La mémoire de l’esprit maritime italien

Dans le Padiglione delle Navi, annexe du musée, le lion de saint Marc en figure de proue d’un ancien navire de parade
Photo: Nicole Pons Dans le Padiglione delle Navi, annexe du musée, le lion de saint Marc en figure de proue d’un ancien navire de parade

Au coeur du sestiero de Castello, quartier le plus populaire de Venise, le Museo Storico Navale occupe l’ancien grenier de l’immense Arsenal voisin. En 42 salles et 25 000 objets, dont beaucoup de trésors, avec d’authentiques bateaux d’époque, des maquettes géantes et des modèles réduits, il revisite la glorieuse histoire navale de la Sérénissime et celle de la marine militaire italienne.

Puissance économique et politique au vaste empire s’étendant jusqu’à l’Orient byzantin, puissance industrielle axée sur la construction navale et l’Arsenal qui employa jusqu’à 16 000 ouvriers, où furent fabriqués pendant des siècles galères, grands vaisseaux de guerre et navires de commerce, la cité a toujours été liée à la culture de la mer et de la lagune, jusqu’au plus profond de ses traditions locales.

Le rappelle la collection de petites maquettes d’embarcations typiques de la lagune. Du topo, barque traditionnelle de pêche, à la peata, grosse barque à fond plat en bois de chêne qui servait au transport de marchandises, sans oublier la vipera, petite et pointue, ancien bateau des douaniers. Mais aussi le puparin, pour chasser dans la lagune, utilisé aujourd’hui lors de compétitions sportives, ou la caorlina, grande barque de travail.

La gondole était un bateau surtout privé. D’authentiques embarcations occupent une salle : la gondola da frescoutilisée pour la promenade estivale avec sa petite cabine ; le felze, la gondolada casada familiale de Peggy Guggenheim, qu’elle offrit au musée en 1979, année de sa mort ; la gondola da regata pour les régates ; la gondola da traghetto, plus grande, servant à traverser le Grand Canal et toujours employée comme moyen de transport collectif. La maquette du squero de San Trovaso montre un chantier de construction de gondoles.

Ambiance plus officielle avec la collection de maquettes grand format, de reproductions de navires historiques du XVIe au XIXe siècle. Le doge, chef suprême de la Sérénissime, paradait sur son navire de cérémonie, le Bucintoro, le jour de l’Ascension, fête des noces de Venise et de la mer, et allait jeter un anneau d’or dans l’Adriatique. Construite en 1828, la reproduction est une oeuvre d’art.

Plusieurs plans de fortifications vénitiennes en Égypte et dans l’Adriatique rappellent la place prépondérante qu’occupa la Sérénissime en Méditerranée pendant des siècles.

Le Padiglione delle Navi est une annexe où sont exposés quelques joyaux. Comme le Scalè reale, bateau de cérémonie tout sculpté, datant de 1850, avec un lion de saint Marc en figure de proue, des gondoles de cérémonie, des barques lagunaires, une disdotona (bateau de type gondole de 150 mètres).