Un leader du transport aérien durable

Un gros-porteur adapté à la consommation d'huiles de cuisson recyclées
Photo: Air France-KLM Un gros-porteur adapté à la consommation d'huiles de cuisson recyclées

Le groupe Air France-KLM étonne en matière de responsabilité sociale et de développement durable. Pour la neuvième année consécutive, il est classé leader dans le secteur « Compagnies aériennes », par RobecoSAM, dans les indices Dow Jones Sustainability.

De plus, pour la cinquième fois, il a été sacré leader du secteur « Transports », qui regroupe les compagnies aériennes, routières et maritimes, ainsi que les activités aéroportuaires.

Ces distinctions placent le groupe parmi les 24 entreprises les plus responsables au monde, chacune dans son secteur d’activité.

En collaboration avec les SP Dow Jones Indices, la firme suisse RobecoSAM publie les indices de durabilité Dow Jones Sustainability Indices (DJSI), reconnus mondialement.

Empreinte carbone

Comme la plupart des grandes compagnies aériennes, Air France-KLM vise à réduire son empreinte carbone avec de nouveaux appareils moins énergivores, par l’amélioration de l’efficacité opérationnelle (procédures de pilotage plus économes et matériel plus léger, notamment) et l’utilisation de carburants alternatifs durables, comme les huiles de cuisson recyclées et autres biocarburants.

Les végétaux absorbent, pour leur croissance, le CO2 disponible dans l’atmosphère. En employant du biocarburant à base de végétaux, l’avion réémet ce CO2 dans l’atmosphère, alors que le pétrole libère du CO2 enfoui sous terre et augmente donc son volume dans l’atmosphère.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), un organisme créé par les Nations unies, la contribution de l’aviation aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine est d’environ 2 %, et elle progresse en raison d’une croissance importante du transport aérien.

Le développement de biocarburants durables qui réduiront aussi la dépendance aux énergies fossiles est donc fondamental.

Air France-KLM y contribue, de même que d’autres compagnies aériennes majeures comme Lufthansa, British Airways et Air Canada, qui ont toutes effectué des vols d’essai avec du biocarburant. KLM est toutefois la première compagnie aérienne à avoir assuré des vols réguliers utilisant cette énergie.

 

Les biocarburants durables coûtent plus cher que le kérosène, qui est le carburant de choix dans l’aviation.

Il faudra donc que le coût des biocarburants baisse pour qu’ils soient davantage utilisés de manière régulière.

Et c’est par la recherche qu’on arrivera à faire baisser les prix.

Air France-KLM, comme Air Canada, d’ailleurs, s’est engagé à appliquer une politique complète de développement durable.

Par exemple, Air France fait nettoyer ses couvertures par une entreprise proche de l’aéroport de Roissy et qui emploie des personnes souffrant de handicaps.

2 %
C’est la contribution de l’aviation aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, qui progresse en raison d’une croissance importante du transport aérien.