Vie de bateau

Des passagers observent le fleuve, au bout de l’Ile d’Orléans. <br />
Photo: Charles-Antoine Rouyer Des passagers observent le fleuve, au bout de l’Ile d’Orléans.

Aller voir les baleines depuis Québec? C'est possible avec la nouvelle croisière Québec-Charlevoix des Croisières AML, qui prolonge celle de Montréal-Québec de la veille. Avec une nuitée au Manoir Richelieu, le forfait permet de renouer avec la tradition des «bateaux blancs».

L'observation des baleines et le Manoir seront la cerise sur le gâteau, car la croisière depuis Québec vaut à elle seule le coup, tant les paysages du Bas-du-Fleuve sont aussi superbes que variés.

Ces croisières permettent surtout de découvrir ce fleuve majestueux — trop souvent ignoré depuis l'autoroute, voire maudit dans les embouteillages pour traverser les ponts — qu'est le Saint-Laurent, cette voie maritime nourricière, épine dorsale de tout un pays avant la voie ferrée.

L'intimité de l'île d'Orléans au petit matin fait vite place à la vaste étendue bleutée du golfe qui s'élargit. Défilent alors l'île aux Grues, les pentes de ski du Massif à Petite-Rivière-Saint-François, Baie-Saint-Paul, la tendre île aux Coudres et le ballet des deux petits traversiers depuis Saint-Joseph-de-la-Rive.

Le Gardien du fleuve

Puis, une fois le cap aux Oies franchi, le Manoir Richelieu à La Malbaie est annoncé. Vers midi, le «gardien du fleuve» est là, haut perché, coiffé de ses petites mansardes de cuivre verdi. Les passagers posent. Les appareils photo crépitent. La croisière passe. Quelques bélugas remontent le fleuve à contre-courant.

Avant Tadoussac, un zodiac jaune approche alors à vive allure, contourne le Cavalier Maxime pour le longer de très près. Rien à voir avec une intervention de Greenpeace contre les harpons des baleiniers. Au contraire: une guide naturaliste d'AML saute dans le gros navire blanc pour commenter au micro l'observation des baleines.

Pont avant, pont supérieur et bastingages sont noirs de monde. Après une heure trente minutes d'émerveillement et la compagnie de quatre rorquals communs, l'incursion se poursuit dans le fjord du Saguenay jusqu'à la cascade du Caribou, puis retour à terre.

Un autocar ramène les passagers vers La Malbaie, au Fairmont Le Manoir Richelieu (érigé jadis afin d'héberger les passagers desdits bateaux blancs), pour une nuit digne des croisières d'alors.

Au coeur d'un domaine boisé, l'hôtel est un petit centre de villégiature avec sa piscine extérieure de 20 mètres et ses sentiers de randonnée. Il ne faut pas manquer de jeter un oeil aux intérieurs cossus évoquant le faste d'antan et à la terrasse où l'on déjeunera le matin devant un ami intime à présent, le seigneur bleu de ce bout de continent: le Saint-Laurent.

n Tous les jeudis, du 18 août au 22 septembre et le 11 octobre (349 $, ou 599 $ depuis Montréal avec une nuit au Château Frontenac, et retour en autocar à Montréal depuis La Malbaie. (Montréal-Québec seulement, avec retour en train: 299 $). Pour information: www.croisieresaml.com ou 866 856-6668.

***

Collaboration spéciale

***

Le journaliste était l'invité des Croisières AML, de Porter Airlines et de Tourisme Québec