L'Anse-à-Beaufils - Un p'tit coin attachant du patrimoine gaspésien

«Mon père était un ramasseux de vieilleries.» Paré de son beau costume des années 1930, Rémi Cloutier, entouré de ses sept «complices», nous embarque avec une aisance désarmante dans sa machine à remonter le temps, au milieu des splendides boiseries de chêne d'origine et des étagères remplies de mille trésors hétéroclites d'époque: biberon de bébé, vêtements et tissus, vaisselle, machine à café, produits de droguerie, de pharmacie, matériel photo, meubles...

S'il présente aujourd'hui, avec une juste fierté, une des plus belles collections que l'on puisse imaginer dans son Magasin général historique authentique, c'est grâce à son père, Gaston. En 1972, ce dernier achète ce magasin général de la compagnie Robin, alors gros exportateur de morue séchée, datant de 1928. Barbier de profession, Gaston Cloutier y transfère son ancien salon de coiffure. Il l'exploite jusqu'en 2000, en préservant l'intégrité du lieu puis, le magasin n'étant plus rentable, décide de fermer. Simple hasard? Il décède le soir du dernier jour d'ouverture. Très attaché à l'endroit, Rémi reprend le flambeau. Fort de la collection réunie par son père, il remonte, avec l'aide de sa mère et de ses trois frères, un authentique magasin général des années 30.

«Nous avions déjà 80 % des objets. Le reste a été fourni par des collectionneurs du coin et même des touristes de passage!» D'histoires drôles en anecdotes touchantes, Rémi Cloutier nous entraîne dans l'ancien salon du barbier, où sur ce fauteuil même son père coupa un jour les cheveux de Jacques Mesrine, criminel français alors en cavale à Percé; puis dans le bureau du gérant rempli de vieux registres, où était tenue toute la comptabilité du poste de pêche de L'Anse-à-Beaufils; enfin dans l'entrepôt, entre des équipements de ferme, une pompe à essence, un distributeur de coca-cola et même des cercueils(!), et dans la ferronnerie où est présentée une passionnante exposition temporaire d'André Escojido, sociologue et collectionneur: «Souvenirs de pêche». Un voyage fascinant.

Magasin général historique authentique, 32, rue Bonfils, L'Anse-à-Beaufils. Ouvert jusqu'au 26 septembre. www.magasinhistorique.com

Tous à L'Usine!

Elle vient de fêter ses 10 ans, mais elle a une longue histoire derrière elle. C'est à la fois un bistro, avec des bières en fût de microbrasseries locales servies au bord de la marina, un resto, les artistes et artisans de la région y exposent leurs oeuvres, les chansonniers et théatreux s'y donnent en spectacle, on y trouve même un studio d'enregistrement. Lison Grenier, son mari et une quarantaine de Gaspésiens ont sauvé de la démolition cette ancienne usine de transformation de morue en la rachetant pour 1 $ en 1998. L'idée: créer un pôle culturel, une vitrine de la relève artistique, et garder les jeunes au village. Il a fallu 450 000 $ d'investissement et le travail acharné de nombreux bénévoles pour en faire ce havre culturel, dans le respect total du bâtiment d'origine. La Vieille Usine, 55, rue Bonfils, L'Anse-à-Beaufils. Ouvert jusqu'à la mi-septembre. Studio d'enregistrement ouvert à l'année. 418 782-2277, www.lavieilleusine.qc.ca.

***

Collaboratrice du Devoir