Chalets branchés, routes et cartes postales à explorer au Québec

Marie-Julie Gagnon Collaboration spéciale
WeChalet, site de location de condos, maisons et chalets en nature, a connu une progression fulgurante depuis son lancement il y a un an et demi.
Photo: Dany Papineau WeChalet, site de location de condos, maisons et chalets en nature, a connu une progression fulgurante depuis son lancement il y a un an et demi.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

En voiture, à moto, en véhicule récréatif ou en fourgonnette, les road trips ont la cote. La bonne nouvelle ? Les thématiques sont infinies ! Et si, après avoir avalé tous ces kilomètres de bitume (et de gravier) sur les routes de la Belle Province, on « allait au bureau » après avoir piqué une tête dans le lac ou dévalé une pente sur des skis ?

Chacun cherche son chalet

On a fait grand cas des propriétaires de chalets qui n’ont pas hésité à changer de région pour s’y réfugier au début de la pandémie. Depuis que les déplacements interrégionaux sont plus fluides, nombreux sont les citadins à avoir cherché un coin de nature où se poser pour une partie de l’été. Sur Instagram, les clichés du Portugal et de la Grèce des dernières années ont fait place cet été aux photos de chalets. Les lacs et les conifères n’ont jamais été aussi tendance. L’été 2020 est résolument celui de la « sainte paix ».

Maintenant que plusieurs ont repris le travail, pourquoi rentrer en ville alors qu’on a pris l’habitude de fonctionner à distance ? Copropriétaire des Chalets Hygge, dont le style s’inspire de l’art de vivre scandinave, Philippe Pichette a rapidement constaté l’engouement pour ses cinq havres de paix équipés d’un bureau et d’une bonne connexion Internet. C’est à la suite d’un voyage en Norvège que le Montréalais et sa conjointe, Kerry Gibson, ont eu envie de rénover ces chalets situés à Orford, dans les Cantons-de-l’Est, en optant pour le pin blanc et les lignes épurées.

Si, depuis le lancement du projet il y a trois ans, les locations de quelques jours étaient la norme, depuis le printemps, les demandes pour de plus longues périodes sont légion. « Avec la COVID, nous avons eu beaucoup de demandes de gens qui souhaitaient travailler à distance, observe-t-il. En ce moment, certains souhaitent louer au mois et parfois plus. » La plus grande flexibilité des employeurs y est selon lui pour beaucoup. « Une famille de Québécois expatriée à New York a fait sa quarantaine dans un de nos chalets, raconte-t-il. Ils y auront en tout passé trois mois. […] Septembre est déjà complètement booké, alors que ce n’est généralement pas un mois très occupé. » Un sixième chalet est actuellement en rénovation.

WeChalet, site de location de condos, maisons et chalets en nature, a pour sa part connu une progression fulgurante depuis son lancement il y a un an et demi. En mars 2019, le site recensait 125 propriétés, en mars 2020, 300, et, alors qu’une nouvelle mouture du site verra bientôt le jour, la barre des 600 inscriptions s’apprête à être franchie. Le Wi-Fi fait partie des critères à partir desquels il est possible d’effectuer une recherche. « Le problème, souligne son fondateur, Dany Papineau, c’est qu’en région, il arrive qu’Internet soit plus lent. » Selon lui, la période la plus propice pour louer une propriété pour une plus longue période est de la mi-octobre à la mi-décembre, période plus creuse où les prix sont plus intéressants.

Les mordus de ski et de plein air qui peuvent travailler à distance seront sans doute pour leur part interpellés par les forfaits développés par Le Massif et ses partenaires, dans Charlevoix. Dès décembre, les familles souhaitant séjourner pour de plus ou moins longues périodes auront accès à une foule de services, y compris de gardiennage. « Pendant la semaine de relâche, par exemple, des parents pourraient envoyer leurs enfants suivre des cours de ski pendant qu’ils travaillent », souligne Maude Barette Desjardins, directrice des communications et du marketing.

« Nous pensions à lancer un projet du genre depuis un an, poursuit-elle. Il était surtout destiné aux pigistes et aux travailleurs autonomes, mais c’est sûr que la pandémie a donné confiance aux employeurs, qui sont plus nombreux à permettre le travail à distance. » À suivre !

La route des explorateurs

Pourquoi choisir de visiter une seule région quand on peut en combiner trois ? Dans l’ouest de la province, la Route des explorateurs invite les vacanciers à emprunter des chemins moins fréquentés dans les Laurentides, l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue. Avis aux curieux, un site Web rassemble les informations de base pour préparer son voyage. Des agences de voyages proposent également d’organiser le séjour pour nous et offrent le rabais de 25 % du programme Explore Québec sur la route. C’est le cas notamment de Groupe Voyages Québec.

Soif de road trips

Qu’on souhaite profiter des dernières belles journées d’été ou des couleurs de l’automne, les routes du Québec nous donnent souvent l’impression de traverser des cartes postales. Les routes thématiques constituent de fabuleux prétextes pour aller se fondre aux paysages qui se transforment au gré des saisons. Les coups de cœur sans cesse renouvelés de l’autrice de ces lignes ? La Route du fjord, où l’on trouve certains des plus beaux villages du Québec, et la route 155 entre Grandes-Piles et La Tuque, en Mauricie.

À surveiller

• Oui, le FME aura lieu ! Le Festival de musique émergente de Rouyn-Noranda aura finalement lieu du 3 au 5 septembre dans une formule remaniée. Une scène extérieure pouvant accueillir un maximum de 250 personnes sera aménagée au lac Kiwanis, et de nouveaux lieux de diffusion seront disséminés un peu partout dans la ville. Parmi les artistes invités, mentionnons Bleu Jeans Bleu et Les Louanges.

Ski Montcalm en famille : du 22 août au 12 octobre, les adeptes de vélo pourront prendre d’assaut les huit pistes et six sentiers de la station de ski. Parmi les nouveautés, mentionnons la nouvelle piste facile Lucky’s, pour initier les enfants.