Forfaits vacances - Vacances Transat ose Haïti

En route vers le marché avec une cargaison de mangues, dont il y a plus de 150 variétés en Haïti.
Photo: Hélène Clément En route vers le marché avec une cargaison de mangues, dont il y a plus de 150 variétés en Haïti.

À partir du 23 janvier prochain, Vacances Transat offrira aux Québécois un nouveau forfait vacances en Haïti qui combinera un séjour à Port-au-Prince et sur la côte des Arcadins, dont les plages, situées à 90 minutes au nord-ouest de la capitale, bordent le golfe de la Gonâve.


Un séjour à la fois urbain et balnéaire qui permettra aux touristes de découvrir durant une semaine le côté culturel et patrimonial d’Haïti tout en se reposant au bord de la mer. Quatre hôtels seront proposés à Port-au-Prince et quatre autres sur la côte des Arcadins.


« Le voyageur pourra choisir l’hébergement en fonction de son portefeuille », précise Renée Boisvert, vice-présidente Produits, marché Sud, chez Transat. À Port-au-Prince, les visites seront programmées et accompagnées : il n’est pas encore question de se promener seul dans la capitale.


Parmi les hôtels proposés à Port-au-Prince, on note le Plaza, le Karibe, le Prince et le Royal Oasis by Occidental, un tout nouvel hôtel quatre étoiles et demie situé à Pétion-Ville. Et sur la côte des Arcadins, mentionnons le Wahoo Bay Beach, le Moulin-sur-Mer, le Club Indigo et le Kaliko Beach Club. Tous ces hôtels, à l’exception du Royal Oasis, offriront les petits-déjeuners et les soupers.


Au programme des visites dans la capitale : le musée du Panthéon national, le Quartier latin, une petite virée à Boutiliers, un point de vue sur la capitale haïtienne à 951 mètres d’altitude et une soirée dansante à l’hôtel Oloffson, propriété du musicien américain Richard Morse.


Meneur du groupe RAM, le fer de lance du courant « mizik razin », Richard Morse et ses musiciens transportent chaque jeudi soir le public loin des avatars du quotidien haïtien. Une façon, selon M. Morse, de cultiver les racines haïtiennes et de faire découvrir la musique du pays.


En route vers la côte des Arcadins, les voyageurs de Transat visiteront également la plantation de canne à sucre et son musée, ainsi que le village de Noailles, où le fer forgé est une véritable dévotion. Artistes et artisans y écrasent le métal pour donner vie à des objets inertes avec des formes humaines et animales. Le village tout entier cogne le fer et chaque maison loge un artisan.

 

Richesse


« Depuis l’annonce officielle de nos nouveaux forfaits vacances en Haïti, les réactions fusent de toutes parts chez Transat, aussi bien du côté de la communauté haïtienne que du milieu des affaires et de celui des médias, a souligné Annick Guérard, directrice générale de Transat Tours Canada, lors du lancement du programme le 8 janvier dernier.


Une nouvelle accueillie avec surprise par certains, étant donné la mauvaise presse d’Haïti, mais avec enthousiasme par d’autres, qui ont toujours cru au potentiel touristique et culturel de ce pays. « Nous sommes trop riches pour être pauvres », a souligné Michaëlle Jean, envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti et invitée à la soirée de Transat. « Riches d’une jeunesse, riches de créativité, riches d’une nature magnifique, riches d’histoire. Le tourisme est un moteur économique important. Que serait le Québec sans son tourisme ? Et la France ? Eh bien, pour Haïti, c’est la même chose. »


Au début, 30 sièges d’avion seront réservés une fois par mois aux acheteurs de ce forfait. « On ne veut pas perdre la partie intime de ce voyage, qui se veut à caractère culturel, balnéaire et humain », a dit Renée Boisvert. Et Transat assure que les voyageurs n’ont pas à s’inquiéter des questions de sécurité. Haïti n’est pas plus dangereux qu’une autre destination.


Le gouvernement haïtien continue de mettre les bouchées doubles pour redorer l’image du pays, mise à mal par l’histoire et le destin, et pour redevenir une destination touristique de choix. « Tout le monde est impatient de voir ce souffle, selon Michaëlle Jean. Chaque dollar aura une retombée économique sur Haïti. Il est temps que le pays émerge de cette image d’aide qui lui colle à la peau et qu’il construise quelque chose de durable. Il n’y a rien de durable dans la charité. »


Le prix des forfaits d’une semaine se situe entre 1379 $ et 1600 $ par personne, en occupation double. Un voyage qui s’annonce sympathique à la condition d’être un brin curieux et vivement désireux de vivre une aventure humaine au-delà de la simple destination soleil.


 

Collaboratrice

À voir en vidéo