L'air du large

La maison Blanchette, à Forillon.
Photo: Nicole Pons La maison Blanchette, à Forillon.
Sainte-Anne-des-Monts — De magnifiques sculptures de bois flotté exposées sur la grève accueillent le visiteur. L'air marin remplit déjà nos pores. Sandra Gauthier, directrice générale d'Exploramer, nous invite à découvrir le milieu du Saint-Laurent. Cet organisme s'est donné la mission de faire mieux connaître les richesses de la mer, pour apprendre à la respecter.

D'abord, cap au large, pour une leçon in situ. Mathieu, un biologiste qui nous accompagne, remonte les casiers où des crabes, burgaux et oursins verts ont été pris au piège. Combien de temps vivent-ils? Que mangent-ils? Comment se reproduisent-ils? Mathieu aura réponse à tout.

Puis nos petits amis retrouveront leur liberté. La préservation des ressources passe par nos assiettes. Mme Gauthier, s'inspirant d'un programme américain, a lancé la certification «Fourchette bleue». Comment freiner le pillage des fonds marins, la menace sur la morue? En nous incitant à consommer des espèces non menacées du Saint-Laurent marin. En 2009, 32 restaurants et poissonneries de la Gaspésie adhéraient au programme. Et ce n'est qu'un début. Les oursins, le maquereau, la baudroie, les moules bleues du Québec, c'est délicieux!

Témoignage de la biodiversité du Saint-Laurent, l'exposition permanente du centre, Un jardin sous la mer, nous mène d'aquariums en pouponnière, de bassin tactile en bassin des algues, dans le fleuve, l'estuaire, le golfe. La framboise de mer, le concombre de mer n'ont de fruit et légume que le nom. Le crabe des neiges, le homard bleu, la poule de mer fréquentent les grands fonds. Les bancs de morues adorent les eaux très froides. Ajoutez de passionnantes expos temporaires interactives et vous y resterez quatre heures.

Grandeur nature

La route très sauvage longeant la côte nord de la Gaspésie se faufile entre d'austères falaises et des anses verdoyantes abritant des villages, parsemées de guetteurs de la mer, comme le très beau phare de La Martre. Le parc national de Forillon n'a rien à envier à ces paysages grandioses. Quelque 245 kilomètres carrés de splendeur totale, des falaises tombant à pic dans l'océan, les derniers contreforts des Appalaches culminant au mont Saint-Alban (283 mètres), les caps Bon-Ami et Gaspé, et une multitude de sentiers de randonnée qui mènent toujours à un belvédère aérien.

On retrouve l'histoire de la Gaspésie, liée à celle de la pêche à la morue, sur le site patrimonial de Grande-Grave, ancien village de pêcheurs. Le magasin général Hyman rappelle leur vie difficile dans les années 1920, la puissance des compagnies, les saisons de pêche, l'exportation du poisson. Plus loin, la maison du pêcheur Xavier Blanchette reprend vie grâce à des animations en costumes d'époque.

À Grande-Grave, nous embarquons dans le zodiac de Croisières Baie de Gaspé, partenaire du Parc. Avec les falaises du Cap-Gaspé, son rocher du Vieux et son phare en toile de fond, nous allons nous en mettre plein la vue. Valse de petits marsouins, plongeon spectaculaire d'un rorqual à bosse qui dévoile une queue blanche et noire, ballet de rorquals communs et, suprême récompense, un fascinant rorqual bleu qui joue à cache-cache avec le bateau. En danger d'extinction, la baleine bleue, plus gros animal de la planète qui mesure jusqu'à 33 mètres de long, fréquente assidûment la péninsule de Forillon. À la belle saison, on peut en observer chaque jour. Elle semble trouver ici en quantité suffisante sa nourriture, le krill, dont elle avale quotidiennement quatre tonnes!

Fondateurs et modes de vie

Installé dans un nouveau bâtiment tout vitré avec vue de rêve sur la baie de Gaspé, le Musée de la Gaspésie (et son riche centre d'archives) a été agrandi et modernisé. Une vitrine à la mesure de la collection qui rassemble objets, oeuvres d'art et photos liés à l'histoire et au patrimoine de la région et à la vie de ses habitants, de la pêche à l'industrie forestière en passant par les activités domestiques. L'expo permanente, Gaspésie le grand voyage, suit la trame géographique de la région, représentée au centre de la salle, et la trame maritime, symbolisée par des projections sur les murs.

À chaque site, son histoire: Miguasha, lieu de pêche traditionnel des Micmacs, puis installation de Britanniques après la Conquête de 1760; baie des Chaleurs, avec l'arrivée des Acadiens fuyant la Déportation de 1755, qui fondent Bonaventure; Anglo-Normands de l'île de Jersey qui, en 1766, fondent à Paspébiac la compagnie Charles Robin pour la pêche à la morue, puis sa concurrente, Le Boutillier Brothers, en 1838; Côte de Gaspé et les seigneuries de pêche instaurées par le régime français au XVIIe siècle; Haute-Gaspésie avec, à La Martre, les plus vieilles traces d'occupation humaine du nord-est du Canada, datant de 9000 ans.

Sans oublier les Bretons, Normands et Basques qui venaient pêcher la morue dans les eaux du golfe dès le XVe siècle, avant l'arrivée de Jacques Cartier en juillet 1534, le développement du tourisme à Percé ou les souvenirs d'une enfant de Newport, La Bolduc. Les expos temporaires illustrent divers volets de la culture locale.

Au paradis des oiseaux

Le parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé occupe divers secteurs. Sur le quai de Percé, nous visitons les bâtiments historiques de la compagnie Charles-Robin. Puis nous partons en mer. Le fameux rocher qui se dresse face à l'océan est un géant de calcaire fragile. Il a perdu sa deuxième arche en 1845 et continue de s'effriter au point de perdre 300 tonnes de roche par an! Avant, on s'y rendait à pied, à marée basse. C'est devenu si dangereux que la direction du Parc le déconseille formellement. L'escalier d'accès au chemin a d'ailleurs été retiré. Le bateau qui va à l'île Bonaventure en fait le tour et permet de l'admirer de près, en toute sécurité.

Bienvenue au domaine des oiseaux marins: mouettes, cormorans et surtout fous de Bassan dont la plus grosse colonie au monde (plus de 60 000 couples), et la plus accessible, peuple l'île Bonaventure en été. Accrochés aux falaises, ils sont partout. Après 45 minutes de marche dans le bois, nous arrivons sur la colonie. À portée de main, des milliers d'oiseaux, indifférents aux humains, couvent ou se chamaillent vertement. Le spectacle est fascinant, malgré l'odeur! Du temps des compagnies de pêche, l'île était habitée. En 1831, il y avait 35 familles, plus 200 pêcheurs saisonniers et un gérant venu de Jersey dont on visite la maison, superbement restaurée.

Secrets de pêche

Nous nous régalons de produits de la mer, mais que savons-nous de la vie des pêcheurs? À Bonaventure, la famille Arsenault (Sylvain, le père, pêcheur professionnel, Line, la mère, artisane, leur fiston Louis-Philippe) possède sa propre affaire et partage un peu de sa vie avec le profane. En saison, elle embarque jusqu'à 12 personnes à bord, selon le forfait. Sur leur bateau, L'Omirlou, nous allons vivre une expérience authentique de pêche côtière. Nous apprendrons les rudiments de la pêche récréative à la ligne. Une initiation à l'art d'attraper petits maquereaux, truite de mer ou plie. J'y ai pris goût et je me suis inscrite à l'excursion Les métiers-pêcheurs. Départ à 4h du matin, journée à bord avec ramassage des casiers de homards, aide aux manoeuvres. Pas de fla-fla, on travaille. Chaque matin, il faut relever les casiers et Sylvain en a 235 en saison de pêche! La Gaspésie, non seulement ça se visite, mais ça se vit!

***

En vrac

-Bistro-resto Le Brise-Bise, 135, rue de la Reine, Gaspé. Claudine Roy a fait de ce lieu une institution. Apéritif sur la terrasse, lunch, souper, spectacles le soir... À chacun son plaisir. Les produits du terroir et de la mer sont à l'honneur. Mémorable poutine aux crevettes et fromage des Méchins! Ouvert à l'année. 418 368-1456, www.brisebise.ca.

-La Maison William Wakeham, auberge-restaurant, 186, rue de la Reine, Gaspé. Dans cette prestigieuse bâtisse du XIXe siècle, Desmond Ogden, chef propriétaire, propose une table gastronomique à base de produits frais et du terroir. Saumon fumé de la Gaspésie, homard au pastis ou foie gras poêlé régalent les papilles. Côté hébergement, dix chambres et deux suites de grand confort (du 1er avril à la mi-octobre). Restaurant ouvert de la mi-avril à la mi-octobre, en décembre et pour certaines fêtes. 418 368-5537 en saison, 418 368-5792 hors saison, www.maisonwakeham.ca.

-Auberge Fort Prével, 2053, boulevard Douglas, Saint-Georges-de-Malbaie. Très réputé pour l'excellence de sa table, ce centre de villégiature occupe un domaine verdoyant de 30 hectares avec un ancien fort, sur un promontoire face à la mer. Le chef exécutif du restaurant Le Bastion, Dominic Béland, perpétue magistralement la tradition familiale depuis 26 ans. Son père, Armel Béland, chef ici dans les années 1950, a créé la fameuse bouillabaisse gaspésienne dont la recette authentique régale toujours les convives. Avec des produits de fraîcheur, les recettes laissent la meilleure place aux parfums de la mer: saumon fumé à la manière du chef, pétoncles, espèces méconnues du Saint-Laurent marin comme les mactres de Stimpson (l'auberge adhère à «Fourchette bleue»). Divers types d'hébergement et golf 18 trous. Ouvert du 11 juin au 11 septembre, restaurant pour le souper seulement (réserver). 1 888 377-3835. www.sepaq.com/fortprevel.

-Exploramer, 1, rue du Quai, Sainte-Anne-des-Monts. Ouvert du 5 juin au 11 octobre, tous les jours. 418 763-2500, www.exploramer.qc.ca.

-Parc national du Canada Forillon. Accès par la route 132 entre Rivière-au-Renard et Gaspé. Ouvert à l'année. Services et activités, de la fin mai à la mi-octobre. Camping, yourtes, tentes-roulottes. 1 888 773-8888, www.pc.gc.ca/forillon.

-Croisières Baie de Gaspé, départ quai de Grande-Grave, secteur sud du parc Forillon. Du 5 juin au 4 octobre. Réservation conseillée. 1 866 617-5500, www.baleine-forillon.com.

-Musée de la Gaspésie, 80, boulevard de Gaspé, Gaspé. Ouvert à l'année. 418 368-1534, www.museedelagaspesie.ca.

-Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé. Accès par bateau avec croisière autour du rocher et de l'île. Trois compagnies: 1 877 782-2974, 1 877 2161, 1 866 782-5526); embarquement au quai de Percé. Ouvert du 30 mai au 11 octobre. Au Resto des Margaulx (ouvert du 6 juin au 2 octobre): excellents lunchs à base de produits locaux, dont une fameuse soupe du pêcheur. Adhérent «Fourchette bleue». 418 782-2240, www.parcsquebec.com.

-Excursions L'Omirlou, départ du quai de Bonaventure. Expérience de pêche en mer. De mai à septembre. 581 886 0472, 418 534 2955. www.lomirlou.com.

-Renseignements: Tourisme Gaspésie, 1 800 463-0323, www.tourisme-gaspesie.com.

***

Collaboration spéciale