Un pays mythique

photos pierre-rené de cotret -La pyramide de Saqqara, la mère de toutes les pyramides et la plus vieille construction de pierre au monde.
Photo: photos pierre-rené de cotret -La pyramide de Saqqara, la mère de toutes les pyramides et la plus vieille construction de pierre au monde.

Avant même d'ouvrir le moindre guide, l'Égypte habite notre imaginaire : pyramides grandioses au milieu du désert, le Sphinx, Cléopâtre, momies millénaires, hiéroglyphes aux personnages toujours de profil... L'Égypte est un pays mythique.

Pendant près de 3000 ans, les Égyptiens ont bâti des temples, peint des hiéroglyphes, sculpté le bois, coulé l'or. Pendant 3000 ans, ils ont gravé dans la pierre leur histoire, leur mythologie, leur vie quotidienne. Toute cette profondeur historique, on la sent bien sûr dans les pyramides mais aussi dans les temples et les chambres funéraires. Car ce qu'on sait moins à propos de l'Égypte, c'est qu'à partir de 1500 avant J.-C., les pharaons ont délaissé les pyramides pour se concentrer sur les temples et les tombeaux creusés à flanc de montagne. Le magnifique temple de Karnak, par exemple, a été agrandi, modifié, amélioré par les pharaons successifs pendant près de 20 siècles !

Quant à la richesse de l'iconographie égyptienne, elle est tout simplement renversante. Partout, sur les murs et les plafonds des temples mais surtout dans les salles funéraires, on peut voir des peintures parfaitement conservées. Des dessins et des couleurs appliqués par de petits êtres comme nous, il y a trois millénaires. Les Égyptiens ont laissé des traces immenses.

C'est à Giza, en banlieue du Caire, que l'on retrouve le Sphinx et le trio de pyramides le plus connu d'Égypte : Kheops, Khephren et Mykérinos. Elles sont toujours photographiées avec le désert en arrière-plan mais dès qu'on se retourne, on voit les immeubles du Caire, juste à côté... Les pyramides sont en ville ! Tout de même, le plus ancien site touristique de la terre, le seul survivant des sept merveilles du monde antique, demeure un lieu parfaitement envoûtant.

On peut pénétrer dans la pyramide de Kheops en parcourant un long couloir étroit qui mène jusqu'à la chambre funéraire. Il mesure à peine un mètre de hauteur, ce couloir, ce qui oblige à marcher le dos voûté, par respect pour le pharaon. Vos cuisses s'en souviendront le lendemain...

Pour voir des pyramides plus « sauvages », il faut aller à Saqqara, à 30 kilomètres du Caire, et à Dachour, un peu plus loin. La pyramide de Saqqara a été construite 2600 ans avant la naissance du Christ ; elle est la mère de toutes les pyramides et la plus vieille construction de pierre au monde.

Dachour n'est pas au programme des circuits classiques organisés, il y a donc peu de touristes et on peut mieux apprécier le calme et l'ampleur de ces immenses constructions érigées au milieu d'un océan de sable et de pierre. On peut visiter l'intérieur d'une des pyramides de Dachour.

Louxor, à quelque 500 kilomètres au sud du Caire, est le coeur de l'Égypte touristique. Sur la rive est du Nil, le temple de Karnak. Sur la rive ouest, les statues géantes de Memnon (hautes comme un immeuble de quatre étages !) et la nécropole de l'ancienne capitale, Thèbes, où se trouve la fameuse vallée des Rois.

Dans la nécropole thébaine, on a découvert des centaines de tombeaux. Toutankhamon, Ramsès, Néfertari, Thoutmosis, ils ont tous été déposés là, momifiés, avec des milliers d'objets qui devaient les accompagner dans leur voyage vers l'au-delà. Les objets ne sont plus là (certains sont au musée du Caire), mais les peintures à l'intérieur des tombeaux, elles, sont d'une beauté à couper le souffle.

Louxor, c'est aussi le port d'attache pour les quelque 200 bateaux qui attendent les touristes pour une croisière sur le Nil ; le Nil nourricier avec ses rives verdoyantes qui se transforment subitement en désert, le Nil majestueux bordé d'autres temples magnifiques qu'on peut découvrir en remontant vers le sud en direction d'Assouan, d'Abou Simbel et du Soudan.

Mille mots, c'est bien peu pour parler d'un pays. On pourrait synthétiser en disant que l'héritage de l'Égypte ancienne est encore plus riche que tout ce qu'on peut imaginer. Mais pour pleinement apprécier les merveilles de l'Égypte, il faut bien choisir sa façon de voyager.

Voyager en Égypte

Visiter l'Égypte est une expérience culturelle unique, marquante, mémorable. À condition de bien préparer son voyage. Bien des gens ne visiteront l'Égypte qu'une fois dans leur vie. Alors, mieux vaut viser juste du premier coup...

Si, spontanément, vous pensiez y louer une voiture comme vous pourriez le faire en France, en Italie ou même au Mexique ou en Turquie, il convient de faire ici une précision. On loue des autos au Caire (compter environ une fois et demie les prix québécois). Mais pour prendre certaines routes en Égypte, il faut s'inscrire au poste de police et partir à heure fixe en convoi accompagné par des militaires... C'est notamment le cas pour le tronçon de 500 kilomètres qui va du Caire à Louxor en longeant le Nil. Voilà qui refroidira sans doute certains visiteurs. Les déplacements en voiture privée, sans être impossibles, sont du moins réservés aux voyageurs aguerris.

À l'opposé, il y a les voyages organisés, et c'est d'ailleurs ce que choisissent la très grande majorité des touristes. Faute de permettre de découvrir « l'Égypte profonde », cette formule comporte l'avantage de vous faire voir les grands classiques avec un minimum d'efforts. Les guides égyptiens sont en général chaleureux, gentils et très bien formés.

Le problème des voyages organisés, cependant, c'est que la majorité ne mettent au programme que les sites les plus classiques. Or l'Égypte est visitée par des millions de personnes chaque année. Cela signifie qu'il y a beaucoup, beaucoup de monde à certains endroits.

En plus, les horaires sont parfois surchargés. Ainsi, visiter le musée du Caire en deux heures ou passer une seule journée dans la région de Louxor paraît tout à fait insensé...

voir page D 5 : Égyptesuite de la page D 1

Les transports publics

En Égypte, il y a un bon réseau d'autobus et de trains confortables, en plus des liaisons aériennes entre les grands centres touristiques. Aussi, on peut facilement louer des voitures avec chauffeur ou engager un chauffeur de taxi à la journée, à prix économique.

Cette solution peut vous permettre d'échapper occasionnellement aux hordes de touristes et aux horaires trop stricts.

Peut-être pourriez-vous même envisager de partir avec un voyage organisé pour une semaine ou 10 jours et d'ajouter une semaine en voyageur autonome.

La clef, c'est le temps

On peut aisément passer deux jours au Caire, une journée complète au musée et deux jours aux pyramides. Ajoutez au moins deux autres jours pour Louxor puis trois pour une croisière sur le Nil et vous en êtes déjà à 10 jours, seulement pour les classiques.

Si, en plus, vous vous imaginez flâner dans un café du Caire en fumant une chicha, si vous rêvez de vous laisser imprégner par la solitude du désert, si vous voulez contempler longuement des fresques colorées, il faut choisir un type de voyage approprié.

La sécurité

En 1997, des extrémistes ont attaqué des touristes, ce qui a eu un impact dramatique sur le tourisme égyptien. Puis vint le 11 septembre 2001... Alors, pour protéger l'industrie touristique, essentielle à l'économie du pays, le gouvernement a pris des mesures énergiques.

Ainsi, en plus des convois militaires qui accompagnent les automobilistes sur certains tronçons, la présence policière est marquée au pays des pharaons. Dans tous les petits autobus qui transportent des touristes sur une certaine distance, on retrouve un policier en civil, discret et poli mais néanmoins armé d'une mitraillette sous son veston noir... Dans les grands hôtels, il faut franchir des portes avec détecteur de métal, et on fouille les sacs dans les musées. Tout cela fait en sorte que l'Égypte est maintenant un pays extrêmement sûr. Mais il faut tout de même s'habituer à ces mesures de sécurité. Curieusement, après quelques jours, on n'en fait plus de cas. L'être humain est éminemment adaptable.

En vrac

- En été, le mercure peut atteindre 50 ºC dans le sud du pays. Début septembre dernier, il faisait encore plus de 40 ºC à Louxor et il fallait boire au moins trois litres d'eau par jour. Même si l'air est sec (lire superhypermégasec), la chaleur peut compromettre le plaisir de visiter les sites extérieurs. Alors évitez l'été égyptien...

- En Europe, l'Égypte s'impose de plus en plus comme une destination soleil. Les hôtels et stations balnéaires tout-compris sont en plein essor, notamment sur la mer Rouge, et on pourra vous offrir un séjour plage (la mer d'un côté, le désert de l'autre... ) dans le cadre d'un voyage organisé. Mieux vaut à mon sens se concentrer sur le côté culturel de l'Égypte. Une exception peut-être pour les amateurs de plongée : on dit en effet de la faune aquatique de la mer Rouge qu'elle est l'une des plus riches du monde.

- Si vous avez plusieurs semaines devant vous, vous pourriez explorer les oasis du désert oriental ou découvrir Alexandrie ou le Sinaï. Vous pourriez même faire un détour par la Jordanie et la Syrie et prendre votre billet de retour à partir de Damas...

- «Es-salamou aleikoum », « Ouahed bira men fadlak », « Maa Salama » : bonjour, une bière svp, au revoir. Apprenez 21 mots en arabe (un mot par jour pendant les trois semaines précédant votre départ !) et vous serez surpris des yeux qui s'illumineront et des portes qui s'ouvriront...

- À Saqqara, il y a des graffitis en hiéroglyphes... Ils ont été faits par des touristes égyptiens il y a des milliers d'années. On peut aussi en voir de la main de Rimbaud à Louxor ! En 4000 ans, le monde n'a pas tant changé, finalement...

Renseignements : Bureau du tourisme d'Égypte : % (514) 861-4420.

***

Le Caire : un chaos sympathique

Pour avoir une petite idée du Caire, commencez par imaginer l'île de Montréal avec 17 millions de personnes... Ajoutez des chevaux qui tirent des charrettes sur l'autoroute 40, des ânes sur Christophe-Colomb et des piétons partout... Côté olfactif, pensez à un mélange de falafels, de viande grillée et de poussière du désert et ajoutez assez de fumée d'échappement pour en faire la ville la plus polluée au monde. Côté sonore, pensez klaxons et multipliez par 100. Ah oui, n'oubliez pas trois grandes pyramides et un Sphinx !

Cela dit, j'ai adoré Le Caire, une fois passé le choc initial... Car au Caire, il y a aussi ce fleuve mythique, le Nil, parfois bordé de promenades magnifiques, il y a les souks colorés, le quartier copte presque souterrain avec ses petites ruelles ombragées, de très bons restaurants et, surtout, le Musée égyptien, d'une richesse inouïe : plus de 100 000 pièces, des statues, des momies et des sarcophages par dizaines, des lits, des meubles, des bijoux. Vingt siècles de civilisation dans un musée. Fascinant !

Comme bien des grandes villes, il faut un certain temps pour apprivoiser Le Caire. Mais la découverte en vaut la peine. Malgré la circulation et la densité de population, on se sent en sécurité et les Cairotes sont souriants et aimables.