Avez-vous pensé aux réserves fauniques pour vos vacances estivales?

Nathalie Schneider Collaboration spéciale
La réserve faunique La Vérendrye est le paradis du canot-camping (et du kayak-camping) grâce à son dédale d’îles et d’îlots, dont certains où planter sa tente.
Photo: Dominic Boudreault, SEPAQ La réserve faunique La Vérendrye est le paradis du canot-camping (et du kayak-camping) grâce à son dédale d’îles et d’îlots, dont certains où planter sa tente.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Elles sont une solution de remplacement séduisante à l’offre des parcs nationaux du Québec : les réserves fauniques, souvent très vastes, sont de plus en plus populaires auprès des amateurs de plein air et de villégiature. De ceux qui recherchent un lien d’intimité avec de grands espaces naturels souvent constellés de lacs, de rivières et, parfois, de plages de sable. Certes, vous y trouverez un plus grand quadrillage de chemins d’accès que dans un parc national et moins d’installations sanitaires. Mais vous y vivrez une immersion dans la nature sauvage ; dans une réserve faunique, le séjour en plein air demande une plus grande autonomie et se révèle plus rustique — ce qui en fait tout le charme.

On y pratique la randonnée, le vélo et quantité d’activités nautiques dans un environnement lacustre souvent grandiose. Et ces terrains de jeu conviennent parfaitement à des vacances en famille. L’accès à leur territoire est plus permissif que dans un parc national (où la conservation du milieu est une priorité) ; le hors-piste y est permis partout et, dans certaines réserves, on pratique même l’autocueillette de champignons ou de petits fruits en toute légalité. Enfin, les locateurs d’un chalet en villégiature ont l’assurance de pouvoir disposer d’une chaloupe ou d’un kayak. Comme il s’agit de réserves fauniques, on peut y pêcher en été (on trouvera donc quelques canots et chaloupes motorisées), mais « les territoires sont vastes, alors la pêche et la villégiature y cohabitent sans problème depuis des années », dit Simon Boivin, de la SEPAQ. Bien sûr, toutes les activités mentionnées ici seront sujettes à des changements en fonction de l’évolution de la situation pandémique.

Outaouais

Réserve faunique Papineau-Labelle

Vous trouverez là une belle diversité de peuplements forestiers et quantité de chevreuils, d’orignaux et de castors, que vous aurez peut-être la chance d’observer discrètement. Du chalet ou de la tente « prêt-à-camper », près du magnifique lac Écho, on a accès à toutes les activités nautiques (canot, kayak, planche à pagaie), mais aussi à des sentiers de randonnée pédestre. Et pas qu’un peu ! Quelque 60 kilomètres de sentiers forestiers se déploient autour des lacs et des collines. Le sentier de l’Albatros, notamment, conduit à de très belles vues sur la rivière du Lièvre et sur plusieurs lacs sur une distance de 19 kilomètres (il constitue un tronçon du Sentier national). D’autres sentiers, beaucoup plus courts, conviendront parfaitement à une randonnée familiale.

 

Outaouais et Abitibi-Témiscamingue

Réserve faunique La Vérendrye

4000 lacs et 1000 emplacements de camping : il y a quelque chose de grandiose dans ce territoire taillé pour l’aventure. C’est le paradis du canot-camping (et du kayak-camping) grâce à son dédale d’îles et d’îlots, dont certains où planter sa tente. Une vingtaine de circuits sont offerts sur les lacs et les rivières (Gens de terre, notamment), certains pour débutants, d’autres pour experts. Outil inestimable pour préparer son expédition en canot-camping : Canot-camping La Vérendrye, qui offre de l’information et des cartes. L’organisme est né d’une collaboration entre l’association Canot Kayak Québec et la SEPAQ.

Mauricie et Lanaudière

Réserve faunique Mastigouche

Les rives sablonneuses du lac Saint-Bernard ne laisseront personne indifférent, surtout si on a la chance d’installer ses pénates au camping du même nom (73 emplacements aménagés sans services). Comme il s’agit d’un milieu naturel diversifié, on peut y observer la faune abondante, notamment sur le sentier des Six-Chutes qui conduit à la tour d’observation de la sauvagine au bord du lac Bourassa, où sont situés des panneaux d’interprétation. En prime, la cueillette de petits fruits est permise en forêt.

Mauricie

Réserve faunique du Saint-Maurice

Voilà un territoire choyé pour ses nombreux lacs (dont le sublime lac Normand) et situé au point de rencontre des grandes rivières Mattawin et Saint-Maurice. Sentiers de randonnée, pistes de vélo, circuits de canot-kayak (lacs Soucis et Tousignant), on ne s’ennuiera pas dans ce territoire sauvage. Mais pour un peu plus d’adrénaline, on s’offre une descente de canyoning en montagne pour dévaler le canyon des chutes Dunbar en rappel, au fil de ses falaises, cascades et bassins d’eau. La baignade fait partie de l’expérience.


L’activité de canyoning est offerte en partenariat avec le Centre d’aventure Mattawin.

Gaspésie

Réserve faunique de Matane

La présence de 4000 orignaux sur ce territoire en fait un haut lieu de l’observation de la faune. En plus de ces cervidés, on peut aussi y voir des ours, et 150 espèces aviaires y pullulent. La randonnée est bien l’activité vedette de ce vaste territoire, avec une centaine de kilomètres de sentiers dans de superbes paysages montagneux (plusieurs sommets flirtent avec les 1000 mètres). Mais on peut multiplier les plaisirs en empruntant les pistes à vélo de montagne ou de gravelle, avec les 42 kilomètres de pistes qui partent du lac Étang-à-la-Truite (secteur John). Enfin, ici aussi, on peut se mouiller corps et âme le long d’un cours d’eau vertical en mode canyoning au pied du mont Nicol-Albert.


L’activité de canyoning est offerte en partenariat avec l’entreprise Eskamer.

Bien préparer ses vacances en réserve faunique

Lors de sa réservation d’un emplacement de camping, d’un chalet ou d’une tente de prêt-à-camper, il convient de poser toutes ces questions, gages du succès de votre séjour :

• L’eau et l’électricité sont-elles comprises avec votre hébergement ?

• Une embarcation est-elle comprise ? De quel type ?

• Quels autres équipements peut-on louer (vélo, planche à pagaie, kayak) ? Faut-il les réserver assez tôt ?

• La réserve faunique que vous avez choisie a-t-elle des aires de jeux pour les enfants ?

 

Les 13 réserves fauniques du Québec sont ouvertes aux villégiateurs jusqu’à la saison de chasse, qui s’étale durant plusieurs semaines à partir de la mi-septembre (les dates varient d’une région à l’autre).

 

À voir en vidéo