Un week-end dans Mégantic

Située à quelques kilomètres du centre-ville dévasté, la plage municipale du Complexe Baie-des-Sables est totalement fonctionnelle.
Photo: Hélène Clément Située à quelques kilomètres du centre-ville dévasté, la plage municipale du Complexe Baie-des-Sables est totalement fonctionnelle.

« Si vous voulez nous rendre service, venez visiter la région de Mégantic. » Tel était le message, lancé il y a une semaine, par la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche. Une façon active et appréciable de soutenir cette jolie région de l’Estrie, située à 100 kilomètres à l’est de Sherbrooke, et de contribuer à la vitalité économique du milieu. Un message réitéré cette semaine par l’équipe du CLD de la MRC du Granit, secteur Tourisme (Tourisme région de Mégantic), qui travaille d’arrache-pied pour tenter de sauver la saison touristique.

Le Québec tout entier est touché par la tragédie de Lac-Mégantic. Depuis deux semaines, pas une journée ne passe sans qu’on pense à ceux et celles qui ont perdu de façon dramatique un membre de leur famille, un ami, un collègue. Mais comment se rendre utile ? « Entre autres, en venant nous voir, dit Audrey Roussin, agente de promotion touristique au CLD de la MRC du Granit-Tourisme région de Mégantic. Ou du moins, en maintenant son séjour dans la région pour qui avait planifié de passer des vacances dans la MRC du Granit. Le tourisme est un pôle économique important. Statistique Canada évalue l’achalandage à 400 000 visites-personnes par année dans la région. Un chiffre d’affaires de 45 millions de dollars. »

 

La municipalité régionale de comté (MRC) du Granit, située entre la région de Thetford, celle de Beauce-Sartigan et l’État du Maine, doit son nom à cette ressource essentielle. « Le granit de la région a servi à construire des monuments importants, tels l’oratoire Saint-Joseph et la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, et il recouvre plusieurs gratte-ciel des plus grandes villes américaines », lit-on sur le site Web de la municipalité régionale de comté du Granit.

 

Si gîtes et restaurants à proximité de Lac-Mégantic affichent complet ces jours-ci en raison de la forte présence d’intervenants dans la ville, la réalité est autre pour les entreprises de loisir de la région, comme les centres équestres, les campings, les loueurs de bateaux (pédalo, kayak, canot)…

 

«Il y a eu beaucoup d’annulations dans le parc depuis le drame », confirme une préposée à l’accueil du parc national du Mont-Mégantic, secteur Franceville. « Les vacanciers associent la ville de Lac-Mégantic au parc national du Mont-Mégantic, qui se trouve pourtant à 45 kilomètres de là. »

 

Lundi dernier, à l’OTJ de Lac-Mégantic où se tenait la conférence de presse annonçant la programmation de la 7e édition de la Traversée internationale du lac Mégantic, Nil Longpré, commissaire touristique à Tourisme Mégantic, a rappelé que « l’essentiel de l’offre touristique restait actif dans toute la région de Mégantic. La région de Mégantic est en général très festive. »

 

«Lac en fête» recherche d’ailleurs des bénévoles (bar, accueil, sécurité, montage du site) d’autres régions du Québec - question de donner un peu de répit aux Méganticois - pour travailler à l’événement de la Traversée du lac Mégantic, qui aura lieu du 8 au 11 août prochain. Une autre façon d’apporter son soutien à la communauté.

 

Les étoiles de Mégantic

 

En route vers Notre-Dame-des-Bois, le chemin prend vite des allures de montagnes russes. Après tout, nous sommes en pays appalachien. En traversant la municipalité de La Patrie, on aperçoit un panneau bleu indiquant la route des Sommets. D’une longueur de 157 kilomètres, le circuit touristique, qui se parcourt en auto ou à vélo, traverse 17 villages et grimpe, entre autres, les monts Mégantic et Saint-Joseph. Mis à part un court détour, il demeure entièrement accessible.

 

Suivre la route des Sommets permet de découvrir l’histoire et la géomorphologie des lieux, de randonner sur les sentiers des parcs nationaux du Mont-Mégantic et Frontenac, d’accéder à de superbes points de vue, comme ceux de la Maison du granit à Lac-Drolet, du belvédère de Chartierville ou du sommet de la montagne de Marbre, sur les Sentiers frontaliers.

 

Et de se baigner dans plusieurs beaux lacs de la région, dont le lac Mégantic. Et pourquoi pas à Piopolis ? Situé à 15 kilomètres de la ville de Lac-Mégantic, la municipalité de 363 âmes est loin d’être dépourvue d’intérêts. Et tout est ouvert : le camping et la plage municipale, la marina. Du rang des Greniers, on découvre de beaux points de vue.

 

Et pour l’anecdote historique, le nom Piopolis signifie « ville de Pie » ou « ville du pape », en l’honneur de Pie IX. Et les 14 zouaves alors ! Eh bien… les fondateurs de Piopolis.

 

À ne pas négliger non plus : la panoplie de services offerts par le Complexe Baie-des-Sables (camping, arbre en arbre, équipements nautiques, baignade…). Situé à quelques kilomètres du centre-ville dévasté, le complexe, géré par la Ville de Lac-Mégantic, est totalement fonctionnel.

 

Et si vous n’avez qu’une soirée à passer dans la région, c’est à l’Astrolab du parc national du Mont-Mégantic qu’il faut aller. Le Festival d’astronomie populaire bat son plein. C’est le cosmos dans sa totalité qui est célébré ici. Tous les vendredis soirs jusqu’au 23 août, les visiteurs sont invités à grimper au sommet du mont Mégantic pour observer dans la noirceur totale le ciel à travers l’oeil de télescopes puissants. On y fréquente le vrai ciel étoilé dans toute sa splendeur.

 

 

Collaboratrice