Thermes et musique en Allemagne - Le mieux-être en dos majeur

L’Allemagne, c’est le vin chaud, le pain d’épice, les cortèges d’oies aux prunes, les charcutailles en tous genres, la fête de la bière, la descente du Rhin…

C’est aussi le pays des Grimm, de Goethe, Schopenhauer, Kant, Grass, Heine, Schiller… Sans oublier, sur le plan de la musique, les Bach, Schumann, Gluck, Haendel, Telemann, Strauss, Beethoven, Wagner, Brahms et Mendelssohn.


Nous sommes aussi en territoire de nacktkultur, ou la körperkultur (culture du nu), qui a connu son essor dans les années 50 sous l’encadrement d’un mot exclusivement ger mani que, gemülichkeit, pour plaisir de vivre, bien-être, atmosphère décontractée…


À l’époque, on disait volontiers qu’on allait « prendre les eaux », c’est-à-dire soigner une arthrite, une tendinite, une bronchite… L’ambiance était sereine et on y jouait du Jean Sébastien en terrasse.


Aujourd’hui, l’Allemagne abrite plus de 350 de ces « lieux de bien-être » et il y a même la Route des stations thermales en Forêt-Noire. Le circuit part de Pforzheim, la ville de l’or, passe par Bad Rippoldsau et traverse un parc naturel incitant aux séjours de mieux-être et de remise en forme.


La Baltique


Aucune autre région ne dispose d’autant de stations thermales, minérales et curatives (selon la méthode Kneipp) que le nord de la Forêt-Noire, même si on en retrouve aussi en Bavière.


Et pour des stations thermales avec Bach au porte-voix, Baden-Baden et Wiesbaden sont des must, tandis que Bayreuth est davantage orienté sur Wagner.


En évoquant l’Allemagne, on ne pense pas spontanément à la mer.


Pourtant, la Baltique comprend une vingtaine de stations de mieux-être.


Prenons également Eisenach, qui, dans son château, décline à la fois Bach et Luther. Et aussi Leipzig, qui fait résonner les sonorités de la Toccata en ré.


Le musée Bach et le musée Grassi des instruments de musique y rendent hommage au luth et au clavecin.


L’année Wagner


2013 est l’année Wagner. L’amitié passionnelle du roi Louis II, l’amour impossible avec Mathilde Wesendonck inspirant Tristan et Isolde, le mariage avec Cosima, la création à Bayreuth d’un théâtre sur mesure pour ses opéras…


Dans l’Alte Nikolaischule où Wagner étudia, Leipzig inaugurera le 21 mai un nouveau musée con sacré à la vie, à l’éducation et au travail du jeune Richard entre 1813 et 1834.


Cette institution complétera le musée de Bayreuth (en rénovation), aussi dédié au compositeur. À Graupa, près de Dres de, on peut visiter la maison de campagne de Richard et Minna Wagner, où fut composé l’opéra Lohengrin.


Au-delà de Wagner, les sites reliés à des musiciens foisonnent en Saxe et en Thuringe : à Leipzig, la maison de Mendelssohn qui, dès 1835, assura la fonction de directeur musical du Gewandhaus ; à Dresde, la maison-musée de Carl Maria von Weber ; à Weimar, celle de Liszt.


Sans oublier, bien sûr, les écrivains Goethe et Schiller, dont on visite les demeures à Weimar, également la ville du Staatliche Bauhaus et de la bibliothèque rococo Anna-Amalia…


 

Collaborateur

***

En vrac

L’Office national allemand du tourisme (ONAT) célèbre ses 60 ans de présence au Canada. D’abord à Montréal, dirigé par Ingrid Scherrer-Mohr qui l’a prolongé vers Toronto, aujourd’hui avec Anne Dollendorf à la tête de l’organisme. germany.travel/fr.

9500 Canadiens avaient séjourné en Allemagne en 1952, pour environ 21 500 nuitées, selon le magazine spécialisé Tourisme Plus. En 2012, 60 ans plus tard, c’étaient plus de 295 000 Canadiens qui y avaient voyagé, pour près de 623 900 nuitées.

Le Festival des contesde Grimm se tient à Hanau jusqu’au 1er juillet 2013.

Les voyages en train sont une institution dans ce pays, avec la Deutsche Bahn (chemins de fer allemands). db-rc.com.

De Montréal, Lufthansa et Air Canada se disputent la part du gâteau en direct sur l’Allemagne. Air France et KLM s’y rendent aussi, avec des correspondances à Paris ou Amsterdam.

À voir en vidéo