Un jardin, une île dans le Tessin

La magnifique villa qu'a fait construire Max Emdem après avoir acheté l'île de Brissago
Photo: Lise Gobeille La magnifique villa qu'a fait construire Max Emdem après avoir acheté l'île de Brissago

Situé en Suisse dans le canton du Tessin, le jardin botanique de l’île de Brissago, sur le lac Majeur, fut un coup de cœur lors de mon dernier séjour en Europe pour plusieurs raisons, dont la qualité de ses collections, la beauté de ses aménagements et le paysage environnant. Sans parler du voyage en bateau pour s’y rendre qui, sans l’ombre d’un doute, ajoute au charme de la visite.

Immergée dans les eaux du lac Majeur, qui accumule la chaleur de l’été pour la restituer au cours l’hiver, en plus de protéger le massif alpin, l’île de Brissago bénéficie d’un climat ensoleillé où l’on compte peu de journées de gel. C’est pourquoi on retrouve dans les collections des végétaux de climat plus doux, comme celui de la Méditerranée, et de climat subtropical humide.

Un peu d’histoire

En 1885, époque où la curiosité pour les plantes d’ailleurs est grande, le baron Richard Fleming et et son épouse Antoinette, née de Saint Léger, achètent l’île pour y habiter. Après avoir rénové le vieux couvent, ils acquièrent, pour le plaisir de la baronne, des plantes de tous les continents et se lancent dans la création d’un jardin exotique. Et puis un jour, le baron abandonne sa femme. L’île est alors vendue à Max Emden.

Ce dernier, paraît-il, cultive plus l’art de vivre que les plantes. Il a cependant le mérite de ne pas toucher au jardin et de faire construire la magnifique villa, laquelle sert maintenant de restaurant et d’hôtel. En 1949, quelques années après le décès de Max Emden, le canton du Tessin et plusieurs autres entités rachètent l’île et son bâtiment afin de les destiner à la conservation, à la culture, à la science, à la vulgarisation et au tourisme.

 
Photo: Lise Gobeille Le bain romain entouré de plantes médicinales et condimentaires est une attraction à ne pas manquer au jardin botanique de l’île Brissago.

Le 2 avril 1950, le jardin s’ouvre au public et on constate encore aujourd’hui qu’il est entre bonnes mains : il est bien entretenu ; de nouveaux végétaux se sont ajoutés aux collections ; et des aménagements plus modernes y ont été construits.

Visite du propriétaire

Sur seulement 2,5 hectares se déploie la diversité botanique de cinq continents déclinée en plus de 2000 espèces en provenance de la Méditerranée, de la région du Cap en Afrique du Sud, des côtes Californiennes, de l’ouest de l’Australie et du centre du Chili. Tous les végétaux sont mis en valeurs dans des aménagements naturels.

J’ai particulièrement aimé l’extraordinaire forêt australienne avec ses arbres majestueux, ses fleurs aux formes époustouflantes, ses fougères arborescentes et son pin de Wollemi, arbre rare découvert en 1994 dans des gorges près de Sydney. Sans parler de la section de l’Afrique du Sud, pour ses spectaculaires plantes, celle des Amériques, pour ses plantes aux formes graphiques, et du magnifique bain romain, entouré de plantes médicinales et condimentaires.

Lors de votre visite, je vous suggère d’aller du côté du superbe paysage aménagé devant la villa afin d’y observer des tortues en voie de disparition. Profitez-en ensuite pour vous arrêter au restaurant afin d’y déguster un excellent repas ou un espresso, sur la terrasse ou sous les vérandas. Mieux encore, réservez une nuit à l’hôtel afin de passer une soirée de rêve dans ce jardin exceptionnel.

L'Odyssée des plantes

Espace pour la vie vous invite à découvrir cet été l'odyssée des plantes, un parcours amusant et éducatif au coeur de l'Arboretum du Jardin Botanique. Pourquoi tracer l'histoire de l'évolution ? Pour comprendre d'où nous venons et pour apprécier les liens qui se sont tissés entre les êtres vivants au fil du temps. À l'heure où la nature subit des changements en accéléré, mieux comprendre la diversité des êtres vivants invite à la réflexion. 

Au jardin

Au potager, les semis devraient être presque terminés puisqu'à la fin juin, on ne sème que les carottes. On fait donc la pause semis juisqu'à la mi-août, où l'on recommencera afin de profiter d'une récolte automnale de légumes qui poussent sous des températures froides (épinard, laitue, mesclun...) N'oubliez pas d'attacher à un tuteur vos plants de tomates de type indéterminé ; poussant en hauteur et n'ayant pas de corps, elles ont besoin d'petre soutenues. Au potager comme dans les boîtes à fleurs, juin est une période où la fertilisation est importante. Ne la négligez pas si vous sohaitez que vos efforts portent leurs fruits.