Mexico sous toutes ses cultures

Une touriste se fait purifier par de la fumée au Centro Histórico.
Photo: Une touriste se fait purifier par de la fumée au Centro Histórico.

Mexico se présente comme la « capitale culturelle des Amériques ». Surprenante affirmation pour qui arrive de pas très loin de New York. Néanmoins, Mexico a des arguments... Aucune ville ne compte plus de musées (140) sur ce continent. C'est la quatrième ville de théâtre au monde et toutes les troupes nationales d'un pays de plus de 100 millions d'habitants s'y trouvent.

Pour un étranger, c'est toutefois la culture avec un petit c qui frappe et épate à Mexico. Par un matin de fin de semaine, la Plaza San Jacinto du vieux quartier San Angel compte une foule de peintres amateurs et d'amateurs de peintres. Après un copieux petit-déjeuner mexicain au resto-terrasse, on peut faire le tour du parc en admirant l'exubérance colorée d'une culture qui ne craint pas de choquer.

En face du parc se trouve le Bazaar del Sabado, un marché intérieur d'artisanat. Les prix y sont plus élevés que dans le marché extérieur adjacent, mais l'assurance de qualité et d'authenticité compte beaucoup quand on se fait proposer des babioles à la tonne. Tout près de là, il y a une petite église... Avec un peu de chance, vous pourrez assister à un mariage à la mexicaine, où les soies et froufrous ne manquent pas.

Coyoacán est un autre quartier historique avec un grand marché d'art populaire. On y trouve aussi le musée Frida Kahlo, qui est l'ancienne maison de la peintre-culte. De là, on peut suivre la trace de Frida et de son muraliste de conjoint Diego Rivera, que ce soit dans le musée Rivera ou dans le musée-maison de Léon Trotski (celui-ci a habité chez Kahlo avant de se faire assassiner dans sa maison de Mexico).

À Mexico, on peut fréquenter une multitude de ces petits musées qui ne coûtent presque rien (30 pesos en général, soit 4 $) mais qui sont riches en enseignements. Il faut noter que les explications y sont le plus souvent présentées en espagnol seulement. Un bon guide de voyage est donc de rigueur.

La culture aztèque est certes accessible à Mexico, surtout aux ruines de Teotihuacán, à 30 kilomètres de la ville. Les grandes pyramides dites du soleil et de la lune offrent leurs marches à des nuées de touristes chaque année. Les plus malins y vont tôt le matin, ou juste avant la fermeture : non seulement il y a alors moins de monde mais la lumière est plus belle.

Si vous n'avez pas le temps d'aller ni aux ruines ni aux musées, précipitez-vous au Centro Histórico, où l'on retrouve un concentré de Mexico autour de l'une des plus grandes places publiques au monde. Il y a des vestiges aztèques, des murales de Rivera, une cathédrale pour nourrir l'âme et des sorciers pour la purifier.

Pour voir les intellos et les beautiful people de Mexico, il faut aller le soir dans les arrondissements de Condesa et Roma. Ces vieux quartiers du centre recèlent les galeries d'art privées, les cafés branchés, les restos évolués, bref, tout ce qui donne à la vie urbaine mexicaine son souffle cultivé.

Quant au palais des Beaux-Arts, c'est l'endroit par excellence pour les événements culturels de renom. Près du centre historique, cet ensemble architectural, véritable hymne à l'art déco, mérite une visite. Les spectacles et performances, très variés, coûtent moins cher que chez nous. Les touristes se pressent notamment pour admirer le Ballet folklorique national qui s'y produit toute l'année.

Plus généralement, disons que Mexico n'est pas le monstre urbain souvent décrit, du moins pas pour un touriste. L'aéroport est proche du centre-ville. La circulation est atroce mais le métro se rend partout et ne coûte presque rien (4 pesos). Bien sûr, il faut éviter les taxis non immatriculés et les rues désertées la nuit, notamment celles du Centro Histórico.

Mais, au final, Mexico est une grandiose destination urbaine et culturelle, à bien des égards plus exotique que l'Europe et plus sympathique que les États-Unis.

En vrac

- Restaurant Nuevo Internacional : à San Martin, juste derrière les pyramides de Teotihuacán. Des plats traditionnels mexicains délicieux, dans un décor et une atmosphère typiques. Pas cher et très satisfaisant.

- La T Cla : restaurant de cuisine mexicaine évoluée dans le quartier branché de Roma. Les tacos y prennent des airs de noblesse et des plats qui nous sont inconnus sont parfaitement réussis. Pas très cher : probablement parce que c'est un lieu non touristique, dans un demi-sous-sol bien décoré.

- Centre culturel Casa Lamm : dans le quartier Roma, sur l'avenue Alvaro Obregon, un centre culturel très à la mode qui comprend un bar bien branché de même qu'une librairie intéressante. Un bon endroit pour prendre la mesure du milieu culturel de la ville.

- Gran Melia Mexico Reforma : immense hôtel de luxe doté d'un spa de premier ordre. Situé sur le Paseo de la Reforma, à proximité du coeur des attractions de Mexico (www.solmelia.com).

Avant de partir

- www.mexicocity.gob.mx : site officiel de la ville.

- www.ticketmaster.com.mx : pour les spectacles en cours.

Renseignements

Tourisme Mexico : % 1 800 44-MEXICO, www.visitmexico.com.