Style - Une demeure à la gloire d'un homme de pouvoir

L’énorme villa de campagne le Palazzo del Principe, à Gênes.
Photo: L’énorme villa de campagne le Palazzo del Principe, à Gênes.

Gênes — Un peu à l'écart du centre, face à la station maritime, le Palazzo del Principe est un complexe monumental, caractéristique du Cinquecento (XVIe siècle) de style Renaissance génois. Une énorme villa de campagne, aujourd'hui englobée dans la cité, qui possédait autrefois un accès direct au môle par son jardin tourné vers la mer.

Sa taille, son faste, la richesse de ses matériaux et de ses décorations devaient être à la hauteur du pouvoir et des ambitions de son bâtisseur-propriétaire, le très controversé prince amiral Andrea Doria. Ce personnage complexe redonna sa liberté à la ville en chassant les Français, en 1528, rétablit la république de Gênes sur la base d'un pouvoir oligarchique et gouverna d'une main de fer.

Entre 1529 et 1533, les meilleurs artistes d'Italie sont appelés à participer à la construction et à la décoration du palais. Perino del Vaga, génial collaborateur de Raphaël, laisse brillamment sa marque en supervisant l'ensemble des aménagements. Il réalise un superbe cycle de fresques aux couleurs pastel et de stucs qui couvre surtout les voûtes des plafonds et se distingue par son élégance et son raffinement.

En haut du grand escalier, la Loggia degli Eroi, qui surplombe le jardin, est ornée d'une fresque couvrant tout le mur, à la gloire des ancêtres d'Andrea Doria, représentés en guerriers de l'Antiquité. Elle a été entièrement restaurée en 2001 et 2002, tout comme d'autres oeuvres du palais. On retrouve ailleurs la famille Doria glorifiée sous les traits de héros de la mythologie, notamment dans la fresque monumentale du plafond du Salone dei giganti.

La loggia sépare les appartements d'Andrea et de sa femme, situés de chaque côté. La plupart des voûtes sont couvertes de fresques d'une grande finesse. Autres richesses du palais: l'exceptionnelle collection de tapisseries des XVe et XVIe siècles, portant surtout sur des thèmes guerriers, et les étoffes précieuses du XVIIe siècle, velours damassés et autres brocarts qui avaient fait au Cinquecento la réputation de la demeure.

À la mort d'Andrea, son héritier, un petit cousin, poursuit son oeuvre en faisant agrandir le palais et aménager d'autres salles. Le plafond de la Galleria Aurea, nouveau lieu de prestige, d'inspiration française, est décoré de stucs de Marcello Sparzo. La riche collection de peintures compte des tableaux de grande valeur, comme le très célèbre portrait d'Andrea Doria par Sebastiano del Piombo ou le portrait de Francesco II Sforza par Titien.

Certains plafonds ont été très endommagés par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale. Toujours privé, le palais appartient aux descendants d'Andrea, les princes Doria Pamphilj, qui l'habitent en partie. En 1994, ils ont entrepris de faire restaurer l'ensemble du bâtiment, puis, entre 1997 et 2000, de restructurer le jardin. Imaginé à l'origine par Perino del Vaga, puis largement modifié, il a retrouvé son implantation du Cinquecento, ses belles allées géométriques ornées d'essences rares et de variétés de fleurs utilisées à l'époque, ses arbustes fruitiers (agrumes) en pots, avec, au centre, la monumentale fontaine de Neptune.

Palazzo del Principe, Piazza del Principe, 4. Fermé le lundi et lors de certaines fêtes. 010 255509, www.palazzodelprincipe.it.

***

Collaboration spéciale