Vancouver - Lits dorés pour nomades d'affaires

Le très luxueux Loden s’affirme d’entrée de jeu avec un hall décoré par des jeux de miroirs ombragés et un faux foyer de marbre. Une ambiance très masculine qui caractérise l’établissement jusque dans les fragrances des savonnettes.
Photo: Source Loden Le très luxueux Loden s’affirme d’entrée de jeu avec un hall décoré par des jeux de miroirs ombragés et un faux foyer de marbre. Une ambiance très masculine qui caractérise l’établissement jusque dans les fragrances des savonnettes.

Dans le rayon des grandes villes d'affaires en Amérique du Nord, Vancouver s'est taillé une place de choix. Cet été, l'International Congress and Convention Association (ICCA) couronnait la ville comme la destination par excellence pour y tenir un congrès, devançant Toronto, Washington, Montréal et Chicago. Pour héberger ces nomades d'affaires, la ville a bonifié son offre. L'Opus, le Loden et le tout nouveau Fairmont Pacific Rim viennent parer à la demande.

Vancouver — Dès que l'immense porte s'ouvre sur le chic et filiforme hall d'entrée, le ton est donné au Loden, niché dans une petite rue du centre-ville. L'hôtel, que les utilisateurs de Tripadvisor ont érigé au sommet du podium en matière de luxe au pays, s'affirme d'entrée de jeu avec ses jeux de miroirs ombragés et le faux foyer de marbre, le tout sur une note très contemporaine. Le marbre noir s'installe aussi dans les 77 chambres et domine dans les salles de bains, leur donnant une touche très masculine.

Cette impression se confirme dans toutes les facettes de la chambre, autant dans l'écran plat de la télévision suspendue au plafond que dans les trois millions de prises spéciales sur l'espace de travail, qui permettent d'y brancher tantôt une console de jeux vidéo empruntée à la réception, tantôt son iPod qui pourra cracher des notes que l'on entendra jusqu'au petit coin grâce à un système de diffusion sonore assez impressionnant.

Très gars. Même la fragrance des shampoings et des savonnettes est choisie en fonction d'eux. Mesdames, soyez prévenues, on apporte ses propres produits si on veut éviter d'éveiller les soupçons de sa douce moitié.

En ouvrant les tiroirs et les penderies, on découvre des surprises. Dans le placard se terre un tapis de yoga et on peut s'adonner à cette activité 24 heures sur 25 sans même sortir de sa chambre grâce aux cours proposés sur une chaîne télé spécialisée.

Le Loden possède six suites d'une chambre et le plus luxueux penthouse de tout Vancouver. Le Halo occupe à lui seul l'étage supérieur, et le balcon qui le ceinture offre une vue sur Stanley Park et les montagnes. Les chambres standard, également dotées de larges fenêtres, donnent à voir d'aussi beaux panoramas, surtout dans les étages supérieurs.

Le chef québécois Marc-Andre Choquette est aux fourneaux dans la cuisine du restaurant Voya, Cette table du Loden mise sur la fraîcheur des produits locaux; on y mange d'ailleurs une exquise joue de veau qui fond en bouche et l'une des meilleures glaces au citron qu'il nous ait été donné de déguster. Les petits-déjeuners méritent aussi le détour; Choquette mitonne un généreux granola maison surplombé d'une compote de prunes et d'abricots qui fournit de l'énergie jusqu'au souper.

- Loden Vancouver, 1177 Melville, Vancouver, % 604 669 5060, www.theloden.com

Vie de star

Situé dans le très branché quartier Yaletown, l'Opus est la destination des célébrités. Déjà aux micro-tabourets aux motifs fauves qui siègent devant le comptoir dénudé de l'entrée, on sent que le reste sera hip à l'os. D'entrée de jeu, l'hôtel ne veut pas avoir l'air d'un hôtel. Puisque c'est dans son bar que venaient s'installer les meilleurs DJ du monde jusqu'à tout récemment, l'adresse prend soin d'ajouter une signature sonore particulière dans chacune des pièces communes où se déplace le visiteur, un peu comme d'autres jouent de l'aromathérapie pour asseoir leur style. Une fois arrivé à sa chambre, on a l'impression d'avoir emprunté les clés du loft de sa copine le temps d'un séjour. Des livres et une sélection musicale traînent sur le coin d'un bureau et le minibar s'assume et sort du réfrigérateur, les bouteilles — qui n'ont rien de mini — étant bien en vue sur une tablette.

Il peut avoir l'air extravagant au premier coup d'oeil, mais l'Opus s'adapte à toutes les clientèles. Ses 96 chambres ont d'ailleurs une identité en fonction de cinq profils fictifs, dessinés par la maison. Grâce à un questionnaire sur le site Internet, notre personnalité est associée à un style de vie. On obtiendra tantôt la chambre de Pierre, un critique gastronomique fana de jazz dont les murs du logis sont colorés d'un jaune orangé, ou encore celle d'un bleu intense de Suzanne, une mère passionnée d'art et de culture. En se prêtant au jeu, on découvre des fiches avec des suggestions d'activités et de boutiques personnalisées, un bon coup de pouce pour le visiteur pressé qui veut voir le meilleur de Vancouver.

Avec son air de bistro français, l'Elixir, le restaurant de l'hôtel, contraste avec le reste de l'établissement, mais il le complète parfaitement. Ces jours-ci, on y dévore un tendre coq à la bière et on se laisse tenter par l'accord mets-vin avec des nectars de la Colombie-Britannique qui n'ont rien à envier à ceux des Européens. L'Élixir fait aussi partie du programme de préservation des océans de Vancouver et sa carte ne comporte que des choix respectueux de la faune sous-marine.

Pour profiter du genre éclaté sans s'envoler à l'autre bout du pays, Montréal possède aussi son Opus, angle Saint-Laurent et Sherbrooke.

- Hotel Opus, 322 Davie Street, 604 642 6787, www.opushotel.com

Vues d'Asie

Il est tellement nouveau qu'il sentirait encore la peinture si des essences de jasmin ne parfumaient son hall d'entrée. Troisième adresse Fairmont du centre-ville de Vancouver, le Pacific Rim se distingue par ses étoiles, au nombre de cinq, et par son hommage à l'Asie, à laquelle il fait face.

Plaqué Or, une première pour la chaîne en Amérique du Nord, il offre le nec plus ultra en matière de services, avec une signature toute sophistiquée typique au Fairmont. Mi-centre de villégiature, mi-hôtel de ville, ce nouvel établissement offre des forfaits spa et détente dans ses nouvelles installations de 11 000 pieds, une immense salle de gym et une richissime suite entièrement vitrée sur deux étages, surnommée la Rock Star par le personnel. En plus de ses deux restaurants et de nombreux espaces pour les conférences, le Pacific Rim se complète d'une salle de cinéma privée pour les projections d'affaires dans un confort à faire rougir les Paramount de ce monde.

Dans la plus pure des superstitions asiatiques, on a aussi éliminé les 4e et 13e étages de l'édifice et, drôle de hasard, un employé a souligné que son adresse, 1038 Canada Place, signifie «la route des richesses» en chinois. Le Pacific Rim aurait-il quelque chose de prédestiné?

- Fairmont Pacific Rim, 1038 Canada Place, Vancouver. 604 695 5300, www.fairmont.com/pacificrim