À bord du Train du Massif de Charlevoix

Le Train du Massif de Charlevoix file le long du fleuve Saint-Laurent.<br />
Photo: Hélène Clément Le Train du Massif de Charlevoix file le long du fleuve Saint-Laurent.

Entre Montmorency et Pointe-au-Pic, le nouveau Train du Massif propose un circuit gastronomique et visuel au cœur de la région de Charlevoix. Cent quarante kilomètres de beaux paysages entre fleuve et montagne, que le train parcourt à une vitesse moyenne de 40 km/h. Une journée de pur bonheur, pour le plaisir des yeux et du palais.

9h30. Le soleil brille en ce samedi. Au centre touristique du parc de la Chute-Montmorency, les voyageurs s'agitent comme dans une volière. On vient d'annoncer l'embarquement à bord du Train du Massif de Charlevoix. Sur le quai, des gens venus admirer la chute haute de 83 mètres assistent, curieux, au départ.

C'est qu'il fascine, ce train touristique inauguré en septembre dernier, après trois ans de chantier. Il redonne vie à cette voie ferrée abandonnée par les voyageurs depuis la mort, en 1996, du train touristique Le Tortillard du Saint-Laurent, et par les trains de marchandise acheminant jadis leur cargaison vers le moulin de pâte et papier de Clermont.

Le convoi de deux locomotives, d'un wagon abritant génératrices, espace bagage et chambre froide et de quatre voitures logeant chacune 68 passagers, balade donc ses passagers sur 140 kilomètres le long du fleuve. Et ça roule si bien que d'ici peu, quatre autres wagons de passagers s'ajouteront au convoi.

Dès l'entrée dans le train, le personnel nous assigne une table. En fait, chaque voiture est une salle à manger équipée d'une cuisine. Le Train du Massif est avant tout une croisière gastronomique. On sert à bord un dîner de trois services à l'aller et un souper gastronomique de quatre services au retour. C'est le chef Jean-Michel Breton, du Fairmont Le Manoir Richelieu, qui élabore le menu gastronomique à partir de produits de Charlevoix. Tout un défi que de préparer des menus diversifiés et raffinés, cuits à 80 % au manoir et parachevés dans les fours sophistiqués dont sont équipées les cuisines.

On peut jouer avec l'iPad placé sur chaque table et qui permet aux touristes de visualiser le trajet du train tout en se familiarisant avec la région, via une vingtaine de capsules socioculturelles. Des enregistrements musicaux plongent le passager dans l'ambiance du moment. Nous sommes assis côté fleuve. Chic! À l'aller, c'est la marée basse. On a tout le temps de photographier les battures, ces herbes qui poussent en bordure du fleuve et qui sont si bien décrites par Gabrielle Roy dans son recueil Cet été qui chantait.

Les huit voitures de passagers, achetées en 2009 par le Groupe Le Massif et qui desservaient à l'origine la banlieue de Chicago, ont été entièrement remodelées par le Centre de réalisation d'outils innovateurs, une entreprise saguenéenne. Jadis un train à deux étages, les mezzanines y ont fait place à de hauts plafonds, de grands murs blancs et de larges fenêtres. Des banquettes couleur jade ont remplacé les vieux sièges d'époque.

Filant à 40 km/h, le train , avec ses quelque 260 passagers, nargue au départ la circulation sur la route 138. On croise la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré avant de filer vers Saint-Joachim, l'un des plus anciens lieux de colonisation au Québec. Puis, c'est le cap Tourmente avec ses milliers d'oies blanches faisant une halte migratoire dans la Réserve.

L'un des plaisirs de cette croisière ferroviaire, outre ses deux repas gastronomiques, est de circuler là où aucune voiture n'a accès. Et rien n'a été négligé pour assurer le confort et la sécurité des voyageurs. On parle d'un programme de réhabilitation de 21 millions de dollars: 22 kilomètres de rails remplacés, 28 500 traverses de bois changées, une centaine de ponceaux et de ponts remplacés, 2500 wagons de pierres pour l'enrochement remplis...

Ce n'est d'ailleurs pas fini puisque des gares s'ajouteront sur le trajet à Petite-Rivière-Saint-François et à Baie-Saint-Paul. Elles feront le lien entre l'hôtel actuellement en construction et la montagne.

Le train de Charlevoix fait partie du projet récréotouristique de 230 millions du Groupe Le Massif présidé par Daniel Gauthier, cofondateur du Cirque du Soleil. Vu le succès de l'entreprise, on a ajouté trois voyages supplémentaires vers La Malbaie les 21, 22 et 23 octobre. Les départs se font du parc de la Chute-Montmorency à 10h, pour arriver à La Malbaie à 13h30. Une escale de trois heures permet aux passagers qui reviennent la même journée de se délier les jambes. Il est aussi possible de dormir à La Malbaie. Le train quitte Pointe-au-Pic à 16h30. Arrivée à 20h au point de départ.

- Tarif par personne comprenant les deux repas gastronomiques: 249 $ pour les adultes et 199 $ pour les enfants entre 6 et 17 ans. Gratuit pour les moins de cinq ans. Réservation obligatoire. Renseignements supplémentaires: www.lemassif.com.

***

Collaboratrice du Devoir