Tourisme au Québec - Dans la grande tradition de Murano

« Pour faire des choses comme ça, il faut être amoureux des arts, explique Giuseppe Benedetto, grand maître de Touverre, Économusée du soufflage du verre et du taillage de la pierre fine du Québec, à La Baie. Tu commences ta vie là-dedans, tu finis ta vie là-dedans. C’est un patrimoine que tu laisses à la société. »

Arrivé à 16 ans sur la Côte-Nord avec ses parents en provenance de son Italie natale, Giuseppe Benedetto est tombé très tôt dans la marmite. Déjà, à Reggio Calabria, sa ville d’origine, il fréquentait le lycée artistique. Au Québec, après une maîtrise en sculpture à l’UQAM, il devient professeur d’art au secondaire. Grâce à lui, ses élèves découvrent la sculpture, la peinture, la céramique, l’émail.

Très vite, pour cet artiste complet travaillant la pierre, l’aluminium, le bronze, qui dès les années 1980 aimait à marier les matières et intégrait ses sculptures à l’architecture, le jeu du transparent, de l’opaque, du translucide offert par le verre, qui se joue de toutes les gammes de la lumière, présente un attrait irrésistible. Il veut connaître les diverses techniques (verre coulé, moulé, soufflé) de cet art vieux de quelque 5000 ans.

 

Force et dextérité

Visant l’excellence, il s’adresse au plus grand. En 1988, il participe à Montréal à un atelier organisé par Lino Tagliapietra, l’un des plus fameux maîtres verriers de Murano, célèbre pour sa créativité et l’élégance de ses oeuvres et qui a joué un rôle majeur dans le renouveau mondial de l’art du verre. En le voyant travailler, M. Benedetto trouve que cette technique qui demande beaucoup de force physique est très difficile (il faut manier avec dextérité une canne d’un mètre cinquante de long avec au bout une boule de verre en fusion) et pense que jamais il ne soufflera le verre ! Pourtant, la passion l’emporte. En 1993, il construit son premier four et inaugure la première verrerie d’art au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

 

Verre en fusion

Derrière la boutique, dans l’atelier où il donne vie à ses créations, les deux fours électriques fonctionnent sans arrêt. Le verre en fusion, chauffé à 2000 °C, attend son heure pour prendre forme. Vases, coupes, assiettes décoratives, photophores, verres à vin, lampes, sculptures, trophées, boules de la chance ou boules de l’amitié incluant à l’intérieur un arbre en verre (!), pièces s’inspirant de la faune et de la flore régionales (bélugas, harfangs des neiges, bleuets du Lac-Saint-Jean)… l’imagination et la dextérité de l’artiste ravissent les visiteurs qui assistent à une démonstration de soufflage du verre.

Les techniques traditionnelles du verre soufflé de Murano (filigrana, latticino, incalmo, qui consiste à réunir deux pièces soufflées, overlay, qui superpose diverses couches de couleur) n’ont plus aucun secret pour Giuseppe Benedetto ; le maniement des oxydes métalliques pour colorer les oeuvres non plus ; pas plus que le taillage de la pierre fine du Québec, une autre des spécialités de cet artiste qui garde toujours à coeur d’unir dans certaines de ses créations le verre au granit ou à l’aluminium.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 12 août 2012 11 h 55

    merci

    Merci pour votre apport a la culture québécoise. J'espere un jour avoir le temps d'aller vous visitez