Paris mise sur ses monuments, sa gastronomie et les noctambules

Paris prévoit d’aménager un grand espace d’accueil pour les visiteurs de la tour Eiffel.
Photo: Lionel Bonaventure Agence France-Presse Paris prévoit d’aménager un grand espace d’accueil pour les visiteurs de la tour Eiffel.

Paris — La ville de Paris, boudée par les visiteurs depuis les attentats de 2015, a présenté cette semaine un plan de tourisme qui prévoit d’aménager l’accueil à la tour Eiffel, d’ouvrir une résidence pour jeunes chefs cuisiniers et d’attirer plus de noctambules ou de touristes gais.

Le plan, en préparation depuis deux ans, soit avant les attentats de 2015 (17 morts en janvier, 130 morts en novembre), vise à augmenter de 2 % par année le nombre de visiteurs. Il s’étalera de 2017 à 2022. Paris est la première destination touristique mondiale, mais a souffert d’une baisse évaluée à 11 % de la fréquentation touristique depuis janvier.

Malgré le « moment délicat » que traverse le secteur, le tourisme à Paris « reste une industrie très forte. On finira l’année avec 23 ou 24 millions de visiteurs », a assuré Jean-François Martins, adjoint au tourisme de la maire de Paris, Anne Hidalgo, lors de la présentation à la presse de cette stratégie.

Paris veut « garder le cap » face à la concurrence mondiale avec ce plan de 59 actions, pour l’instant non chiffré, a-t-il poursuivi. Il s’agit de conforter les atouts de la capitale (culture, histoire, gastronomie, première ville de congrès au monde) en corrigeant ses faiblesses (sécurité, propreté) et en développant une nouvelle offre dans le secteur de la nuit ou du tourisme gai.

Certains volets du plan concernent les monuments emblématiques de la capitale. Il est ainsi prévu d’aménager un grand espace d’accueil pour les visiteurs de la tour Eiffel et de revoir les éclairages de l’Arc de triomphe, en haut de l’avenue des Champs-Élysées.

La Ville lumière, candidate à l’organisation des Jeux olympiques de 2024, s’engage également à accueillir « un grand événement sportif par an ». Un lieu dédié aux jeunes chefs va également être créé, qui deviendra une sorte de « villa Médicis de la gastronomie » avec des jeunes chefs en résidence, en référence à la résidence française d’artistes à Rome.

Concernant le tourisme d’affaires (un tiers du secteur), Paris est associé à la création de nouveaux centres de congrès ou à la modernisation de structures existantes.