Montréal est doté d’un club pour jouer dans les ligues majeures

Émilie Corriveau Collaboration spéciale
«Le Palais des congrès crée entre 225 et 245 millions de retombées économiques pour Montréal annuellement», indique Raymond Larivée, président-directeur général du Palais des congrès.
Photo: Palais des congrès «Le Palais des congrès crée entre 225 et 245 millions de retombées économiques pour Montréal annuellement», indique Raymond Larivée, président-directeur général du Palais des congrès.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

D’après les plus récentes données de l’International Congress and Convention Association, Montréal est la ville nord-américaine qui accueille le plus grand nombre de congrès internationaux. Si, sur ce terrain, elle dépasse des destinations comme Toronto, Vancouver, New York ou Washington, c’est en partie grâce au Club des ambassadeurs du Palais des congrès qui, de concert avec Tourisme Montréal, met tout en oeuvre depuis 1985 pour que la métropole québécoise se distingue auprès des grandes associations de la planète. Incursion au coeur d’un cercle exclusif.

Président du Club des ambassadeurs du Palais des congrès depuis près d’un an, Hany Moustapha, une sommité dans le domaine de l’aérospatiale, se souvient bien du moment où il a rallié les rangs du groupe. C’était en 2007 et, à cette époque, il travaillait chez Pratt Whitney Canada, où il occupait le poste de directeur des programmes de technologie.

« J’ai organisé une grosse conférence qui réunissait près de 3500 personnes qui s’intéressaient aux moteurs d’avions [le congrès de l’American Society of Mechanical Engineers, le Turbo Expo]. C’était au Palais des congrès. Je ne connaissais pas le Club à ce moment-là, mais mes efforts pour organiser la conférence m’ont mené à le découvrir. On m’a nommé ambassadeur parce que j’avais permis à Montréal d’obtenir ce congrès. »

Outre M. Moustapha, quelque 330 personnes sont aujourd’hui membres du club fondé il y a un peu plus de 30 ans. Issues du milieu universitaire, du domaine de la recherche et du monde des affaires, elles se sont toutes vu conférer le statut d’ambassadeur parce qu’elles ont directement contribué à ce que Montréal accueille un congrès d’envergure internationale.

« Il y a des villes où il y a beaucoup plus d’ambassadeurs qu’ici, relève Raymond Larivée, président-directeur général du Palais des congrès. À Montréal, il ne suffit pas d’aimer la ville et d’avoir un bon réseau pour devenir ambassadeur. Il faut être un champion, amener un congrès à Montréal et il faut que l’organisation internationale qui tient ce congrès confirme qu’on a été un influenceur important dans la prise de décision. »

D’importantes retombées

Chaque année, l’apport des ambassadeurs du Palais des congrès se traduit par des retombées intellectuelles et économiques non négligeables pour Montréal.

« Le Palais des congrès crée entre 225 et 245 millions de retombées économiques pour Montréal annuellement, indique M. Larivée. De ce nombre, au cours des cinq dernières années, 155 millions ont été amenés spécifiquement grâce aux ambassadeurs. Et si on remonte à la création du Club, on parle de près d’un milliard. Quant aux retombées intellectuelles, elles sont impossibles à quantifier, mais elles sont indéniables. »

Désireux d’accroître ces retombées et d’inciter les chercheurs à s’impliquer davantage dans l’organisation d’événements à caractère international, le Palais des congrès et son Club des ambassadeurs ont établi au cours des trois dernières années différents partenariats avec des organisations regroupant des scientifiques. Ils se sont notamment alliés avec le Fonds de recherche du Québec, Montréal InVivo (la grappe des sciences de la vie et des technologies de la santé de la région métropolitaine de Montréal) et l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

L’attrait de Montréal

Très actif au sein du Club des ambassadeurs du Palais des congrès, M. Moustapha a, au cours des dernières années, grandement contribué au rayonnement de Montréal par son implication. Depuis la tenue du congrès Turbo Expo de 2007, non seulement il a orchestré deux autres vastes conférences internationales, mais il s’est également beaucoup investi auprès des différents comités du groupe et a été vice-président du Club pendant deux ans.

M. Moustapha connaît donc bien les enjeux auxquels font face les ambassadeurs lorsqu’ils tentent de faire valoir la candidature de Montréal auprès d’une association internationale.

« Nous sommes très chanceux parce que Montréal a beaucoup de choses à offrir, assure-t-il. Ce n’est pas une ville difficile à vendre. C’est un peu le Paris de l’Amérique du Nord. Il y a plein de choses à faire et à voir, des restaurants, des cafés, de bons hôtels. Et le Palais des congrès est près de tout. »

« Ses universités, ses chercheurs, ses grappes industrielles et ses centres de recherche la rendent aussi très attrayante, ajoute M. Larivée. Montréal occupe le premier rang au Canada pour le nombre de centres de recherche. Grâce à cela, au fil des ans, elle s’est développé une expertise dans des secteurs comme les sciences de la vie, l’aérospatiale, le transport et les technologies. Aujourd’hui, elle est reconnue mondialement pour ces savoirs-là. »

Les outils du Palais

Il n’en demeure pas moins qu’orchestrer un congrès d’envergure internationale, aussi fantastique sa ville d’accueil soit-elle, reste un défi de taille. Mais d’après M. Moustapha, les organisateurs de tels événements sont fort choyés à Montréal.

« Le Palais des congrès offre un soutien très important aux ambassadeurs, confie-t-il. Il les aide à toutes les étapes du processus. Ce n’est pas partout comme ça ! »

Ainsi, l’équipe du Palais conseille et appuie les ambassadeurs dans leurs démarches de préparation et de présentation de candidature. Elle produit notamment pour eux un cahier de candidature et les aide à élaborer leur stratégie de représentation auprès des instances décisionnelles.

« Lorsqu’un ambassadeur présente la candidature de Montréal pour un congrès, il y a toujours quelqu’un de notre équipe qui est là, note M. Larivée. Cette personne parle de Montréal, de la ville, des installations, de tous les services et l’ambassadeur, lui, parle de tout ce qui concerne son domaine d’expertise. »

L’équipe du Palais des congrès seconde également les ambassadeurs dans leur élaboration de partenariats, leur offre un soutien logistique et financier, les aide à promouvoir leur événement et les assiste dans l’élaboration d’un programme de congrès et d’un budget.

« Tourisme Montréal nous aide aussi, remarque M. Moustapha. Tout ce soutien fait vraiment toute la différence. Nous avons tout ce qu’il faut pour attirer les plus importants congrès internationaux. »