Airbnb veut devenir une «plateforme de voyage»

Brian Chesky, fondateur et patron de la société Airbnb
Photo: Jeff Chiu Associated Press Brian Chesky, fondateur et patron de la société Airbnb

Airbnb entame sa mue. À Los Angeles, le service de location de logements de courte durée a présenté récemment de nouvelles fonctionnalités. Son objectif : devenir une « plateforme de voyage », a expliqué Brian Chesky, fondateur et patron de la société. À terme, ses utilisateurs pourront ainsi acheter un billet d’avion, louer une voiture, réserver une table dans un restaurant et même faire leurs courses directement depuis l’application mobile d’Airbnb.

Dans un premier temps, l’entreprise de San Francisco va permettre de réserver des « expériences ». Plus de 500 activités sont déjà proposées dans 12 villes, dont Paris, Londres, San Francisco et Tokyo. Une quarantaine de destinations seront ajoutées l’année prochaine. Deux formats sont proposés : une activité de quelques heures ou un programme de trois jours autour d’un thème.

Ces expériences doivent se démarquer de l’offre touristique traditionnelle. Animées par des particuliers et non par des guides, elles se veulent originales et immersives. « Elles fournissent un supplément d’authenticité », confirmait Alexandre Haulet, un artiste parisien qui a pris part à la première phase d’essai menée depuis le début de l’année. La moitié des activités coûtent plus de 200 $ par personne. Sur cette somme, Airbnb prélève une commission de 20 %.

La société a aussi présenté un nouvel onglet appelé « Lieux ». Celui-ci regroupe des restaurants, des cafés, des musées et des points d’intérêt recommandés par les hôtes de la plateforme. Une centaine de guides sont aussi proposés par des experts ou des personnalités locales. Par ailleurs, des audiobalades permettront de découvrir des quartiers et des lieux sous un angle différent. Ces nouvelles options ne ciblent pas seulement les touristes. Elles ont aussi vocation à être utilisées par les habitants.

10% des employés

En diversifiant son offre, Airbnb veut regrouper tous les aspects d’un voyage (transport, logement, activités…) en son sein. Et ainsi devenir de plus en plus incontournable. Si la plateforme de réservation de restaurants devrait être lancée dans les prochains mois, les autres initiatives sont plus lointaines. L’entreprise californienne y consacre d’importantes ressources. Près de 10 % de ses employés sont affectés à ces nouveaux domaines d’activité. En juin, la société a emprunté un milliard de dollars auprès de plusieurs banques américaines pour financer ses efforts.

Airbnb espère également engendrer de nouvelles sources de chiffre d’affaires, notamment dans l’optique d’une prochaine introduction en Bourse, peut-être même dès l’année prochaine. La société va devoir justifier sa valorisation actuelle de 30 milliards de dollars, soit davantage que tous les grands groupes hôteliers mondiaux. En outre, Airbnb cherche à se mettre davantage à l’abri de potentiels durcissements de la régulation sur les locations de courte durée. Ces derniers mois, la plateforme a subi plusieurs revers majeurs, à New York, à San Francisco ou encore à Berlin.

À voir en vidéo