L’art émerge

Art urbain au détour d’une rue de Detroit
Photo: Benoit Legault Art urbain au détour d’une rue de Detroit

À Detroit, la pauvreté, la richesse, le désespoir, les Blancs, les Noirs, l’histoire, le capitalisme et l’économie sociale forment un terreau exceptionnel pour l’émergence de multiples formes d’art. En voici plusieurs.

Detroit Institute of Art​ (dia.org) : Un musée majeur, spécialiste des arts décoratifs et des peintres hollandais ; très connu pour la murale Detroit Industry, la plus célèbre du grand muraliste mexicain Diego Rivera. Cette scène de travail à la chaîne a fait scandale dans les années 1930.

Motown Museum (motown museum.com) : La musique enregistrée par les Supremes, Jackson Five, etc. Motown, c’est 110 grands succès en 8 ans (!) enregistrés dans d’humbles maisons en rangée du boulevard Grand. Rien ne semble avoir bougé depuis les années 1960. Mais attention, on ne peut réserver une visite, alors mieux vaut y aller la semaine ou hors saison.

The Ford House (fordhouse.org) : La maison de la famille Ford est un bijou d’art et d’architecture. Les jardins valent à eux seuls une visite. Cette immense résidence se trouve dans l’incroyablement riche communauté de Grosse Pointe, sur une berge bucolique du lac Sainte-Claire.

Show Me Detroit Tour (showmedetroit.com) : Une tournée présente le Grand River Creative Corridor, plein de graffitis artistiques, dans un des secteurs les plus déshérités de la Motor City. Les membres des gangs respectent cette forme d’art, et ils ne la détruisent pas. Ce corridor a été une astuce civique pour réanimer un quartier décimé par la pauvreté.

Eastern Market Tour (detroiteasternmarket.com) : Ce marché historique est une grande coopérative d’économie sociale. On y propose une grande variété de produits agricoles – le Michigan est le deuxième État qui produit le plus de légumes et fruits, juste derrière la Californie ! Le Eastern Market est devenu aussi un repaire d’artistes qui profitent de locaux pas chers et d’une synergie créative extraordinaire. Ils y vendent leurs oeuvres, ce qui ajoute beaucoup à l’ambiance du secteur, plein de vie et de caractère. Une forte proportion de vendeurs et clients est Noire ; cela apporte un rythme, une ambiance colorée qui rappelle la vitalité des marchés antillais.

Russell Industrial Center (russellindustrialcenter.com) : Des millions de pieds carrés d’une immense usine désaffectée centenaire sont devenus un incubateur d’entrepreneurs et d’artistes ayant besoin de locaux abordables. L’endroit, incroyablement laid au-dehors et inspirant en dedans, sert aussi de décor à moult films d’Hollywood. À voir.

Pewabic Pottery Tile Making (pewabic.org) : La fabrication de céramiques au vernis irisé a une longue histoire ici. Certaines oeuvres sont au Detroit Institute of Arts. Cette fabrique historique propose des ateliers. Belle boutique.

Parade Company (theparade.org) : La parade de l’Action de grâce de Detroit est la deuxième plus grande parade américaine (après celle de Macy’s à New York). On peut visiter toute l’année l’immense entrepôt où sont fabriqués, réparés et préparés les fameux véhicules et personnages géants. À voir absolument, de préférence avec des enfants…

Cranbrook Art Museum (cranbrookart.edu/museum) : Situé à Bloomfield Hills, banlieue cossue, sur le magnifique campus d’une des grandes universités privées des États-Unis, le Musée Cranbrook est lié à un prestigieux centre de production de meubles. Des expositions temporaires exceptionnelles y sont constamment présentées.

Les banlieues de Detroit sont riches. La ville de Birmingham éblouit par ses parcs, ses boutiques, ses galeries culturelles, ses restos et cafés. Mais ce qui la rend authentiquement exceptionnelle est son art public, si omniprésent qu’il fait l’objet de tournées à pied guidées.

En vrac

Detroit Marriott au Renaissance Center : Hôtel immense, récemment rénové. Beaucoup de chambres ont la forme d’une pointe de tarte, et accordent des panoramas superbes. Une ville dans la ville, au sein de l’édifice symbole de Detroit. Même si vous n’y séjournez pas, allez voir la galerie d’artistes locaux.

Scène gastronomique proposant notamment quatre cuisines savoureuses et abordables : mexicaine, moyen-orientale, cajun et barbecue du Midwest. La culture du food truck est bien vivante ici, de même que celle des microbrasseries. Voici quelques bonnes adresses de restos au centre-ville : Union Street, Ottava Via, Traffic Jam Snug. Le chic restaurant The Stand à Birmingham sert des poissons des Grands Lacs. Les petits-déjeuners de l’hôtel historique Westin Book Cadillac sont des modèles du genre santé. En passant, les pizzerias Domino’s et Little Ceasar’s sont originaires de Detroit.

Ironiquement, on n’a pas besoin d’une auto si on demeure dans les environs du centre-ville. Les taxis sont nettement moins chers qu’à Montréal. Fait surprenant, Detroit est la seule grande ville américaine qui borde le Canada. On s’y rend facilement avec Via Rail ou Porter Airlines jusqu’à Windsor. L’aéroport de Detroit, autrefois une risée nationale, est devenu l’un des plus beaux et des mieux conçus aux États-Unis.


À voir en vidéo