Le nouveau pôle culturel de la Cité phocéenne

Le MuCEM, à Marseille, est le premier musée au monde consacré aux cultures méditerranéennes.
Photo: Nicole Pons Le MuCEM, à Marseille, est le premier musée au monde consacré aux cultures méditerranéennes.

Ancré devant l’entrée du Vieux-Port, avec sa façade en dentelle de béton aux allures de moucharabieh, il a chamboulé un paysage ancestral. Mais pas seulement. Le MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), réalisation majeure de l’événement Marseille capitale européenne de la culture 2013, vient de fêter son premier anniversaire en juin. Premier musée national décentralisé, c’est aussi le premier musée au monde consacré aux cultures méditerranéennes. Ce nouveau pôle culturel fort qui manquait à la ville a accueilli en 2013, en seulement sept mois, 1 824 000 visiteurs sur le site, dont le tiers dans les expositions.

L’ensemble de 31 500 m2, conçu comme une promenade urbaine, un lieu de vie où seul l’accès aux expos est payant, est une réussite. Un complexe comprenant le fort Saint-Jean, ancien fort militaire établi sur un éperon à l’entrée du port dont la construction a débuté au XIIe siècle, entièrement réhabilité et ouvert pour la première fois au public, et le J4, un carré de verre et de béton discret se fondant dans le site historique, oeuvre de deux architectes marseillais, Rudy Ricciotti associé à Roland Carta. Un bâtiment remarquable par sa fine résille de béton fibré à ultra-haute performance qui recouvre deux façades, fruit d’une technologie révolutionnaire, et ses coursives qui courent en pente douce entre la façade dentelée et le corps du musée. Il est relié au fort par une passerelle aérienne de 135 mètres surplombant la darse. Côté ville, une autre passerelle relie le quartier du Panier au fort, meilleur accès pour découvrir les extérieurs très attrayants.

Des chemins de ronde du fort Saint-Jean, le panorama sur le port, la ville, la mer est grandiose. Entre escaliers et tours, le jardin des Migrations, circuit botanique de 12 000 m2, est consacré aux plantes et aux hommes du pourtour méditerranéen. Le parcours éclaté de l’exposition Le temps des loisirs, où chaque attraction est autonome, nous emmène de la salle de garde à la chapelle Saint-Jean, de la galerie des officiers aux salles du village. Projections, maquette de cirque géante, objets divers, marionnettes évoquent les âges de la vie, l’invention des loisirs, les fêtes, les spectacles forains.

La passerelle vers le J4 mène au toit-terrasse à l’intérieur de la résille. Par les coursives où ombre et lumière jouent à cache-cache, on descend vers les salles d’exposition. Le fonds du musée vient de l’ancien Musée des arts et traditions populaires à Paris. Avec une approche élargie, lien entre cultures anciennes et actuelles, le MuCEM est un musée de civilisations vivant où se côtoient plusieurs formes d’expression. L’expo permanente dans la galerie de la Méditerranée présente dans une scénographie innovante sur 1500 m2 les singularités du monde méditerranéen, à différents temps de l’histoire : le temps long sur plus de 10 000 ans de civilisation agricole, avec la vigne, l’olivier, le blé et la problématique de l’eau ; le temps conjoncturel autour de deux thèmes : la religion (Jérusalem, carrefour des trois grandes religions monothéistes : christianisme, judaïsme, islam) ainsi que la citoyenneté et les droits de la personne ; le temps événementiel, avec la découverte des grandes routes maritimes et le développement du commerce mondial à partir de la Méditerranée.

D’importantes expos temporaires dévoilent d’autres aspects de la culture méditerranéenne. Ainsi, jusqu’au 25 août : Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée et Splendeurs de Volubilis, bronzes antiques du Maroc et de Méditerranée.