Québec - La Vieille Capitale accueillera au moins 25 congrès internationaux d'ici 2016

Brigitte Saint-Pierre Collaboration spéciale
Durant l'année 2009-2010, 146 événements ont eu lieu au Centre des congrès de Québec, dont 52 congrès.<br />
Photo: Source Centre des congrès de Québec Durant l'année 2009-2010, 146 événements ont eu lieu au Centre des congrès de Québec, dont 52 congrès.

La ville de Québec accueillera au moins 25 congrès internationaux d'ici 2016. Il s'agit du nombre d'événements américains ou internationaux, confirmés à ce jour, qui auront lieu au Centre des congrès de Québec d'ici là.

La Fédération internationale de médecine du sport ainsi que The Society for Historical Archaeology font partie des organisations qui tiendront un congrès à Québec au cours des prochaines années. Dans le courant de l'été dernier, le Centre des congrès de Québec a conclu des ententes pour la tenue de 11 congrès américains ou internationaux d'ici 2016, 13 autres étaient déjà inscrits au calendrier et un autre s'est ajouté récemment.

Ann Cantin, directrice Communications et mise en marché du Centre des congrès de Québec, affirme que, lorsqu'une ville canadienne accueille de huit à dix congrès internationaux, il s'agit d'une bonne année. Elle estime que le Centre des congrès de Québec est donc bien parti pour atteindre les objectifs qu'il s'est fixés.

Du sport à l'activité minière

Le XXXIIIe FIMS World Congress, de la Fédération internationale de médecine du sport, aura lieu au Centre des congrès de Québec en juin 2014. Un millier de délégués y sont attendus. Les retombées économiques sont évaluées à plus d'un 1,8 million de dollars. Pour ce congrès, l'ambassadeur est le Dr Jean Doré, de la clinique de kinésiologie de l'Université Laval.

La conférence annuelle en 2014 de la Society for Historical Archaeology est un congrès américain qui portera sur l'archéologie historique et sous-marine. Elle aura lieu au Centre des congrès de Québec du 8 au 12 janvier 2014. L'événement pourrait attirer quelque 700 délégués et générer plus de 1 200 000 $ en retombées économiques. Les ambassadeurs sont William Moss, de la Ville de Québec, et Réginald Auger, du Département d'histoire de l'Université Laval.

En juin 2013, des physiciens se réuniront dans la capitale québécoise à l'occasion du congrès annuel de la Division of Atomic Molecular and Optical Physics. Le 27th International Mineral Processing Congress aura lieu pour sa part en septembre 2016 au Centre des congrès de Québec.

Pour l'ensemble des onze nouveaux congrès américains ou internationaux annoncés à l'issue de l'été dernier, les retombées économiques sont estimées à près de 22 millions de dollars. En tout, plus de 10 000 participants sont attendus.

Atouts et concurrence

Mme Cantin estime que le principal atout du Centre des congrès de Québec est la région dans laquelle il se trouve. «Je pense que la ville de Québec offre des choses tout à fait exceptionnelles pour les gens qui décident d'organiser des congrès.» Elle souligne aussi que le Centre des congrès de Québec est situé en plein coeur du centre-ville, qu'il est à 20 minutes de l'aéroport et qu'il est relié par tunnel à de grands hôtels. Elle fait aussi valoir «toutes les attractions intéressantes que la ville peut offrir [aux] congressistes». Le Centre des congrès de Québec propose aussi d'accompagner les organisateurs de congrès qui désirent tenir un événement «écoresponsable». Elle ajoute que le personnel du Centre des congrès de Québec offre un service personnalisé aux organisateurs d'événements et cherche à simplifier leur tâche et à trouver de nouvelles façons de procéder pour la rendre la plus facile possible.

L'Office du tourisme de Québec (OTQ) fait valoir, pour sa part, différents arguments aux organisateurs de congrès et de réunions d'affaires: l'hébergement et la qualité de l'infrastructure d'accueil, le cachet unique de la ville, sa facilité d'accès, la proximité de la nature, ses activités culturelles et de divertissement, sa gastronomie et la possibilité d'y vivre une «expérience unique» grâce à des activités telles que le traîneau à chiens et l'escalade sur glace. Il leur propose aussi des services, dont l'organisation de tournées de familiarisation ou de visites d'inspection, une aide à l'élaboration d'un cahier de mise en candidature, la recherche de disponibilité de chambres d'hôtel, de salles de réunion ou de restaurants, des outils promotionnels ainsi que des suggestions d'activités et de programmes.

La directrice, Communications et mise en marché du Centre des congrès de Québec affirme que «la concurrence est de plus en plus importante» à la fois sur le marché québécois et sur les marchés canadien, américain et international. «Il y a de nombreux centres des congrès qui se construisent à travers le monde.» En ce qui concerne le Canada, Mme Cantin mentionne notamment que le nouveau Centre des congrès d'Ottawa devrait ouvrir ses portes prochainement. «Au Québec, on a quand même le Palais des congrès [de Montréal]. On se plaît à dire qu'on travaille en "coopétition". On collabore sur certains dossiers. Des fois, on est en compétition sur le marché québécois et canadien, probablement un peu davantage. Au niveau international, naturellement, on essaie de ne pas travailler sur les mêmes dossiers puisque cet argent-là revient au Québec, et c'est ça qui compte: attirer des événements pour générer des retombées économiques au Québec.»

Près de 150 événements

Durant l'année 2009-2010, 146 événements ont eu lieu au Centre des congrès de Québec, dont 52 congrès. Au total, environ 220 000 personnes ont participé à l'un ou l'autre de ces événements. Les retombées économiques ont été évaluées à près de 83 millions de dollars.

Il est par ailleurs possible d'organiser des réunions d'affaires dans différents lieux de Québec, dont des hôtels, l'Aquarium du Québec, le Musée de la civilisation, le Musée national des beaux-arts et la Station touristique Duchesnay. Des foires peuvent pour leur part se tenir à ExpoCité.

Selon des données de Statistique Canada compilées par l'OTQ, le tourisme d'affaires a été à l'origine de quelque 10 % des visites à Québec en 2008, comparativement à 49 % pour le tourisme d'agrément et à 37 % pour des visites de parents ou d'amis. La même année, les touristes d'affaires ont effectué environ 18 % de l'ensemble des dépenses des visiteurs à Québec.

Parmi les participants à des congrès ou à des réunions d'affaires tenus dans la Vieille Capitale en 2008, 54 % des gens venaient du Québec, 10 % du reste du Canada, 21 % des États-Unis et 1 % d'autres pays.

***

Collaboratrice du Devoir