Marseille - Pagnol : la Buzine fait son cinéma

<div>
	Le château de La Buzine</div>
Photo: Nicole Pons
Le château de La Buzine
Le château de La Buzine revient de loin. Il doit beaucoup au destin d’être retombé magistralement sur ses tourelles. Autrefois immense demeure d’un grand bourgeois au cœur d’un domaine de 40 hectares (il en reste quatre aujourd’hui), reconstruit à la fin du XIXe siècle, il est acheté en 1941 par le même Marcel Pagnol qui y reconnaît celui de son enfance !
 
Mais après la Seconde Guerre mondiale, la bâtisse tombe en ruine. Pagnol, qui, après le théâtre, s’est lancé dans le cinéma avant de devenir plus tard romancier, a un grand projet pour son château. En 1957, il veut créer une cité du cinéma où tourner ses films. Faute de financement, ça n’aboutira pas.
 
Des décennies plus tard, devenu propriété de la ville, le château trouve sa vocation. Il sera consacré au cinéma, non pas comme studio de tournage mais pour accueillir le public et lui offrir une vision complète du cinéma méditerranéen, couvrant tout ce qui touche aux acteurs, aux réalisateurs, aux metteurs en scène, aux lieux, de Marseille à Tunis, de Madrid à Rome.
 
Après 11,7 millions d’euros de travaux de rénovation, géré par une association, il ouvre ses portes le 17 juin 2011. Exposition permanente et expos temporaires, vidéothèque, bibliothèque, salle de cinéma à l’ancienne où sont projetés des chefs-d’œuvre du répertoire en version originale sous-titrée suivant le thème du trimestre (De l’écrit à l’écran, Élément Terre, Marseille au cinéma, Hommage à Fernandel…), les attraits du site sont nombreux.
 
L’exposition permanente Une journée en Méditerranée nous fait traverser cinq lieux et découvrir des extraits de quelque 40 films de toutes les époques : au café, se côtoient les amoureux et les mauvais garçons, se révèlent les joies et les peines (Tête à tête, Marius, Tchin, Tchin…) ; sur la place, on observe Marseille au cinéma ; à la maison, on passe à table en famille ou entre amis, avec Alain Delon (Rocco et ses frères) ou Fellini (Fellini Roma) ; dans les collines, on retrouve Gabin dans la garrigue (L’affaire Dominici) ; au cinéma, la trilogie marseillaise de Pagnol revit à l’écran (Marius, Fanny, César).
 
La vidéothèque, dont le fonds est composé d’archives de l’Association des Frères Lumière et des actualités de Pathé Gaumont, offre de délectables petits bijoux : hommage à Marcel Pagnol, scènes typiques de la vie marseillaise dans les années 1896-97... On peut y passer des heures !
 
Château de la Buzine, Maison des cinématographies de la Méditerranée, 56, traverse de la Buzine (11e). Ouvert du mardi au dimanche. Séances pour jeune public le mercredi, ciné-brunch le dimanche (réserver), projections, rencontres, débats. Restaurant. 04 91 45 27 60, labuzine.com.

***
 
Collaboration spéciale