Voyage dans le temps sur le lac Léman

Un bateau à roues à aubes file devant le château de Glérolles sur le lac Léman.
Photo: Sophany Keal Un bateau à roues à aubes file devant le château de Glérolles sur le lac Léman.

Le lac Léman a beaucoup d’histoire et on peut l’explorer d’une manière unique grâce aux navires à vapeur de la Compagnie générale de navigation (CGN). Ces navires sont à la fois des traversiers réguliers et de beaux bateaux de croisière.

Ils permettent de faire des escales le long du plus grand lac européen, partagé par la Suisse et la France.

Ainsi, on peut aller de Genève à Lausanne, en quatre heures, de la façon la plus ludique possible, en regardant l’eau passer et en savourant une fondue suisse ou de la gastronomie française.

On peut aussi utiliser ces bateaux pour faire des escales dans certaines des plus belles collectivités d’Europe. Et pour admirer des paysages alpins et le mont Blanc au loin.

De Lausanne à Yvoire

Par exemple, on peut parcourir Lausanne-Yvoire en deux heures, passant d’une ville suisse moderne à un des plus beaux villages français du Moyen Âge.

On passe le temps qu’on veut à Yvoire, à visiter la France et à déguster des perches du lac, avant de prendre un traversier vers une autre destination.

Pourquoi pas Nyon, du côté suisse ? On y visite un grand château, on se perd dans des rues larges et des places publiques exquises. Et on repart.

Passé Lausanne, il y a les Lavaux, la région des vignobles en pente classée au patrimoine de l’humanité.

Ils sont beaux de partout, mais ils sont particulièrement jolis vus d’un bateau.

Une flotte unique

La CGN exploite la plus grande flotte Belle Époque du monde avec ses huit bateaux à roues à aubes, qui naviguent toute l’année.

De nombreux ports font circuler plus de deux millions de passagers par année.

Certains sont des touristes ébahis par la grandeur des lieux, d’autres sont des employés qui se rendent à leur travail et qui veulent éviter le train-train quotidien du rail ou des routes.

Les navires, tous construits en 1904 et 1927, font voyager au coeur du temps. Ils glissent doucement et élégamment sur les eaux calmes du Léman.

Les places de choix sont sur le pont supérieur, réservé aux passagers de la première classe.

Les tarifs de ces traversiers sont assez élevés, comme tous ceux des transports publics suisses. Les détenteurs de la Swiss Travel Pass voyagent librement sur les navires de la CGN.