Par ici les sorties!

André Lavoie Collaboration spéciale
Pour ceux qui préfèrent les bienfaits de la pratique des sports extérieurs plutôt que de s’extasier devant les prouesses des meilleurs casse-cou, les plaines d’Abraham seront une destination vraiment famille du 3 au 18 mars.
Photo: iStock Pour ceux qui préfèrent les bienfaits de la pratique des sports extérieurs plutôt que de s’extasier devant les prouesses des meilleurs casse-cou, les plaines d’Abraham seront une destination vraiment famille du 3 au 18 mars.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

On s’y retrouve pour brasser des affaires (dont politiques), ou alors en amoureux ou en famille : la ville de Québec a beaucoup à offrir, et pas seulement aux amateurs d’histoire et d’architecture. Passionnés de plein air, foodies d’occasion, gourmands culturels et amateurs de sensations fortes auront l’embarras du choix dans les prochains mois. Tout cela en attendant le printemps, ou pour le vivre pleinement.

La Vieille Capitale a plus d’une fois rêvé d’être une ville olympique, une absence à ce panthéon du sport qui ne l’empêche pas d’organiser des événements sportifs hauts en couleur. Alors que le printemps sera bientôt officiellement à nos portes, le Jamboree, rendez-vous incontournable pour les fervents de planche à neige et de ski acrobatique, va plutôt nous ramener aux joies de l’hiver, et ce, de façon spectaculaire. Du 22 au 25 mars, il ne faudra pas se surprendre de voir des skieurs virevolter sur des rampes aux dimensions impressionnantes dans le décor du quartier Saint-Roch.

Pour ceux qui préfèrent les bienfaits de la pratique des sports extérieurs plutôt que de s’extasier devant les prouesses des meilleurs casse-cou, les plaines d’Abraham seront une destination vraiment famille du 3 au 18 mars. Si la météo ne s’avère pas trop capricieuse, ce sera le moment tout désigné pour profiter des sentiers de ski de fond et de patins, qui totalisent 13,9 kilomètres, sans compter les aménagements, un peu plus modestes, pour les marcheurs et les raquetteurs. Pendant cette période et à deux pas des activités extérieures, on peut aussi visiter le Musée des plaines d’Abraham, qui évoque les multiples dimensions de deux célèbres batailles, celle sur les Plaines en 1759 et l’autre à Sainte-Foy en 1760. Et tous les jeunes de 17 ans et moins sont admis gratuitement pendant cette période de congé scolaire.

Québec, capitale de la gourmandise

Photo: iStock Et si vous en profitiez pour faire d’une pierre deux coups en visitant un quartier à pied tout en découvrant ses meilleurs restaurants?

Les bonnes tables ne manquent pas, et on les retrouve aux quatre coins de la ville. Mais pour les touristes et les visiteurs de passage, il n’est pas toujours facile de faire le bon choix, surtout si l’on veut sortir des sentiers battus. Et si vous en profitiez pour faire d’une pierre deux coups en visitant un quartier à pied tout en découvrant ses meilleurs restaurants ? C’est la proposition alléchante des Parcours épicuriens, une exploration de différents secteurs de la capitale avec de nombreux arrêts pour déguster bouchées et boissons alcoolisées, un parcours de trois à quatre heures de pur bonheur pour le palais.

D’autres voudront sans doute vivre une expérience encore plus festive, mais ils devront attendre la septième édition de Québec exquis, qui se tiendra du 17 au 29 avril. Incontournable pour les amateurs de grands crus et de haute gastronomie, l’événement met de nouveau l’accent sur les produits du terroir québécois, conviant à la fête plusieurs producteurs de fromages, de cidre, de saumon fumé, etc.

Et le houblon, dans tout ça ? Les microbrasseries québécoises n’ont jamais été aussi nombreuses, de même que les lieux pour apprécier leurs produits, surtout dans le Vieux-Québec, et le géo-rally Sur la route de la bière constitue une belle entrée en matière. Grâce à un GPS offert en location, le parcours d’environ deux heures se veut à la fois instructif et savoureux, se concluant par une dégustation conviviale.

Québec, une ville et des lettres

Photo: iStock Les microbrasseries québécoises n’ont jamais été aussi nombreuses, de même que les lieux pour apprécier leurs produits, surtout dans le Vieux-Québec.

Dans la capitale, le printemps est toujours celui des écrivains, car ils convergent en grand nombre pour la tenue du Salon international du livre de Québec, du 11 au 15 avril. Encore cette année, les auteurs d’ici et d’ailleurs se feront une joie de retrouver plus de 60 000 visiteurs au Centre des congrès, lieu où grouillent toujours beaucoup d’enfants puisque pour les 12 ans et moins, l’entrée est gratuite lorsqu’ils sont accompagnés d’un adulte.

Au même moment, les bédéistes ne seront pas en reste puisqu’ils font eux aussi partie de la grande fête du livre. Or, leur événement, longtemps intitulé Festival de la bande dessinée francophone de Québec, adopte un nom beaucoup plus court pour sa 31e édition, Québec BD. Cette année encore, plusieurs bédéistes de l’Espagne, de la France, de l’Italie et bien sûr de la Belgique seront de la partie, pour la plus grande joie des amateurs. Pour l’occasion, on notera la présence d’un ambassadeur belge du 9e art doublé d’un passionné de bonne bouffe, soit Mathieu Burniat. L’auteur de La passion de Dodin-Bouffant profitera d’une résidence de création de deux mois dans la capitale.

On l’oublie parfois, mais la communauté anglophone est bien présente à Québec, et elle organise aussi des événements littéraires. Le Morrin Centre, espace culturel de langue anglaise en plein coeur du Vieux-Québec, propose à partir du 3 avril la neuvième édition du festival d’écrivains ImagiNation, carrefour important pour les auteurs anglophones d’ici et d’ailleurs, le tout dans ce lieu magnifique et historique qui fut tour à tour, à partir de 1712, une caserne, une prison et un collège avant de devenir un centre culturel.

Le monde a besoin de magie

Il y a la magie des mots et la magie tout court ! Un peu partout dans la ville, et particulièrement au Palais Montcalm et au Musée de la civilisation, une imposante délégation d’illusionnistes de tous les horizons va débarquer entre le 3 et le 6 mai. Plusieurs galas permettront de mettre en valeur le talent local et celui des vedettes venues d’ailleurs, mais la fête va aussi se poursuivre dans les rues du quartier Petit Champlain — en soi un endroit magique ! —, sans compter les enfants qui auront droit à leur moment Harry Potter. Au cours de l’événement, on tiendra une École de magie, proposant trois niveaux d’apprentissage, pour les apprentis magiciens âgés de 6 ans et plus. Tout cela dans l’ambiance feutrée du magnifique Palais Montcalm pendant un week-end fort instructif, où l’on insistera sûrement pour que les élèves taisent les secrets des tours qu’ils auront appris.