Palette automnale, festivals et autres escapades virtuelles

Marie-Julie Gagnon Collaboration spéciale
Glen Sutton, dans les Cantons-de-l’Est
Photo: Getty Images Glen Sutton, dans les Cantons-de-l’Est

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

On l’a bien compris depuis mars : ce qu’on tient pour acquis aujourd’hui peut changer demain, selon les humeurs d’une certaine COVID particulièrement friande de voyages. Alors que plusieurs ressentent une certaine impression de déjà vu, les mêmes questions qui nous taraudaient le printemps dernier reviennent nous hanter. En attendant d’avoir des réponses à tout, on en profite pour explorer et se divertir près de chez soi… ou depuis notre sofa.


 

Explorer le Québec cet automne

Plus que jamais, suivre l’actualité apparaît essentiel avant de planifier une escapade. Au moment où ces lignes étaient rédigées, la Communauté métropolitaine de Montréal, la région de Chaudière-Appalaches et celle de la Capitale-Nationale, sauf Portneuf et Charlevoix, se trouvaient en zone rouge. Seuls certains arbres semblent avoir conservé des tons de vert : le reste de la province arbore le jaune ou l’oranger, particulièrement en vogue cet automne.

Depuis le 1er octobre, la Santé publique demande aux Québécois des zones rouges d’éviter de quitter leur région. « On recommande fortement qu’il n’y ait pas de déplacements entre les régions, a dit le premier ministre François Legault lors d’une conférence de presse le 28 septembre dernier. On ne les interdit pas, mais on ne les recommande pas. » Si des déplacements doivent malgré tout être effectués, le cabinet du ministère de la Santé et des Services sociaux recommande alors de faire ses emplettes dans la région d’origine et non à destination.

Du côté de la SEPAQ, on conseille également aux amateurs de plein air de se conformer aux consignes de santé publique et de ne pas effectuer des déplacements interrégionaux non essentiels. « La visite d’un parc national peut difficilement être considérée comme essentielle », observe Simon Boivin, responsable des relations avec les médias.

« Nous demandons aux gens dont la réservation n’est pas conforme aux consignes de santé publique de nous appeler pour régulariser leur situation, poursuit-il. Nous allons appliquer une politique souple de modification, de déplacement ou de remboursement des réservations. Autrement, toutes les mesures sanitaires et le protocole rigoureux de nettoyage qui est en place depuis le printemps continuent à s’appliquer dans les établissements. »

Juste pour rire sur Yoop

Parce qu’il faut bien se changer un peu les idées, des festivals ont trouvé des solutions de remplacement aux spectacles en salle. Jusqu’au 10 octobre, Juste pour rire propose d’assister à des spectacles d’humour présentés en direct sur l’application mobile Yoop. Pour ce faire, les détenteurs de billets peuvent les échanger contre un accès numérique. Comme prévu, les artistes se produiront dans l’espace Yoop, à la Place des Arts, mais sans public. Il est également possible de se procurer des accès à la dernière minute.

Par ailleurs, les 9 et 10 octobre, des spectacles gratuits préenregistrés et la programmation internationale de Just for Laughs Festival seront notamment offerts sur le microsite de l’événement.

Des villages des Cantons-de-l’Est en vidéos

Depuis la mi-août, Tourisme Cantons-de-l’Est propose Cœurs villageois, une série de huit courtes vidéos qui nous emmènent à la découverte des villages emblématiques de la région. Dans chaque capsule, trois protagonistes expriment leur amour pour leur coin de pays. À Lac-Brome, nous faisons notamment la connaissance de Vincent Dion, athlète de surf à pagaie qui a cofondé Aloha Sup, de Ghyslaine Lebel, propriétaire d’Antiquité Lebel Objet, et de Mélanie Trottechaud, passionnée de vélo. « J’ai quitté la grande région de Montréal pour venir m’établir à Knowlton et vivre mes passions, raconte cette dernière. On cherchait un endroit idéal pour nos projets de retraite, soit créer le Musée canadien du vélo et le Gîte du cycliste. » Sutton, Eastman, Cookshire, Piopolis, Mansonville, Waterloo et Coaticook sont également en vedette. Lancé en 2016, le réseau Cœurs villageois compte 13 membres soigneusement sélectionnés grâce à des critères très précis, dont le dynamisme économique et culturel, l’expérience réservée aux visiteurs et les liens interrégionaux.

À surveiller

Bien que les salles à manger soient fermées jusqu’au 28 octobre dans les régions placées en zone rouge, il est possible de s’offrir des repas à emporter ou à faire livrer. Plusieurs offices de tourisme proposent d’ailleurs des listes sur leurs sites, de Québec à Laval en passant par Montréal.


Même s’il a été contraint d’annuler ses diffusions en salle, le Festival du nouveau cinéma maintient ses présentations en ligne du 7 au 31 octobre. Ainsi, pendant cette période, la quasi-totalité de la programmation sera accessible sur Internet à travers le Canada. Pour les détails, on visite la page Facebook de l’événement.