Cannabis, bière, livres et bouffe de rue à Portland, Oregon

Pas moins de 600 restaurateurs sur roues proposent leurs plats aux quatre coins de Portland.
Photo: Gabriel Anctil Pas moins de 600 restaurateurs sur roues proposent leurs plats aux quatre coins de Portland.

Portland, la plus grande ville de l’Oregon, possède une personnalité unique et attachante. Contrairement à San Francisco ou à Seattle, elle n’a pas — encore — vendu son âme aux grandes entreprises et est restée fidèle à ses valeurs écologiques et progressistes. Plongée au coeur de la plus weird des villes américaines.

Dans le premier épisode de son hilarante télésérie Portlandia, Fred Armisen présente Portland comme un endroit où, comme dans les années 1990, les gens veulent sauver la planète, fonder des groupes de musique et profiter de la vie au maximum, ne travaillant que quelques heures par semaine dans un café du quartier.

L’énoncé est évidemment exagéré, mais il recèle sa part de vérité. Portland est considérée par de nombreux experts comme la grande ville la plus écolo des États-Unis. Elle a établi la première stratégie climatique municipale au pays dès 1993 et a investi massivement depuis les années 1970 dans les transports en commun. Si bien qu’elle est aujourd’hui desservie par des autobus, des tramways, des trains légers, un efficace réseau de pistes cyclables et possède même, depuis 2015, un pont réservé aux vélos et aux transports en commun. Le « Pont du peuple », ainsi surnommé lors de son inauguration, est le premier aux États-Unis à être complètement interdit aux véhicules privés. Une véritable révolution au pays de l’oncle Trump !

Portland se distingue également par ses nombreux commerces indépendants et par la perpétuelle promotion de la consommation locale. Les cafés, les librairies et les friperies y abondent. Ils y ont clairement supplanté les chaînes, qui y sont très discrètes. Mais la reine incontestée de Portland est sans aucun doute sa bière, dont la qualité et la diversité sont célébrées mondialement. Plus de 75 brasseurs y sont actifs, soit plus que dans n’importe quelle autre ville du monde. Ce n’est pas pour rien que les amateurs de broue ont affectueusement surnommé le lieu « Beervana ».

La pureté de l’eau utilisée, la qualité exceptionnelle du houblon cultivé dans la région, un savoir-faire qui se perfectionne depuis une trentaine d’années et un effet d’émulation ont permis de faire de chaque gorgée de bière une expérience si agréable et si intense qu’un véritable tourisme brassicole s’est développé dans la cité.

Les connaisseurs se rendent généralement dans le Pearl District pour y entamer un pèlerinage qui leur fera visiter de nombreuses microbrasseries, toutes accessibles à pied, où ils dégusteront les meilleures IPA de leur vie.

Chaque brasseur offre des dizaines de bières différentes, dont le menu évolue selon les expérimentations. De sorte que, même en y logeant un mois, il vous sera impossible d’en faire le tour. Et si un jour cela se produisait, sachez que pas moins de 285 brasseurs concoctent l’élixir dans le seul État de l’Oregon ! Un domaine en pleine expansion, fortement encouragé par sa population, qui est celle qui dépense le plus d’argent par habitant sur la planète pour des produits de microbrasserie. De quoi garder le navire à flot et continuer à remplir des barils pour les prochaines générations.

Rebelle et psychédélique

Portland constitue certainement l’un des pôles les plus libéraux des États-Unis. La tolérance à la différence y est très forte. Elle y est même célébrée. Le slogan officieux de la ville n’est pas « Keep Portland weird » pour rien. Elle attire les artistes mal compris, les homosexuels persécutés et les minorités marginalisées.

Chuck Palahniuk, le plus célèbre écrivain de la ville, auteur du sulfureux Fight Club, a élaboré une théorie dans son roman Fugitives and Refugees selon laquelle un grand nombre de ceux qui ont visé l’Ouest et le Pacifique en fuyant leur ancienne vie ailleurs aux États-Unis se sont inévitablement retrouvés un jour ou l’autre à Portland, une des villes les plus abordables de la côte ouest. La cité possède ainsi une concentration inhabituelle de fêlés, d’insurgés, de fugitifs et de rêveurs qui ont fait de cette ville l’une des plus créatives et des plus insoumises de l’Amérique.

Photo: Gabriel Anctil Surnommée «Beervana», Portland abrite 75 microbrasseries parmi les 285 que compte l’État de l’Oregon.

C’est donc sans surprise qu’en 2015 l’Oregon est devenu le quatrième État à légaliser la vente du cannabis récréatif. Celui-ci est depuis accessible au visiteur qui désirerait voir la ville à travers les vapeurs de la marie-jeanne. Sa vente, supervisée par l’État, se déroule exclusivement dans des commerces discrets et relativement limités, situés dans des quartiers excentrés.

Ainsi, l’achat de joints ou de grammes de pot demande un minimum d’effort de déplacement et est interdit aux moins de 21 ans. Sur place, des vendeurs ayant testé la marchandise vous suggéreront quelques produits aux noms plus poétiques les uns que les autres (Arc-en-ciel intérieur, Étoile tropicale, Brise intersidérale…) selon l’expérience que vous recherchez, qu’elle soit créative, euphorisante ou relaxante.

Offre gastronomique hallucinante

Pour une fringale ou carrément s’offrir un trip de bouffe, rien de mieux que de partir à la découverte de l’impressionnante offre de cuisine de rue de la ville, l’une des plus vivantes du continent. Pas moins de 600 restaurateurs sur roues proposent leurs plats aux quatre coins de Portland, à une clientèle exigeante et habituée à la plus haute qualité. Mais, contrairement aux camions de rue de Montréal ou de la plupart des villes nord-américaines, la très grande majorité des mini-restaurants, concentrés dans un secteur, ont une adresse fixe où les habitués peuvent facilement les retrouver et y déguster leurs spécialités, qu’elles soient coréennes, mexicaines, péruviennes ou végétariennes.

Cathédrale du livre

Une visite à Portland ne serait pas complète sans un arrêt à la magnifique librairie Powell’s Books. L’autoproclamée « plus grande librairie du monde » occupe depuis 1971 un bloc entier du centre-ville, où il est possible de consulter et d’acheter au-delà d’un million de livres neufs et d’occasion. Romans, essais, livres pour enfants, bandes dessinées, livres rares… c’est à une véritable expérience intellectuelle et physique que vous êtes conviés au gré des centaines d’étagères qui s’enfilent sans fin sur les trois étages de cette véritable cité des livres. Vous pourrez ainsi y bouquiner pendant des heures et y perdre la notion du temps, l’esprit complètement plongé dans le merveilleux monde des idées et du papier.

En terminant votre journée, bien calé dans le café de l’établissement — lieu idéal pour observer les Portlanders en action —, vous vous direz peut-être qu’ils ont vraiment tout pour être heureux dans cette ville qui encourage la différence plus que le conformisme. Que la lumière de Portlandia se rende jusqu’à nos lointaines contrées et nous éclaire sur la façon de mieux vivre en communauté.

Infos pratiques

Dégustation de bières. Des visites guidées à pied des meilleures brasseries de la ville expliquent pourquoi Portland est devenue le paradis de la cervoise. Échantillons et nouveaux amis compris. 

Cuisine de rue. En plus d'explorer la vaste offre culinaire de la ville, une visite guidée d’une heure permet aux gourmands de goûter aux délices de quatre des meilleurs restaurateurs sur roues de Portland.