Décrocher dans Lanaudière, les Laurentides et les Cantons-de-l’Est

Marie-Julie Gagnon Collaboration spéciale
L’une des cabines flottantes du camping du Domaine Lausanne, dans les Laurentides
Photo: Marie-Julie Gagnon L’une des cabines flottantes du camping du Domaine Lausanne, dans les Laurentides

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Se débrancher en pleine nature ne veut pas forcément dire dormir sous une tente qui prend l’eau ou sur un lit fait de branches de sapins. Aux quatre coins de la province, de nombreux sites proposent de décrocher dans le plus grand confort. Et si on se coupait un peu du monde (et des mauvaises nouvelles) en août ?


 

Un cocon dans Lanaudière

Il n’est pas toujours nécessaire de rouler longtemps pour avoir l’impression d’être loin de tout. C’est le cas au Natur’eau spa et chalets, dans Lanaudière, à 1 h 45 de Montréal. Dans les habitations disséminées sur ce site défriché par les propriétaires en 2007, pas de 4G ni de wifi, même si chacune compte une salle de bain, une cuisine et le nécessaire pour mitonnerde bons petits plats, même au fond des bois. « Au début, nous voulions bâtir une auberge, raconte la directrice, Louise Chrétien. Mais nous avons voulu faire les choses différemment. »

Depuis un an et demi, ce sont plutôt deux pods, quatre minimaisons et deux chalets de deux et de quatre chambres que peuvent louer les visiteurs à la recherche de calme, non loin du spa inauguré en janvier 2008.Chacun est assez loin des autres pour permettre un minimum d’intimité.

Si les soins et les bains extérieurs du spa sont accessibles cet été, les saunas sec et humide ont dû être fermés, COVID-19 oblige. Un maximum de 35 personnes peut se détendre simultanément sur le site, qui se pare de couleurs flamboyantes l’automne venu.

Avant de s’y rendre, on s’offre une virée chez différents producteurs locaux de la région, histoire de remplir le frigo de victuailles. Quelques recommandations : Canards Maurel-Coulombe pour le foie gras, les rillettes de canard et le cassoulet au confit de canard, la ferme Vallée verte pour le fromage en grains et le yogourt (divin !) et Qui sème récolte pour le cidre, le jus de pommes, les confitures et les produits de l’érable. Et il y a aussi la boutique de l’abbaye Val-Notre-Dame, qui offre des produits forestiers… et du chocolat !

Et s’il faut absolument se rebrancher pendant quelques instants, le spa a un bon réseau wifi… 

Dormir sur l’eau dans les Laurentides

Depuis 2018, le camping Domaine Lausanne, créé dans les années 1970, appartient à la famille Avon. « Nous avons décidé de nous créer un emploi pour voir grandir nos enfants, raconte Karine Lévesque, copropriétaire. Nous avons cherché et nous avons eu un gros coup de cœur pour l’endroit. »

En plus des terrains de camping, le site, accessible en voiture par l’autoroute 117 et à vélo par le parc linéaire Le P’tit Train du Nord, compte 75 sites de prêt-à-camper, dont 45 ajoutés en 2018. Huit types d’hébergement sont proposés. « Chaque prêt-à-camper offre une expérience différente, résume Mme Lévesque. Pour quelqu’un qui cherche un “tout-inclus”, il est possible de louer une roulotte avec une douche. Le Pignon des bois [habitation triangulaire] est sans services et une petite randonnée est nécessaire pour y accéder. »

Conçues selon les dessins d’Étienne Avon, copropriétaire et designer industriel, les cabines flottantes proposent sans doute l’expérience la plus distinctive. Chacune est climatisée et compte un frigo ainsi qu’un balcon avec vue sur le petit lac. Parfaites pour une famille de trois ou quatre personnes, les maisonnettes peuvent être louées jusqu’en octobre. Un bloc sanitaire avec toilettes, douches et lavabos se trouve à environ cinq minutes de marche.

Onze des installations de prêt-à-camper peuvent être habitées pendant la saison froide et les chiens sont admis dans une dizaine. De nombreuses activités peuvent être pratiquées. L’été, la pêche, la randonnée, la planche à pagaie, le kayak et le vélo à pneus surdimensionnés (fatbikes) sont à l’honneur. Seul bémol : le bruit de l’autoroute peut par moments briser la quiétude.

Répit pour deux dans les Cantons-de-l’Est

Vous cherchez un nid confortable pour un week-end romantique ? Les nouvelles tentes Trappeur Duo Nature du Village Huttopia de Sutton, à Bromont, se trouvent dans un coin plus reculé du site, près de la rivière. Faites de toile et de bois, elles sont équipées d’un lit très grand format, d’une toilette sèche, d’un lavabo avec réservoir d’eau et d’une terrasse privée. Par contre, pas de douche ni d’électricité !

L’endroit compte un restaurant et une piscine, en plus de proposer des activités. Promettez-moi de goûter la pizza !


Marie-Julie Gagnon était l’invitée de Tourisme Lanaudière et du camping Domaine Lausanne.

À surveiller

• Les produits forestiers à l’honneur à l’abbaye Val-Notre-Dame. Bien qu’il soit impossible de profiter de l’offre d’hôtellerie de l’abbaye Val-Notre-Dame cet été à cause de l’âge avancé des moines, des ateliers en petits groupes pour en apprendre davantage sur les produits forestiers sont toujours proposés. On en trouve aussi à la fabuleuse boutique du monastère ! 

 

• Osisko en lumière. Le festival pyromusical de Rouyn-Noranda se transforme cet été en événement pop-up et se transportera de quartier en quartier du 6 au 9 août ainsi que le 15 août. Il suffit de lever les yeux à 22 h pour voir où les feux apparaîtront ! 

 

• FAUV de retour à Montréal Après Québec les 14 et 15 août, le Festival au volant reviendra à Montréal les 21 au 22 août avec Maxim Martin et Jérémie Demay comme animateurs.