Atlas des terres indomptées, à la découverte d’un monde sauvage, Chris Fitch

Peu de blogueurs ont eu la chance de poser leurs pieds et leurs mots-clics (#bliss #wanderlust) sur les terres sauvages présentées dans l’Atlas des terres indomptées, pour la simple et bonne raison qu’elles ne sont pas si simples à approcher. Si l’auteur Chris Fitch se défend bien de nous offrir ici une liste exhaustive des territoires les plus farouches du globe, il a plutôt choisi de nous présenter, en deux ou trois pages, l’histoire fascinante de 45 lieux mystérieux et insoumis. De ceux-là, on retrouve entre autres Hang Soon Dong au Vietnam, une grotte difficile à trouver même si elle est la plus grande caverne au monde, la côte des Squelettes sur le littoral de la Namibie, où une centaine de bateaux ont fait naufrage, la zone coréenne démilitarisée qui sépare la Corée du Sud et du Nord (ironiquement l’une des frontières les plus armées sur la planète), où résident quelques rares villageois ayant un droit acquis, et la spatule, un oiseau menacé d’extinction. Si le voyage nous rend le monde de plus en plus accessible, cet ouvrage nous rappelle vite que certains préfèrent garder l’homme à distance. Au fil des textes et des quelques photos en noir et blanc, on comprend vite que la nature est plus forte que tout et que la faune et la flore, elles, ont su s’adapter et prospérer malgré les conditions extrêmes. 

Atlas des terres indomptées, à la découverte d’un monde sauvage

★★★ 1/2

Chris Fitch, Éditions de La Martinière, Paris, 2017, 208 pages