Montérégie - L'auberge Handfield : l'histoire au quotidien

De simple maison familiale offrant gîte et pension au bord de la rivière Richelieu, à une époque où de nombreux bateaux passaient par là pour sillonner la région, dans les années 40, l'auberge Handfield est devenue aujourd'hui un relais touristique prisé. C'est là aussi qu'a grandi l'actuel propriétaire, Pierre Handfield, qui peut vous décrire, avec force gestes, les pièces d'origine dont les planchers de bois gardent encore les traces.

Ainsi, le site a hérité d'une marina où les clients peuvent toujours amarrer leur bateau, soit pour loger à l'auberge, soit pour y prendre simplement un repas.

De tout temps, donc, l'hôtel planté en bordure de la Richelieu a connu une grande effervescence, à commencer par l'activité créée par le passage des navires de marchandises qui y faisaient escale, au coeur de ce qui constitue le village de Saint-Marc-sur-Richelieu.

Les touristes états-uniens, quant à eux, en font souvent une étape sur leur route depuis le lac Champlain.

Trois générations de Handfield s'y succèdent depuis plus de 60 ans. «Quand notre voisin Fernand Seguin animait Le Sel de la semaine à Radio-Canada, il emmenait ses prestigieux invités manger ici, raconte M. Handfield. Nous possédons toute une galerie de photos de personnalités publiques qui sont passées par l'auberge.»

Dans un décor constamment rénové mais qui a gardé, notamment dans sa bâtisse originale, un cachet tout à fait historique, l'auberge Handfield comporte une cinquantaine de chambres et suites réparties dans quelques habitations de part et d'autre de la route 223.

Et même avec des installations ancestrales et une ambiance familiale, les services les plus modernes y sont disponibles.

Les salles de réception peuvent accueillir de 10 à 120 personnes. Le spa Les Thermes, dans son nouvel aménagement, offre toute la panoplie des soins de santé-beauté et des bains thérapeutiques en vogue. Piscine, sauna, salle d'entraînement, restaurant et terrasse complètent le domaine.

La table? Elle se déploie pour les trois repas de la journée, avec un petit-déjeuner copieux et le dîner du soir délicieux. Rien d'inutilement extravagant mais un excellent menu truffé de produits régionaux concoctés par le chef Nicolas Simard. Quelques recettes familiales, comme celle du ragoût de patte de cochon, y sont d'ailleurs toujours à la carte.

Pour les plus pressés, les voyageurs en transit, les gens en pré-spectacle ou ceux qui aiment simplement prendre le repas du soir avant la tombée du jour, la carte «Soupe-tôt» reconduit le menu du midi, aux tarifs du midi, de 17h à 19h.

Et à quelques kilomètres de là, une cabane à sucre accueille les visiteurs en saison, dans un décor tout aussi champêtre. Des forfaits sont disponibles pour toutes les prestations de l'auberge.

Le site attire une clientèle d'affaires en semaine et les week-enders les vendredis, samdis et dimanches. En effet, on y va tout autant pour une réunion corporative que pour une célébration, un séjour intime ou une noce. Même la cérémonie du mariage peut se dérouler sur place.

Des travaux d'aménagement de la route étaient en cours au moment de notre passage, début mai. Si le proprio a dû y sacrifier quelques-uns de ses gros arbres, il y gagnera notamment une piste cyclable longeant son domaine et la rivière Richelieu, en plus d'une occasion de repenser la façade de son auberge.

Tout cela se déploie à moins d'une demi-heure de Montréal.

***

- Auberge Handfield, 450 584-2226, 514 990-0468 (sans frais), www.aubergehandfield.com.