Outaouais - Sur les traces des castors

L’Éco-Odyssée, à Wakefield, est une bonne activité pour appren dre à lire la nature.
Photo: Éco-Odyssée L’Éco-Odyssée, à Wakefield, est une bonne activité pour appren dre à lire la nature.

Wakefield — Explorer un labyrinthe d’eau en pédalo, sur les traces de castors et autre faune de marais, en famille, en couple, entre collègues ou en groupe scolaire : voilà ce qu’offre l’Éco-Odyssée de Wakefield, dans l’Outaouais.

 

À en croire l’enthousiasme d’une famille venue de Montréal, l’expérience est concluante. Au retour de la balade de plus d’une heure, l’aînée continuait ses recherches pour résoudre la dernière énigme du parcours sur la terre ferme. En prime, le spectacle de plusieurs castors en train de se rassasier de branchages de peupliers, à quelques mètres de là (visibles sur Internet en temps réel).

 

« Le marais est un milieu connu, mais peu accessible », résume Michel Leclair, le propriétaire du marais de 30 hectares, qui a aménagé le labyrinthe de 6,5 kilomètres et 64 intersections et qui nourrit les castors. Il a creusé les canaux de deux mètres de profondeur dans un ancien champ souvent inondé, racheté en 1997. L’eau s’est accumulée. Les castors sont arrivés, ont construit un barrage retenant l’eau. Les canaux se sont remplis progressivement et le marais s’est ainsi formé.

 

L’Éco-Odyssée offre depuis 2007 plusieurs parcours de chasse au trésor, de durées et de niveaux de difficulté différents. Des indices placés aux intersections amènent les visiteurs à prêter attention à la nature environnante pour répondre à un questionnaire.

 

Un livret plastifié, complet, abordable et très éducatif aide à distinguer plusieurs espèces d’oiseaux. Et une application pour iPod/téléphone (avec géolocalisation et le chant de chaque oiseau) est aussi disponible en sept langues.

 

L’Éco-Odyssée est une excellente activité pour apprendre à lire la nature et faire sortir les urbains en plein air.

 

Cet objectif rejoint le mandat de toute une vie de Michel Leclair, soit permettre à la faune, notamment aux castors, de cohabiter avec l’humain. Autodidacte et excellent vulgarisateur, il est depuis près de 30 ans le « M. Castor » du parc de la Gatineau voisin, où il a mis au point un système de contrôle du niveau de l’eau sans détruire les barrages mais sans inonder les divers sentiers.

 

L’Éco-Odyssée a reçu le Prix de l’entreprise touristique de l’année au Canada en 2009 et le Prix de l’entreprise écotouristique et d’aventure de l’année en 2010.

 

 

Collaboration spéciale