La Côte d’Azur des peintres

Nice et sa promenade des Anglais, qui s’étire sur sept kilomètres entre les plages de la baie des Anges et les hôtels Belle Époque.
Photo: Gabriel Anctil Nice et sa promenade des Anglais, qui s’étire sur sept kilomètres entre les plages de la baie des Anges et les hôtels Belle Époque.

Souvent synonyme de luxe, de jet-set et de paillettes, la Côte d’Azur constitue aussi l’une des régions françaises ayant le plus inspiré les peintres. Attirés par sa lumière unique, ses paysages colorés et son climat modéré, certains des plus grands artistes visuels du dernier siècle y ont habité et y ont travaillé, laissant dans leurs sillages de magnifiques œuvres, qu’il est encore possible d’admirer sur les lieux mêmes qui les ont vues naître.

Sur une distance d’à peine 60 kilomètres, entre les villes de Cannes et de Menton, l’esthète peut ainsi vivre une formidable expérience picturale le long des côtes azuréennes, en comparant les riches paysages qui se déploient au fil de sa traversée à ceux qu’il trouvera figés sur les toiles des musées et des ateliers qui ponctueront son avancée. Proposition d’itinéraire pour un voyage spectaculaire.

Menton, situé à l’est de Nice et à un jet de pierre de l’Italie, est un excellent endroit pour commencer cette belle promenade. C’est dans cette sympathique petite ville faisant partie du comté de Nice, qui ne fut rattaché à la France qu’en 1860, que vous trouverez le plus grand musée au monde consacré au prince des poètes, Jean Cocteau. La collection est exposée dans deux pavillons qui sont à la fois différents et complémentaires.

Imaginé par le créateur lui-même, le Musée du Bastion se trouve dans un bâtiment patrimonial datant de 1639, niché sur le promontoire rocheux de la vieille ville. Il présente des œuvres produites entre 1950 et 1963 par Cocteau, alors qu’il habitait la commune voisine de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Installée à deux cents mètres de là, la collection Séverin Wunderman, exposée dans un édifice ultramoderne inauguré en 2011, regroupe quant à elle plus d’un millier d’œuvres, qui permettent de traverser les différentes périodes de création de l’artiste multidisciplinaire.

À quelques minutes de marche du musée, vous pourrez également visiter la salle des mariages de l’hôtel de ville de Menton, qui fut peinte par celui qui se démarqua également au théâtre et au cinéma. Finalement, en chemin vers Nice, à Villefranche-sur-Mer, se trouve la chapelle Saint-Pierre, dont l’intérieur fut lui aussi superbement décoré par l’auteur du roman Les enfants terribles.

Des anges et des citronniers

Après avoir roulé le long de la mer, dont la teinte de l’eau oscille selon l’angle du soleil entre le bleu cobalt et le turquoise (et vous être immergé dans cette lumière, si chère aux peintres, qui insuffle la vie aux couleurs, qui donne de la texture aux végétaux, aux pins et aux oliviers alignés, qui embellit toute chose dès qu’elle pose ses rayons sur celle-ci), vous arriverez à Nice, la métropole de la Côte d’Azur.

Vous pourrez alors vous perdre dans les étroites rues médiévales du Vieux-Nice, bordées d’édifices pastel aux volets agencés, qui rappellent la Provence ; vous poser au centre d’une de ces nombreuses places animées comme il en existe des milliers dans les pays de la Méditerranée, y déguster un verre de vin en observant des amis discuter comme si le temps s’était arrêté ; ou encore marcher le long de la promenade des Anglais, qui s’étire sur sept kilomètres entre les plages de galets de la baie des Anges et les façades blanches des hôtels Belle Époque.

Mais il vous faudra assurément vous arrêter au Musée Matisse, consacré à cet artiste avant-gardiste qui vécut à Nice de 1917 jusqu’à sa mort en 1954. Attiré par la beauté des lieux, il expliquera ainsi son attachement à la ville et sa région : « Quand j’ai compris que chaque matin je reverrais cette lumière, je ne pouvais croire à mon bonheur. Quelle lumière tendre, malgré son éclat. »

Le musée retrace la vie et le cheminement du peintre, et propose une importante collection de peintures, de gravures, de dessins, de sculptures ainsi que d’objets lui ayant appartenu. Le chef de file du fauvisme repose d’ailleurs au cimetière du monastère de Cimiez, non loin de là.

Par la suite, vous pourrez aussi vous rendre au Musée national Marc Chagall, édifié sous la direction de l’artiste et ouvert en 1973. Y est exposé Message biblique, l’une de ses œuvres majeures, composé de 17 tableaux magistraux où sa maîtrise des couleurs et des symboles atteignent de nouveaux sommets.

Auguste Renoir, grand maître impressionniste, a vécu les douze dernières années de sa vie, de 1907 à 1919, à Cagnes-sur-Mer. C’est là, avec une vue spectaculaire sur la multitude des bleus de la Méditerranée, en compagnie de son épouse et de leurs trois fils, dont le futur cinéaste Jean Renoir, qu’il a fait bâtir sa maison et son atelier.

Ceux-ci ont depuis été soigneusement conservés et forment désormais le Musée Renoir. Y sont exposés des objets ayant appartenu au peintre ainsi que quatorze de ses toiles. Une belle occasion de pénétrer dans son intimité et de tenter de comprendre son processus créatif.

En roulant une vingtaine de minutes parmi les bougainvilliers, les orangers, les rosiers, les citronniers et les mimosas qui bordent et parfument l’étroite route en bord de mer qu’il vous faudra emprunter, vous atteindrez la ville côtière d’Antibes, où une institution est consacrée à un autre génie tombé amoureux de la région : Pablo Picasso.

Situé dans un château datant du Moyen Âge, le Musée Picasso servit d’atelier au créateur espagnol, qui y fut invité à l’automne 1946 pour une résidence artistique. Il y produisit, en à peine deux mois, pas moins de 23 peintures et 44 dessins qu’il légua par la suite à la Ville et qui sont depuis exposés dans les lieux mêmes où ils furent créés. Au total, les visiteurs peuvent y admirer pas moins de 275 œuvres de l’un des plus grands artistes du XXe siècle, qui résida l’été, entre 1920 jusqu’à sa mort en 1973, sur la French Riviera, qui a toujours conservé une place privilégiée dans son cœur.

 
Photo: Gabriel Anctil Situé dans un château du Moyen Âge, le Musée Picasso servit d’atelier au créateur espagnol, qui y fut invité à l’automne 1946 pour une résidence artistique.

Pour terminer votre périple en beauté, un arrêt dans la pittoresque commune du Cannet s’impose. Établie à quelques minutes au nord de la clinquante ville de Cannes, elle héberge, depuis 2011, le Musée Bonnard, premier établissement entièrement consacré à l’œuvre de cette figure marquante de l’art des XIXe et XXe siècles. Le peintre séjourna dans cette petite ville dès 1904, avant d’y acquérir en 1926 une modeste maison, où il vécut à temps plein de 1939 jusqu’à sa mort en 1947.

Ce grand ami de Matisse, qu’il fréquentera régulièrement, a peint pas moins de 300 toiles dans sa résidence, inspiré lui aussi par la lumière et les couleurs de la Côte d’Azur, qui continuent d’attirer artistes et visiteurs du monde entier.

Ils tombent sous le charme de ce lieu unique, sorte de terre bénie nichée entre les douceurs de la mer et les pics enneigés des Alpes du Sud, entre le Midi et l’Italie, où les panoramas et les paysages ne restent jamais figés, se transformant au gré du soleil, des nuages, des vents et des saisons, qui les réinventent constamment dans un mélange de poésie et d’éternité.

Gabriel Anctil a été invité par Air Transat et par l’Office de tourisme de la Côte d’Azur.

 

Bon à savoir

Air Transat offre deux vols par semaine vers Nice, du début mai à la fin août, ainsi qu’en octobre, puis trois vols par semaine en septembre.

Coronavirus en France

Selon les chiffres fournis par l’organisme Santé publique France au moment où ces lignes étaient écrites, 2281 personnes ont été contaminées par le coronavirus en France et 48 personnes en sont décédées. Dans la région de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 112 personnes ont été déclarées positives au COVID-19. On peut suivre l’évolution de la situation sur ce site : santepubliquefrance.fr