de se déplacer d’une région à l’autre dans la province (danse de la joie).