Provence insulaire, Portugal et solidarité londonienne

Photo: Julien Mauceri Porquerolles, la plus grande des îles d’Hyères, est piétonne et dotée de belles plages. Elle est un coin de paradis où se retrouver en amoureux.

La saison des vacances est à nos portes. Où nous mènera-t-elle ? Notre équipe de collaborateurs voyageurs chevronnés présente ses choix : en famille, en couple, en solo, c’est le temps de partir !

En couple, découverte-les-bains ! Bras dessus bras dessous, filons à Marseille. Pourquoi ? Parce que la plus ancienne ville de France s’est refait une beauté pour faire honneur à sa désignation de Capitale européenne de la culture, en 2013. Tout le front de mer a été redessiné.

Le quai des Belges est désormais piétonnier. De nouveaux équipements, parmi lesquels le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) et le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) en jettent. Mais les traditions locales sont par contre immuables, fiou ! Bon plan : au vallon des Auffes, sirotons un pastis au couchant sur la terrasse de Viaghji di Fonfon.

Après cette dose de vie urbaine, cap sur la Provence insulaire : Porquerolles. La plus grande des îles d’Hyères est piétonne, dotée de belles plages et zébrée de sentiers de randonnée qui fleurent bon le pin et le romarin. Bras dessus bras dessous, prenons le chemin du Mas du langoustier, un petit hôtel romantico-vintage.

Logistique : aux vols directs d’Air Transat pour Marseille s’ajoutent cet été ceux de Rouge, la filiale d’Air Canada. De plus, nul besoin d’une voiture en ville ! Pour se rendre à Porquerolles, on prendra le train jusqu’à Toulon et du port, un bateau des Bateliers de la rade. (marseille-tourisme.com ; hyeres-tourisme.com ; langoustier.com ; voyagezrouge.com ; lesbateliersdelarade.com)

En famille, par ici, le Portugal ! Desserte aérienne directe pour Lisbonne aidant, le Portugal connaît un regain de popularité bien mérité, notamment auprès des familles. Pourquoi ? Tout d’abord, parce que le coût de la vie y est très abordable. Ensuite, parce que la destination est sécuritaire. Et encore, parce qu’on y mange très bien. Enfin, parce que tant Junior que Senior y trouvent leur compte.

Le pays étant fait sur le long, il faudra néanmoins choisir, à moins de disposer de beaucoup de temps, Lisbonne et le nord, notamment Porto, ou Lisbonne et le sud, l’Algarve et ses plages. Cette dernière option me semble davantage synonyme d’été.

À Lagos et Albufeira, les curieuses formations rocheuses piquettent le ruban de sable. À Sagres et au cap Saint-Vincent, on a le frisson en se rappelant qu’il s’agissait du dernier bout de terre que les marins méditerranéens, filant sur l’Atlantique en quête du Nouveau Monde, allaient apercevoir avant longtemps !

Entre la capitale et la destination balnéaire, on s’arrêtera dans l’Alentejo (ah, Évora !) pour explorer l’arrière-pays. Bon plan pour petits et grands : dormir au moins une nuitée dans un château ou un monastère transformé en pousada (visitportugal.com, pousadas.pt, airtransat.com).

En solo, je m’en vais à Londres… Elle a été frappée par l’horreur, soit, mais la capitale britannique demeure une ville formidable. Soyons solidaires des Londoniens, ne l’écartons pas de nos projets de voyage. Et puis on est toujours moins seul(e) dans une grande ville que dans un Club Med. Puisqu’on célèbre cette année le 125e anniversaire de la publication des premières aventures de Sherlock Holmes, je me concocterais un circuit sur cette thématique. Je logerais au Great Scotland Yard Hotel — le quartier général d’un corps policier que l’oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle a fait connaître au monde entier — s’il finit par ouvrir… ou au Courthouse Hotel. Ce serait de circonstance ! Je marcherais dans les pas du détective le temps d’une promenade guidée. J’irais à la tour de Londres admirer les joyaux de la couronne, qui sont au coeur d’une des intrigues de la série télédiffusée sur la BBC. J’irais manger au restaurant The Clink (littéralement, la taule ; theclinkcharity.org), où le personnel est composé de prisonniers, qui trouvent la voie de leur réinsertion sociale. Enfin, je prendrais la clé des champs le temps d’une ou deux excursions d’une journée (Stonehenge, Bath, Lake District, Windsor, on a le choix). Poursuivez l’enquête sur visitlondon.com !

Consultez la suite du dossier