Le train-vélo, locomotive du développement cyclotouristique

Des garages à vélos sont installés dans des voitures-bagages traditionnelles. Les voyageurs embarquent donc leur bicyclette sans démonter pédales, guidon et selle, pour quelques dollars supplémentaires.<br />
Photo: Go Transit Des garages à vélos sont installés dans des voitures-bagages traditionnelles. Les voyageurs embarquent donc leur bicyclette sans démonter pédales, guidon et selle, pour quelques dollars supplémentaires.

Toronto — Les trains-vélos prennent un essor considérable cette année avec près de 150 trains Via Rail par semaine au Québec et en Ontario, du 8 juin au 31 octobre. Ces trains-vélos s'avèrent une puissante locomotive de développement touristique grâce au cyclotourisme. Au Québec, 71 trains-vélos circuleront entre Montréal, Québec, Jonquière, Senneterre, Ottawa et Toronto. Au départ de l'Ontario, 79 trains relieront Toronto à Montréal, Ottawa, London et Windsor. Ces trains-vélos Via Rail viennent s'ajouter aux trains-vélos Toronto-Niagara de Go Train (24 juin au 8 septembre, samedi et dimanche).

Une virée cyclotouristique depuis le Québec vers la région des vins du Niagara et les célèbres chutes est donc possible en train-vélo. Des gîtes proposent même d'assurer le transport des bagages le long des 140 kilomètres de la Niagara Circle Route (www.cycleandstayniagara.com).

Le concept du train-vélo est simple. Des garages à vélos sont installés dans des voitures-bagages traditionnelles. Les voyageurs embarquent donc leur vélo sans démonter pédales, guidon et selle, pour 20 $ supplémentaires par trajet (Via Rail).

Tout a commencé par un projet pilote entre Toronto et Niagara (quatre, puis huit fins de semaines à l'été 2007 et 2008), avec la Chambre de commerce de Niagara-on-the-Lake comme partenaire principal. Une subvention de 60 000 $ du ministère du Tourisme ontarien finance l'achat du garage à vélos pour une voiture de Via Rail et la promotion. Des bénévoles vendent les billets, accueillent les voyageurs, chargent et déchargent les vélos, rappelle Justin Lafontaine, l'instigateur du projet et actuel directeur de projets chez Transportation Options.

Le succès est immédiat. Des Américains traversent même la frontière à vélo pour aller passer le week-end à Toronto en deux-roues. Du coup, le projet-pilote reçoit deux prix touristiques ontariens et attire l'attention de divers offices de tourisme. En 2009, des projets-pilotes relient Toronto à North Bay (Ontario Northland), l'Est ontarien (Cobourg, Kingston) et Montréal.

Les «Bike Train» ont attiré 2500 passagers depuis 2007 et 2100 cyclistes en 2010 pour les Go Train (date de prise en charge du service par les trains de banlieue torontois). Via Rail ne proposait jusqu'alors que quelques trains-vélos entre Toronto et Montréal.

Et si l'Ontario a inspiré le Québec pour les trains-vélos, Tranportation Options reprend la certification «Bienvenue Cyclistes» de Vélo-Québec: un réseau Wecome Cyclists (www.welcomecyclists.ca) identifie 300 établissements offrant des services sur mesure aux cyclistes, de Niagara à Cornwall.

Renseignements: www.viarail.ca/fr/velo; www.bonjourniagara.com (carte de pistes cyclables téléchargeable en français); www.biketrain.ca; www.niagaracycling.ca; www.pistescyclables.ca; www.veloroute-bleuets.qc.ca; www.tourismeoutaouais.com (carte téléchargeable).

***

Collaboration spécialee
1 commentaire
  • Marc Donati - Abonné 8 juin 2011 09 h 29

    Merveilleux

    Fantastique. Si seulement les trains de Via Rail pouvait aller un peu plus vite que 70 km/h et arriver quelquefois à l'heure, on roulerait vers le progrès.