Montréal et Québec - Les musées ouvrent grand leurs portes aux rencontres d'affaires

Assïa Kettani Collaboration spéciale
La chapelle du Musée de l'Amérique française<br />
Photo: Source Musée de la Civilisation La chapelle du Musée de l'Amérique française

Même si de nombreux hôtels offrent des possibilités de luxe pour l'organisation de congrès, de conférences, de formations ou de réunions d'affaires, pourquoi ne pas explorer les solutions de rechange offertes par les musées?

Souvent idéalement situés, les musées sont des lieux à l'architecture grandiose qui se révèlent être des cadres avec plus de cachet et plus de classe que les locaux habituellement utilisés pour le tourisme d'affaires. Plusieurs musées québécois accueillent ainsi chaque année des événements variés pour une clientèle corporative, gouvernementale, universitaire ou privée. Et, souvent, rien ne manque à l'appel en ce qui concerne les services offerts et les possibilités d'accommodement: équipement audiovisuel et multimédia de pointe, équipe de sécurité, équipe de techniciens, location de mobilier... Sans oublier que la rencontre professionnelle peut s'y doubler d'une expérience culturelle, puisqu'employés et convives peuvent à cette occasion profiter des expositions et des collections du musée.

Lieu architectural

D'un point de vue architectural, on soulignera la variété des possibilités: loin des structures de béton et des petites salles au plafond bas, les salles des musées vont de l'architecture contemporaine nec plus ultra aux décors plus classiques. C'est le cas notamment du complexe muséal du Musée de la civilisation, à Québec, qui dispose de trois sites destinés à l'organisation d'événements aussi bien professionnels que festifs, comme des banquets, des cocktails et des réceptions: le Musée de la civilisation, le Musée de l'Amérique française et le Centre d'interprétation de la place Royale. Inauguré en 1988, le Musée de la civilisation accueille chaque année environ 300 événements, dont une cinquantaine de congrès et de colloques. Parmi ses joyaux, citons son Grand Hall, immense verrière d'une superficie de 930 m2, qui allie les vieillies pierres à l'architecture contemporaine en s'ouvrant sur une vue sur la maison Estèbe, bâtie en 1751.

Mais c'est la chapelle du Musée de l'Amérique française, le plus ancien musée du Canada, situé dans l'un des bâtiments attenant au site du Séminaire de Québec, qui remporte la palme en matière architecturale. Pour un décor historique tirant sur le grandiose, l'ancienne chapelle a été «désacralisée» en 1992 et transformée en salle muséale. La nef et le choeur sont aujourd'hui à la disposition du public, avec pour seule consigne de devoir respecter le «caractère particulier du lieu».

Lieu historique

Situées au coeur du Vieux-Québec, les salles du musée s'ouvrent sur le pittoresque de la vieille ville ou sur la beauté du site naturel, à l'exemple du Salon des visiteurs et de sa vue plongeante sur le fleuve Saint-Laurent et le Château Frontenac. «Le Musée de la civilisation bénéficie d'une situation géographique névralgique: il est situé dans le Vieux-Port et la chapelle du Musée de l'Amérique française est au coeur du Vieux-Québec, à côté de la basilique Notre-Dame», souligne Brenda Tuppert, régisseure et coordonnatrice des événements privés et spéciaux au Musée de la civilisation. Deux auditoriums disposent également de tout l'équipement audiovisuel et multimédia nécessaire aux manifestations plus classiques des événements corporatifs.

Rien d'étonnant, donc, à ce que ces musées aient su accueillir bon nombre d'événements d'importance au fil des ans. Citons notamment le colloque international du CIERL, du 22 au 25 septembre 2010, intitulé «Histoires de Paris, XVIe-XVIIe siècles», le 43e Congrès annuel de l'Association canadienne d'économique, qui a réuni 900 participants à la chapelle du Musée de l'Amérique française du 29 au 31 mai 2010, et le Congrès du AANEM (American Association of Neuromuscular & Electrodiagnostic Medicine), qui a rassemblé 1000 participants du 6 au 9 octobre 2010.

«Le tourisme d'affaires est très important au musée, que ce soient des congrès, des réunions de motivation ou du tourisme d'affaires de récompense, qui donne l'occasion aux employés de découvrir la ville. Il y a un rayonnement qui vient de ces événements. Certains employés viennent en congrès et n'ont pas forcément le temps de visiter la ville. Parfois, ils reviennent avec leur famille», précise Brenda Tuppert.

Lieux en métropole

Plusieurs musées montréalais offrent le même type de prestation: le musée McCord, par exemple, accueille chaque année une cinquantaine de colloques, congrès ou conférences, à visée aussi bien universitaire que corporative. «Puisque nous sommes un musée d'histoire, nous accueillons beaucoup de colloques tournés vers l'histoire. Étant donné notre mission première, nous essayons de laisser une belle place au côté universitaire, mais nous accueillons également un nombre important d'événements corporatifs», précise Orélie Brulet, coordonnatrice de la location de salles et d'équipement au musée McCord.

Dans ce musée, c'est le théâtre J.-Armand-Bombardier qui tient lieu d'accueil, avec son architecture de gradins amovibles et un arsenal technique qui compte trois grands écrans, projecteurs, sonorisation et éclairage. Parmi les événements qui ont eu lieu cette année au musée McCord, citons notamment le colloque sur le Montréal juif des années 1930-1940, qui s'est déroulé au mois d'avril, et, plus récemment, «De la Nouvelle-France à la province de Québec», au mois de septembre.

Le Musée des beaux-arts, quant à lui, se spécialise dans la tenue de manifestations à caractère social: «Souvent, des entreprises qui tiennent un congrès au Palais des congrès ou dans un grand hôtel louent nos salles pour organiser leur événement d'ouverture ou de fermeture, un banquet ou une réception», précise Michel Ménard, responsable de la location de salles au Musée des beaux-arts. Ici encore, le moderne se marie à l'ancien, aussi bien dans les salles modernes du pavillon Jean-Noël-Desmarais, construit en 1991, que celles au style plus classique du pavillon Michael-et-Renata-Hornstein. La Salle des miroirs, par exemple, récemment redécorée, joue la carte de l'élégance avec son espace aux teintes douces et son espace orné de miroirs et de luminaires. La Verrière, quant à elle, offre, avec ses grandes baies vitrées, une vue exceptionnelle sur les gratte-ciel de la ville.

Entre tradition et modernité, les musées regorgent d'atouts en matière d'organisation d'événements. En ajoutant une touche culturelle à des manifestations professionnelles, ils font le pari de la grandeur et du luxe pour que l'utile se joigne à l'agréable.

***

Collaboratrice du Devoir