Castelo de Vide et Marvao: deux villages typiques de l’époque médiévale au Portugal

Le village de Marvao et son château sont visibles de loin. La cité médiévale a été construite à même un piton rocheux qui s’élève à 800 mètres d’altitude.
Photo: Yves Desautels Le village de Marvao et son château sont visibles de loin. La cité médiévale a été construite à même un piton rocheux qui s’élève à 800 mètres d’altitude.

Le Portugal, ce pays attachant, est tout petit géographiquement mais très grand par la richesse de sa culture et de son histoire. Un soleil quasi permanent attire des touristes de toute l’Europe, notamment des Anglais et des Allemands. Les deux grandes villes, la capitale, Lisbonne, et la capitale du vin, Porto, attirent des milliers de visiteurs. Dans le sud du pays, le long de la mer, l’Algarve n’a rien à envier à la Côte d’Azur française ou à la Costa del Sol espagnole. Enfin, moins fréquentée par les touristes, il y a l’Alentejo, la partie centrale du pays.

En portugais, Alentejo veut dire « au-delà du Tage », le grand fleuve qui traverse tout le pays pour se jeter dans l’Atlantique à la hauteur de Lisbonne.

Grenier à blé, cette région est aussi celle des oliviers et des chênes-liège. Il faut dire que le Portugal fournit la majeure partie de la production de liège dans le monde. On y retrouve une foule de petits villages construits à flanc de montagne et surmontés de châteaux impressionnants dont l’histoire remonte à l’époque médiévale, et même au temps des Romains et des Maures venus d’Afrique.

Les Maures ont occupé le sud du Portugal et de l’Espagne pendant des siècles, entre les années 700 et 1200. C’était de grands bâtisseurs et plusieurs monuments ont été très bien conservés. Ces constructions sont les témoins de la richesse de la culture et des traditions maures, qu’on peut admirer encore aujourd’hui.

Deux de ces villages typiques de l’époque médiévale sont à voir absolument : Castelo de Vide et Marvao. Ils sont situés à une dizaine de kilomètres l’un de l’autre, près de la frontière espagnole, dans un parc national appelé Serra de Sao Mamede, très populaire auprès des randonneurs.

Une forteresse

Photo: Yves Desautels L’entrée du village de Castelo de Vide

On tombe rapidement sous le charme de Castelo de Vide, ce bourg en montagne. Les maisonnettes, toujours habitées, sont situées à l’intérieur des fortifications du château qui trône au sommet. Imposant, celui-ci peut être aperçu des kilomètres à la ronde. Sa situation géographique faisait en sorte qu’on pouvait apercevoir de loin des envahisseurs potentiels. La construction des remparts à même le roc en faisait une forteresse inexpugnable. Du sommet du château, la vue panoramique est spectaculaire.

L’un des quartiers du village, La Judaria, démontre bien la présence d’une colonie juive au Portugal dès le XIVe siècle, une des plus vieilles d’Europe. À l’époque, plusieurs juifs se sont réfugiés à Castelo de Vide pour fuir l’Inquisition espagnole de 1492. Soit dit en passant, c’est l’année où Christophe Colomb a découvert l’Amérique.

En marchant dans les petites rues du quartier, on a l’occasion d’admirer, entre autres, la Fonte da Vila, une fontaine-lavoir datant du XVIe siècle, dont le toit pyramidal repose sur six colonnes de style Renaissance.

Un peuple attachant

On dit que l’eau de la fontaine, riche en minéraux, aurait des vertus curatives. L’ancienne synagogue de La Judaria a été transformée en musée où on raconte l’histoire de la présence juive au pays.

À part les attraits touristiques à Castelo de Vide, le plaisir est tout simplement de se promener dans les rues et ruelles escarpées du village, de s’attabler à l’une des terrasses qui longent la rue principale et de découvrir un peuple attachant qui va tout faire pour rendre votre séjour inoubliable. Le portugais étant une langue très difficile à comprendre, on arrive à se débrouiller en anglais ou en français.

Mon autre coup de coeur est Marvao. Situés non loin de Castelo de Vide, le village et son château sont visibles de loin. La cité médiévale a été construite à même un piton rocheux impressionnant qui s’élève à 800 mètres d’altitude. Petit conseil : gardez les deux mains sur le volant sur la petite route qui grimpe en serpentant jusqu’en haut du village.

Par sa valeur militaire stratégique, l’endroit a été habité tour à tour par les Romains, les Maures et ensuite les catholiques qui ont reconquis la cité au Moyen Âge.

Le chemin de ronde, le long d’immenses remparts, offre des points de vue spectaculaires sur la vallée environnante. Par temps clair, on peut voir jusqu’en Espagne ! Marvao est situé dans le parc naturel de Sao Mamede. De nombreux sentiers pour randonneurs y ont été aménagés. Mais attention, il ne faut pas oublier sa bouteille d’eau : en juin, la température frisait les 40 °C.