Baie-Comeau - D'aventure en aventure, au Jardin des glaciers

Le Jardin des glaciers a récolté huit reconnaissances régionales, trois québécoises ainsi qu’un prix canadien en 2010. <br />
Photo: Claude Morin Le Jardin des glaciers a récolté huit reconnaissances régionales, trois québécoises ainsi qu’un prix canadien en 2010.

Baie-Comeau peut aujourd'hui miser sur une attraction de calibre international avec son Jardin des glaciers. «Il y a maintenant deux pôles touristiques dans la région Manicouagan: Tadoussac avec l'observation des mammifères marins, en lien avec le parc marin Saguenay-Saint-Laurent, et celui du Jardin des glaciers à Baie-Comeau, qu'on associe à la visite des barrages de Manic-2 (Jean-Lesage) et Manic-5 (Daniel-Johnson)», affirme avec fierté Christian Bouchard, directeur général du Jardin des glaciers et lauréat de la personnalité touristique 2010 au Québec.

Au total, cette nouvelle attraction touristique a remporté huit reconnaissances régionales, trois québécoises (aventure et écotourisme, développement durable et personnalité touristique), ainsi qu'un prix canadien (l'une des trois meilleures entreprises touristiques) en 2010. La Station d'exploration glaciaire aménagée dans l'ancienne église Saint-Georges de Baie-Comeau ne reçoit que des éloges, tant pour ses qualités pédagogiques que pour son contenu scientifique.

«Dans notre zone spectacle de la station, nous voulons faire vivre une expérience multisensorielle pour permettre aux visiteurs d'apprivoiser les glaciers et les changements climatiques, précise M. Bouchard. Nous avons aussi reçu de nombreuses félicitations des résidants de la paroisse Saint-Georges, qui avaient des appréhensions à la suite de la perte de leur lieu de culte. Aujourd'hui, ils nous appuient parce qu'ils considèrent que notre projet a valeur d'exemple.»

En plus de sa zone spectacle dans l'église, le Jardin des glaciers a développé des zones nature et adrénaline. En milieu naturel, trois scénarios sont proposés aux visiteurs: la vallée des coquillages, les peuples des glaces et l'empreinte des glaciers. «On amène les gens à voir sur le terrain in situ les traces laissées par la dernière glaciation. Cela favorise une meilleure compréhension de l'effet des glaciers sur nos paysages et permet de concevoir comment les peuples ont migré vers l'Amérique du Nord», explique Christian Bouchard.

La zone adrénaline offre 35 kilomètres de sentiers donnant accès à des paysages à couper le souffle, d'autant plus qu'ils sont observables non seulement en randonnée pédestre, mais aussi en kayak de mer, par huit tyroliennes, en descente en rappel ou grâce à la via ferrata (itinéraire sécuritaire aménagé sur une paroi rocheuse).

Le Jardin des glaciers joue déjà un rôle pivot dans l'accueil touristique des croisiéristes qui font escale au port de Baie-Comeau. Les chiffres de la saison 2010 sont éloquents: les quatre cinquièmes de la clientèle provenaient de l'extérieur de la Côte-Nord, dont 12 % de touristes d'origine européenne, ontarienne ou américaine.

***

Collaboration spéciale