Une foison d’attraits insulaires

Le cœur de Kona est parsemé de commerces typiques. Le tourisme de masse est récent sur la côte ouest de Big Island. Le chef-lieu a donc conservé son caractère d’origine, à la fois alternatif et rural.
Photo: Aurélia Bizouard Le cœur de Kona est parsemé de commerces typiques. Le tourisme de masse est récent sur la côte ouest de Big Island. Le chef-lieu a donc conservé son caractère d’origine, à la fois alternatif et rural.

Hawaï — Maui et Big Island sont les deux plus grandes îles d’Hawaï. Les attraits, toujours prodigieux, y sont parfois doux, parfois forts : jardins tropicaux, rouleaux de vagues, villages et brocantes, rochers de lave, vallées-clairières immenses observées depuis des routes en lacets, volcans toujours prêts à exploser…

 

Maui se dévoile comme une danseuse de hula aux pailles trop espacées. On y entrevoit plusieurs rêves cachés en partageant l’adrénaline des kite-surfers dès la sortie de l’aéroport, en direction de Hana, et en longeant ensuite la côte par une mythique route de 40 kilomètres aux 617 courbes et 56 ponts à une voie.

 

Au nord de Maui, on se laisse souvent entraîner par les rivières et les cascades qui mènent à des piscines naturelles ou à des grottes d’eau demi-salée identiques aux cenotes du Mexique.

 

C’est aussi un lieu d’adoption pour de nombreux Américains… comme Charles Lindbergh qui y vécut la dernière étape de sa vie. On fait aussi dans l’île des rencontres fortuites avec des chevaux laissés seuls, avec qui on vit une grande amitié de courte durée !

 

Le soir, à Hana, des enfants aborigènes jouent au basket sur des courts de tennis et on voit là toute la joie de vivre d’un peuple qui reçoit une injection de prospérité par le tourisme.

 

Au sud, la côte touristique de Kihei et Wailea rassemble une lignée d’hôtels balnéaires où l’on retrouve des couchers de soleil magiques observés chaque soir comme des cérémonies consacrées au rite du plaisir de vivre. Aussi, un masque et un tuba suffisent pour voir de grandes tortues vertes, des poissons jaune vif ou des poissons-perroquets dans des aquariums naturels, à quelques dizaines de mètres des plages d’hôtels.

 

Au sud de la zone hôtelière, les grandes coulées de lave reprennent leurs droits et les sentiers sont rudes et beaux, avec le contraste violent de la lave noire et de l’eau. C’est ici que les découvertes en masque-tuba sont les plus éclatantes. Et c’est dans le même secteur qu’on trouve Big Beach, la plus grande plage sauvage de Maui.

 

L’histoire d’un peuple et de cette île est retracée notamment grâce à la baie La Perouse, qui permet d’imaginer les premiers Français débarquant sur ce volcan géant au XVIIIe siècle. Contrastée de noir et de turquoise, cette baie est magique pour une plongée libre dans un cadre sauvage.

 

Douceur de vivre dans ses hôtels, douceur verdoyante par ses montagnes, douceur de ses coulées de lave vers le bleu de l’océan. Maui, c’est le calme d’une île paradisiaque.

 

Attractions légendaires

 

Big Island est plus grande que toutes les autres îles hawaïennes réunies. Et ses attractions sont légendaires : Mauna Kea, le volcan géant endormi, surmonté de l’observatoire d’étoiles le plus élevé et célèbre du monde ; le volcan actif du Volcanoes National Park ; les plages omniprésentes de lave réduite en sable ; des jardins botaniques extraordinaires ; des routes scéniques démesurées ; de petites villes authentiques au charme suranné.

 

En prime, on fait sur Big Island des rencontres inoubliables avec des aborigènes polynésiens. On y voit aussi des « locaux expatriés » du continent venus chercher ici une vie alternative.

 

Ils ouvrent des cafés, des magasins d’antiquités et d’autres commerces qui enrichissent l’expérience des visiteurs, notamment dans le secteur d’Honalo, au sud de Kona.

 

Vivre Big Island, c’est aussi passer constamment d’une zone climatique à une autre en voiture, voir des sites archéologiques majeurs, faire des randonnées spectaculaires et nager avec des raies mantas.

 

Par endroits, l’île est très, trop touristique. Mais, comme antidote au tourisme de masse, Hilo est une ville historique très authentique, à l’est. Ce n’est pas un aimant touristique à cause de son climat pluvieux, plus propice à l’agriculture qu’aux séances de bronzage.

 

Maui et Big Island, comme le reste d’Hawaï, sont des îles chères et difficilement accessibles depuis le Québec. Mais une fois sur place, le retour sur l’investissement est aussi colossal que l’éruption d’un volcan !

***

En vrac

Hébergement à Maui. Makena Beach Golf Resort : luxueux sans l’être trop, devant des récifs poissonneux aux légendaires tortues vertes. Excellente table. Fairmont Kea Lani : un cinq-étoiles au luxe suprême dans un environnement digne d’un jardin botanique. Gastronomie régionale. Traversaa Hana : pavillons privatifs devant une mer sauvage. Lieu de repos et de renouveau. Personnel aborigène adorable. Un coup de coeur.

Hébergement à Big Island. Hilton Waikoloa Village : un resort immense conçu à la Disney. Pas besoin de voiture car ses navettes se rendent partout. Excellent pour les familles. Courtyard Kona Beach Hotel : un hôtel bien situé, au centre de Kona et au bord de la mer. Intéressante exposition de tableaux historiques. Kilauea Lodge : un manoir à la suisse à Volcano, à deux kilomètres du Volcanoes National Park. Étrange et délicieux mélange de climat tempéré et d’accents tropicaux.

Émotions. Jack’s Diving Locker : rencontres de proximité avec des raies mantas au large de Kona, en masque et tuba, accompagnées par de vrais pros. Volcanoes National Park : randonnées sur des sentiers et des champs de lave récents à Big Island. On peut aussi marcher sur de longs rivages de lave à Maui.

Renseignements: Maui Big Island Visitors Bureaus, visitmaui.com, gohawaii.com/big-island.


Notre journaliste était l’invité des offices de tourisme des îles Maui et Big Island.

Collaborateur

À voir en vidéo