Circuits gourmands

Nathalie Schneider Collaboration spéciale
Une escapade d’automne est l’occasion parfaite de découvrir les innombrables produits du terroir qui poussent et s’affinent dans les campagnes québécoises depuis plusieurs années.
Photo: Daphné Caron / Julie Aubé Une escapade d’automne est l’occasion parfaite de découvrir les innombrables produits du terroir qui poussent et s’affinent dans les campagnes québécoises depuis plusieurs années.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Rien de mieux qu’une bonne escapade d’automne, comme prétexte à déguster toutes sortes de produits savoureux le long de son itinéraire. C’est l’occasion parfaite de découvrir les innombrables produits du terroir qui poussent et s’affinent dans nos campagnes depuis plusieurs années. Les acteurs touristiques régionaux ont compris depuis longtemps le pouvoir attractif de l’alimentation artisanale pour attirer les touristes d’un jour, à pied, en auto, mais surtout à vélo, moyen de déplacement idéal. Cinq circuits rythmés par des arrêts gourmands.


 

Montérégie / Cantons-de-l’Est. La Montérégiade

Grâce aux Virées gourmandes de la Montérégie, la région défend le titre de « garde-manger du Québec », une mise en bouche plutôt appétissante pour une région située à la porte du Grand Montréal. Cap sur la piste cyclable La Montérégiade, un parcours de 48 km dans un environnement délicieusement champêtre, qui relie Saint-Jean-sur-Richelieu à Granby, principalement sur surface asphaltée et sur poussière de roche. Sur le parcours, les vergers sont partout, comme ceux de la ferme cidricole Équinoxe, un grand verger traditionnel où l’on pratique l’autocueillette. Pour faire durer le plaisir, on empruntera L’Estriade à Granby, une boucle de 54 km qui évolue dans les paysages éblouissants des Cantons-de-l’Est.


 

Cantons-de-l’Est. La Route des vins

On se croirait en Toscane, à travers les vignobles de San Giovese, dans cette partie envoûtante de l’Estrie, Brome-Missisquoi. Départ à Frelighsburg, l’un des plus beaux villages du Québec, pour entamer la bien nommée Doyenne des vignes, une boucle cyclable ambitieuse de 76,5 km qui traverse des villages de charme comme Stanbridge East ou Farnham. Dans ce village historique, on ne manquera pas la visite du marché public la Station gourmande, qui distribue les aliments des producteurs locaux : maraîchers, confituriers, fromagers. Bien sûr, un arrêt s’impose aux cidreries et aux vignobles qui jalonnent le circuit asphalté, comme celui de Pigeon Hill ou du Clos Ste-Croix, à Dunham : un décor enchanteur pour se procurer quelques bouteilles de son pinot gris, médaillé d’or à la Coupe des nations en 2019. Il faudra pourtant faire preuve de parcimonie durant les dégustations pour pouvoir avaler les kilomètres et les quelques côtes du parcours.


 

Laurentides. Vélo-Popote

Cette boucle permet de démultiplier les plaisirs coupables sur des kilomètres puisqu’elle est connectée, à Oka, à la bien nommée Virée du terroir (60 km), qui longe magnifiquement le lac des Deux-Montagnes. La boucle Vélo-Popote (46 km), quant à elle, évolue dans les paysages champêtres des Basses-Laurentides. Dès le départ, l’arrêt est tentant chez Labonté de la pomme, verger et miellerie, surtout durant la saison de la cueillette des pommes. Mais on ne pourra pas résister à un arrêt aux Fromages du verger, 15 km plus loin ou, un peu après, à Nid’OTruche, la ferme de viande artisanale d’autruche. À Saint-Joseph-du-Lac, une visite au Centre d’interprétation de la courge s’impose, un incontournable durant la période d’Halloween. De retour à Oka, personne n’oserait manquer une visite à la boutique de l’Abbaye d’Oka, pour se procurer son célèbre fromage ou un smoothie glacé dans une atmosphère sacrément appétissante.


   

Outaouais. Sur la route de Papineau

Dans le secteur de la Petite-Nation, cet itinéraire cyclable de 129 km (avec 446 m de dénivelé positif) procure le prétexte idéal pour recharger ses batteries sans modération. À partir de Thurso, le parcours longe la rivière des Outaouais et la frontière avec l’Ontario jusqu’à Grenville. C’est toutefois surtout en bouclant la boucle, du côté de Montebello, qu’on trouvera matière à multiplier les étapes, notamment aux Brasseurs de Montebello, une microbrasserie dont les bières artisanales rendent hommage à l’histoire régionale. Pas un cycliste à la dent sucrée ne résistera à la tentation de faire une incursion chez ChocoMotive, la chocolaterie artisanale haut de gamme installée dans l’ancienne gare de Montebello. Un voyage gustatif vous y attend.


   

Chaudière-Appalaches. Cycloroute de Bellechasse

Cette piste linéaire, qui démarre près de Québec, est l’une des plus belles façons d’explorer cette région méconnue et si paisible, deux atouts majeurs pour le cyclotouriste en vous. L’ambiance est champêtre à souhait, les fermes et les pâturages s’égrenant au fil des kilomètres. L’itinéraire emprunte deux anciennes voies ferrées, ce qui induit un parcours relativement plat. À Saint-Damien-de-Buckland, arrêt à la fromagerie fermière Cassis et Mélisse, pour se procurer une faisselle aux saveurs de pomme et d’érable. Au marché public de Saint-Malachie (ouvert jusqu’au début octobre), on trouvera le nécessaire pour se composer un lunch vitaminé : fruits, légumes, fromages, miel, érable, etc. Le parcours prend fin au parc des chutes d’Armagh.