Des pressions antitension

La réception du spa à l’hôtel Sofitel So Bangkok.
Photo: Hôtel Sofitel So Bangkok La réception du spa à l’hôtel Sofitel So Bangkok.
En Thaïlande, on peut recevoir, au bas mot, une demi-douzaine de massages traditionnels aux 30 mètres de macadam ou de plage. Le bonheur !

Bangkok — Nous sommes bien une dizaine à attendre l’heure de la « délivrance ». La pénombre est apaisante. Ça sent bon le baume du tigre. Enfin, une jeune femme m’escorte dans une vaste pièce où elle m’invite à m’allonger sur un matelas, posé à même une basse plate-forme. À ma gauche, un homme d’âge mûr. À ma droite, une rouquine. Qu’on se rassure : nous sommes habillés et le resterons, comme d’ailleurs tous les autres clients du pavillon de massage du temple Wat Po !

 

Abritant une monumentale statue du Bouddha couché, Wat Phra Chetuphon, ou Wat Po comme le surnomment les Bangkokois, est le plus ancien temple de la capitale thaïlandaise. C’est aussi l’un des plus célèbres du pays depuis qu’un roi eut l’idée, au XIXe  siècle, d’en faire une école. Aux érudits, il confia la tâche de produire croquis et inscriptions qui consigneraient les savoirs ancestraux, scientifiques comme artistiques, acquis au fil des échanges du royaume avec ses voisins.

Des milliers de tablettes de pierre furent ainsi réalisées. Inscrites au registre de la « Mémoire du monde » de l’UNESCO et toujours exposées au temple, ces archives ont notamment servi à diffuser la pratique du massage traditionnel, né en Inde et importé au pays par des moines bouddhistes il y a plus de 1000 ans. L’école de massage du temple y contribue aussi largement depuis sa fondation, en 1955.

Bien-être, beauté, sérénité

Pour Sompit Pitasingha, professeur à cette école, l’art du toucher est la version douce du muay thai, la boxe thaïlandaise : « Comme pour la boxe, mains, avant-bras, coudes, genoux et pieds sont utilisés, mais à des fins bien différentes. » En effet, ils servent plutôt à exercer des pressions sur les points et les lignes d’énergie du corps afin de stimuler la circulation sanguine et de délester les muscles des tensions.

Et pour ce faire, votre massothérapeute, souvent une jeune femme frêle mais étonnamment forte, n’hésitera pas à s’asseoir à califourchon sur vos reins pour vous étirer les membres en tous sens.

Compte tenu de la multitude de spas ayant pignon sur rue au pays, c’est à croire que toutes les Thaïes — car il s’agit bien d’un travail féminin — ont étudié l’art du massage à Wat Po ! « Parce que nous grandissons en voyant des masseuses travailler partout, je pense que nous absorbons aussi, inconsciemment, les rudiments du massage », dit Supreeya Samrej, directrice du Spa à l’hôtel Siam Kempinski de Bangkok.

Le bien-être étant l’un des principaux axes de promotion touristique du pays, les meilleurs spas rivalisent de raffinement, de Chiang Mai à Phuket en passant par la capitale. Au Sofitel So Bangkok, l’un des hôtels les plus hip en ville, l’accès au spa n’évoque rien de moins qu’une bambouseraie en surplomb de la cité, style Avatar !

Mais, cadre enchanteur ou pas, le client est toujours traité royalement en Thaïlande : à la plage, même un massage d’une heure à 250 bahts (8 $) nous vaut une bouteille d’eau et une banane en fin de traitement…

Au Spa du Siam Kempinski, je choisis, pour changer, non pas un massage traditionnel mais l’un des massages élaborés spécifiquement pour la chaîne hôtelière en fonction des saisons. « Hiver » — tiens donc ! — m’est proposé. Il s’agit d’un massage ré-énergisant à l’huile, mais de pressions profondes en pressions glissées, m’est avis que la tradition n’est pas très loin derrière ce toucher…

En vrac

Une variante du massage traditionnel thaïlandais particulièrement appréciée des femmes enceintes met à contribution un pochon renfermant divers végétaux tels que citronnelle, galanga (une racine proche du gingembre), écorce et feuilles de combava (une lime à peau bosselée). Chauffé, puis pressé sur le corps, il procure une divine sensation tout en diffusant les bonnes senteurs des plantes.

Renseignements
watpomassage.com, kempinski.com, sofitel.com, tourismthailand.org.