Se faire suer en Finlande

Helsinki - Le sauna est aux Finlandais ce que le pub est aux Anglais: une sorte de club social où on fraternise. À la différence que, autour du poêle à bois, il est interdit de causer politique et religion. À la différence aussi que, au pays de Nokia, le sauna est rien de moins que vital. «Oui, en raison de notre rude climat et de notre faible ensoleillement, ça fait du bien de se retrouver au chaud, c'est même essentiel!», lance Seppo Pukkila, porte-parole de la Société du sauna finlandais, à Helsinki.

Nous sommes à un jet de pierre du centre-ville de la capitale finlandaise et pourtant on se croirait à la campagne. Situé dans un boisé touffu en bordure du golfe de Finlande, ce sauna a été construit en 1952 pour les Jeux olympiques d'été. La Société, elle, a été créée en 1937 par des médecins qui voulaient faire la preuve du bien-fondé de s'exposer en alternance à une chaleur intense et au froid, une caractéristique fondamentale de cette pratique nordique. «S'ils n'ont rien prouvé du tout, on croit tout de même que cela renforce notre système, un peu comme l'acier chauffé est renforcé lorsqu'il est trempé dans de l'eau froide», explique M. Pukkila.

Selon le porte-parole, la tradition du sauna finlandais est vieille d'au moins 2000 ans. «Anciennement, on venait au monde et on le quittait au sauna, dit-il. Parce qu'il était toujours situé près d'un point d'eau, c'était pratique pour laver les nouveau-nés comme les défunts.» Par ailleurs, un vieux dicton du cru rappelle que, si nous sommes malades au point où ni le goudron (réputé bon pour la santé en ce pays de marins), ni l'alcool, ni le sauna ne peuvent nous guérir, c'est que nous allons... mourir!

Un petit «chemin de croix»

«Moi, je vais au sauna pour m'éclaircir les idées et me détendre, dit Alisa Ikonen, membre de la Société. L'hiver, c'est encore mieux: on perce un trou dans la glace, on saute dans la mer et, quand on en ressort, notre peau est en feu! C'est une sensation fantastique.» Mais, selon l'Helsinkienne, la tradition change. «De plus en plus de gens ont maintenant un sauna électrique à la maison ou dans l'immeuble où ils habitent, dit-elle. Et ils y vont en famille plutôt qu'avec des étrangers, comme ici.»

À l'établissement de la Société, des plages horaires sont réservées aux hommes et aux femmes, nudité oblige. En compagnie de Mme Ikonen, je dégouline de sauna en sauna: dans le premier, la température est de 70 °C; dans le dernier, de 150 °C. Tous sont chauffés au bois, mais les préférés des plus endurants sont tout enfumés, comme autrefois. Un petit «chemin de croix» en cinq stations!

Mme Ikonen verse de l'eau sur les pierres d'un poêle et une vapeur se forme. «C'est löyly, l'esprit du sauna!», dit-elle. Puis, à l'aide de branches de bouleau que nous avons fait tremper dans un bac d'eau, nous nous autoflagellons en choeur pour nous fouetter le sang. C'est agréable, et les feuilles sentent divinement bon. Prochaine étape? Un saut dans la Baltique, du haut d'un quai qui jouxte une belle terrasse, où on peut siroter une tisane en admirant le panorama. Un hic: en cette fin de juin, l'eau est à 13 °C. Le mollet m'en crispe par anticipation. Nue comme un ver, mais portant un bonnet de laine, une femme y barbote pourtant comme si de rien n'était, tout en m'épiant, sourire en coin. Allez, un petit effort: après tout, moi aussi, je suis du Nord!

  • Bain public: cap sur la piscine Yrjönkadun (Yrjönkatu 21 B), au centre d'Helsinki, pour sa déco des années 1920, son sauna chauffé au bois et la possibilité de nager nu (les maillots n'y sont autorisés que depuis 2001!) entre hommes ou femmes, selon les horaires.
  • Carolyne Parent s'est rendue en Finlande grâce à SWISS.

***

Collaboratrice du Devoir
1 commentaire
  • michelninovais@gmail.com - Abonné 23 octobre 2010 11 h 30

    Nudité mixte

    C'est la nudité mixte plutôt que ségréguée qui est la règle dans les saunas, non seulement dans les pays nordiques et scandinaves, mais aussi en Allemagne ou en Hollande. Dans ces pays, entrer dans un sauna avec un maillot serait aussi mal vu qu'y allumer une cigarette. Dans le Hilton de l'aéroport de Francfort, où j'ai séjourné l'an dernier, le spa qui est au sous-sol est mixte. Et pas de maillot!

    Si le maillot progresse dans certains endroits, c'est pour ne pas effaroucher des étrangers non habitués aux coutumes locales.

    Michel Vaïs
    Outremont