Le tourisme d’affaires comme moteur économique

Marie-Ève Cloutier Collaboration spéciale
L’été 2014 aura été particulièrement exceptionnel pour le Centre des congrès de Québec, qui a accueilli 12 congrès internationaux en juin, juillet et août.
Photo: SCCQ L’été 2014 aura été particulièrement exceptionnel pour le Centre des congrès de Québec, qui a accueilli 12 congrès internationaux en juin, juillet et août.

Ce texte fait partie du cahier spécial Tourisme et évasion

La Ville de Québec aura connu d’excellents résultats pour le tourisme d’affaires pour l’année 2014. La capitale aura accueilli 15 congrès internationaux (17, pour être plus précis, d’ici la fin de l’année financière, au 31 mars) ainsi que plus de 150 événements. On estime déjà les retombées économiques à 101 M$.

« Nous avons connu notre meilleure année depuis 2008, une année exceptionnelle grâce au 400e anniversaire de Québec. Les bonnes années, nous recevons de 8 à 10 congrès internationaux. Donc avec plus d’une quinzaine de congrès en 2014, ce fut une année vraiment extraordinaire », souligne Ann Cantin, directrice des communications et de la mise en marché au Centre des congrès de Québec.

L’été 2014 aura été particulièrement exceptionnel pour le Centre des congrès de Québec, qui a accueilli 12 congrès internationaux en juin, juillet et août, incluant le Congrès mondial de l’Association internationale d’orientation scolaire et professionnelle (AIOSP), la Conférence sur l’intelligence artificielle de l’AAAI et la 144e rencontre annuelle de l’American Fisheries Society.

Durant ces trois mois, quelque 9000 congressistes auront séjourné dans les hôtels de Québec. Des sujets des six congrès de juillet ont attiré près de 4000 chercheurs intéressés par l’intelligence artificielle, la neuroscience et les sciences cognitives. Au total, ces 12 congrès auront généré plus de 25 000 nuitées pour les hôtels sur un total de 155 000 nuitées pour l’année, ainsi que des retombées économiques estimées à 19 M$.

« Nous sommes sur une belle lancée. Nous avons trouvé une formule qui plaît aux gens et nous sommes relativement bien placés au sein de différents complexes hôteliers à Québec », explique Ann Cantin. Par ailleurs, selon un calcul basé sur un échantillon d’établissements hôteliers à bannière de Québec, la ville a connu en 2014 une croissance de 5,5 % du nombre de chambres réservées pour les congrès, une performance supérieure à celles de la province et des autres grandes villes au Canada.

Des ambassadeurs locaux pour un rayonnement international

 

Selon Ann Cantin, accueillir des congrès internationaux se compare à une campagne pour être hôte des prochains Jeux olympiques. « Il nous faut des membres d’associations internationales pour aller chercher ces congrès. C’est pour cette raison que nous avons un réseau d’ambassadeurs pour nous représenter et faire valoir la ville de Québec comme destination de choix », mentionne-t-elle.

« Ces ambassadeurs nous aident pour faire de la représentation auprès des parcs industriels, par exemple. Souvent, les chercheurs sont très bons dans leur domaine, mais pas nécessairement pour organiser des événements d’envergure internationale. Nous voulons leur faciliter la tâche. Eux se chargent du contenu et nous, de la logistique », précise Ann Cantin.

Quelques nouveautés

 

Parmi les autres faits saillants de l’année 2014, tous les événements tenus au Centre des congrès de Québec seront maintenant écoresponsables. « Nous avons su sensibiliser notre clientèle au développement durable et lui donner des outils pour réduire l’empreinte environnementale de ses événements », se réjouit Ann Catin.

Au courant de l’année dernière, le Centre des congrès a également eu la confirmation qu’il sera l’hôte de neuf nouveaux congrès internationaux d’ici 2020. « Nous avons remporté ces nouveaux congrès internationaux à la suite d’un processus de candidature où l’on devait rivaliser avec d’autres villes du monde », précise aussi la directrice des communications. Ces événements devraient à eux seuls contribuer à augmenter de près de 15 millions de dollars la recette du tourisme d’affaires à Québec.

Une année 2015 plus normale

 

Après une année 2014 assez exceptionnelle, Ann Cantin s’attend à ce que l’année en cours soit humblement une année plus standard. « C’est normal, même après une grosse année. Il ne faut pas oublier non plus que les villes hôtes doivent faire des rotations et se partager les congrès internationaux, en quelque sorte. Malgré tout, nous sommes très confiants pour l’avenir. »

Cette confiance vient en partie aussi de la mise sur pied de Québec destination affaires à l’automne 2013. « Québec destination affaires est en fait une force de vente en tourisme d’affaires résultant de l’unification des équipes de vente de l’Office du tourisme de Québec et du Centre des congrès de Québec, qui travaillent de manière concertée avec un comité stratégique de décideurs présidé par le président-directeur général du Centre des congrès de Québec, M. P.-Michel Bouchard. Tous les joueurs sont là, même l’Université Laval. Nous mettons beaucoup d’effort pour démarcher des congrès de toutes tailles dans la ville de Québec, pour que ça soit équitable pour tout le monde dans la région de la Capitale-Nationale dans le domaine du tourisme d’affaires », mentionne Ann Cantin.

Elle ajoute : « Nous avons des hôtels sous de grandes bannières, mais aussi des particuliers, plus petits, qui sont aussi des hôtels de qualité, mais qui n’ont pas nécessairement les moyens de percer le marché à l’international, ou même juste des événements nationaux. De l’autre côté, le client sait toujours ce qu’il veut. Nous devons pouvoir l’orienter vers les hôtels avec salle de réunion pouvant accueillir 200 personnes ou bien vers le Centre des congrès, qui peut accueillir 2000 personnes, pour répondre aux besoins de tous. Nous devons travailler ensemble et ne pas jouer individuellement chacun de notre côté. »

Même si les gens d’affaires voient déjà la différence sur le terrain, Ann Cantin s’attend à voir plus de résultats pour Québec destination affaires à moyen et à long terme, soit dans un horizon 2016-2018. Justement, le Centre prévoit déjà accueillir 27 autres événements et congrès internationaux d’ici le 31 décembre 2016. De plus, Québec destination affaires s’est fixé comme objectif une croissance annuelle de 5 % par année du nombre de nuitées d’ici 2018. « Un élément fort prometteur pour l’avenir du tourisme d’affaires à Québec », conclut Ann Cantin.

À voir en vidéo