Les courbes de l’Hana Highway

Le superbe Hana Highway se cramponne au bord du Pacifique sur l’île hawaïenne de Maui.
Photo: Tor Johnson Hawaii Tourism Authority Le superbe Hana Highway se cramponne au bord du Pacifique sur l’île hawaïenne de Maui.

Le road trip, cette échappée routière mythique, a toujours la cote. Et il y a de ces petites histoires qui font l’histoire. Voici le huitième texte de notre série qui roulera jusqu’à la mi-été.

Quand on juge de la qualité d’un restaurant, on évalue l’ensemble nourriture, décor et service. Pour un road trip, on évalue le trio route, véhicule et compagnon de voyage. On peut dire que je disposais d’un formidable trio sur l’île de Maui, dans l’archipel hawaïen : l’Hana Highway, la plus courte et originale du Top 10 des routes américaines selon le guide officiel des États-Unis Discover America ; une Ford Mustang décapotable louée, une voiture racée très populaire à Hawaï ; une compagne qui adore conduire pour découvrir la plus belle route d’Hawaï.

 

Recette relevée

 

Les trois ingrédients de ma recette étaient donc relevés. Le jus de cuisson était constitué du Pacifique et de ses vagues déroulantes qui servaient de tapis azuré aux kite surfers de la plage d’Ho’okipa. C’est le premier (et dernier) magnifique point de vue océanique dégagé entre l’aéroport de Maui et le début de la route d’Hana.

 

Ce Highway 360 de 84 kilomètres, qui va de Kahului au village de Hana, au nord-est de Maui, est une bande d’asphalte aussi belle que tordue. Il faut de deux à quatre heures pour la parcourir selon notre vitesse, nos arrêts et nos diversions ludiques.

 

Maui est l’île hawaïenne la plus visitée après Oahu, l’île d’Honolulu. On la connaît surtout pour ses chics resorts de la côte sud-ouest aux couchers de soleil mythiques, mais la route d’Hana est aussi mythifiée et auréolée de mystères. L’Hana Highway est densément peuplé de 620 courbes, de 59 ponts étroits et d’incessants attraits historiques et naturels. La Mustang s’y engage comme un pur-sang, rugissant dans les lacets et les côtes.

 

Le soleil puissant de l’après-midi est mitigé par une forêt pluviale intense — sur chaque kilomètre, on passe des centaines de fois de l’ombre à la lumière. Les virages et les nombreux ponts, dont beaucoup n’ont qu’une seule voie, sont si serrés et aveugles qu’il faut souvent klaxonner ! Cette route est unique, il faut l’apprivoiser.

 

Galbe méditerranéen

 

Ma compagne française salive en goûtant cette route de nature servie en sauce de type Méditerranée. « Je peux conduire ? », dit-elle en esquissant un sourire (traduction en langue du non-dit : « Je peux, je veux et je vais conduire ! »). « Fais-toi plaisir, ma chère », lui dis-je en espérant que ses sparages routiers seront à la hauteur de son ramage.

 

Aurélia conduit avec brio, comme si nous étions dans un jeu vidéo. Le cycle accélérateur-frein-klaxon s’enchaîne à un rythme cadencé. Suivre ou être suivi ? Voilà la question. Avec elle au volant, pas de doute, notre Mustang galope à la poursuite des autres véhicules. Et quand je conduis, je profite à la fois des paysages mer-jungle et du plaisir sensuel d’entendre les gros pneus qui étreignent les petites courbes d’asphalte. Nous écoutons une succession de chansons françaises, avec Renaud et Gainsbourg en vedette.

 

Ma compagne « vit » ces chansons de toutes les fibres de son être. Je réalise alors que nous, Québécois, apprécions la chanson française mais que nous ne la vivons pas intensément comme les Français. De toute façon, écouter de la musique en road trip est une joie fondamentale. Les airs écoutés deviennent la bande sonore de souvenirs impérissables.

 

On the route

 

Impossible de ne pas s’arrêter sur cette route. Une randonnée pédestre nous offre des vues magnifiques sur une vallée qui semble issue du film Parc jurassique. La route d’Hana est une attraction en soi, mais en chemin on déniche des charmes puissants : de hautes cascades, des grottes du genre cenotes, un resort légendaire (le Travaasa Hana) avec ses pavillons devant la baie Kapueokahi, des Aborigènes sympathiques, des chevaux semi-sauvages, des plages brutes de sable parfois rouge, parfois noir, et comme dessert la petite tombe de Charles Lindbergh, qui avait choisi de finir sa vie à Maui. On le comprend…

 

La Mustang décapotable décuple notre plaisir. La voiture est parfaitement appropriée pour la destination, comme l’est un 4X4 dans le désert du Sahara. Louer une voiture sport américaine à Hawaï vaut le coût.

 

Néanmoins, dans un road trip, la route demeure l’élément le plus important. L’Hana Highway est une expérience en soi. Cette route donne le mal des transports à beaucoup de gens à cause de ses virages brusques et de ses dénivellations prononcées. Aussi, gérer les passages à une voie est stressant pour bien des touristes.

 

Afin de profiter au mieux de la route, empruntez-la tôt le matin, au lever du soleil si possible, avant que les autres usagers ne limitent votre plaisir. Et laissez rouler vos bons moments.

 


gohawaii.com/maui, roadtohana.com

1 commentaire
  • André Savary - Abonné 7 juin 2014 08 h 17

    et au bout

    Et presuqe à la fin de cette route, un petit resto Thai...sans aucune apparence mais tellement délicieux...Ça vaut même le voyage!